Manger bio n'est pas qu'un choix idéologique

« Si de petites doses de certains pesticides s'accumulent... (Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse)

Agrandir

« Si de petites doses de certains pesticides s'accumulent dans le corps, une grande partie des pesticides est aussi excrétée très rapidement du système après avoir été transformée. Mais même si on les excrète, les petites doses quotidiennes peuvent avoir des effets, surtout pour les potentiels perturbateurs endocriniens », explique Louise Hénault-Éthier.

Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Hénault-Éthier

Chef des projets scientifiques à la Fondation David Suzuki

Il y a quelques jours, la série d'Ici Explora Les aventures du Pharmachien s'est penchée sur l'alimentation bio. Il y a beaucoup de mythes à déboulonner à ce sujet.

L'angle de vue était clairement énoncé en ouverture : l'émission porte sur la santé, non sur l'éthique, l'économie ou l'environnement. Après tout, l'animateur est un pharmacien et il reste dans son domaine de compétences.

Je ne suis pas spécialiste de la santé humaine, mais je voudrais compléter les réflexions du Pharmachien avec mon point de vue de biologiste avec sept ans de lectures et recherches sur les risques liés aux pesticides pour notre santé et notre environnement. Ce complément s'avère essentiel parce qu'après la diffusion, j'ai entendu plusieurs personnes dire : « Le Pharmachien a dit que le bio, c'est une gimmick. »

Si la principale motivation des consommateurs à l'heure d'opter pour des aliments biologiques est celle de se garder en santé, on ne peut pas se focaliser uniquement sur la qualité nutritive des aliments et les risques faibles et méconnus des petites doses de pesticides. Il faut une approche globale qui tient compte des effets cumulatifs et sur nos corps, et sur l'environnement.

LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION

Tout d'abord, même si l'on connaît mal les effets exacts des pesticides à petite dose sur l'homme, et que les effets à court terme sont possiblement non diagnostiquables, il ne faut pas pour autant délaisser la prudence et le principe de précaution. Si de petites doses de certains pesticides s'accumulent dans le corps, une grande partie des pesticides est aussi excrétée très rapidement du système après avoir été transformée. Mais même si on les excrète, les petites doses quotidiennes peuvent avoir des effets, surtout pour les potentiels perturbateurs endocriniens.

Il importe aussi de considérer l'addition de très petites concentrations de pesticides qui n'entrent pas que dans nos aliments, mais aussi dans l'eau, l'air que l'on respire, et parfois même à travers notre peau.

En conséquence, il est bien avisé de minimiser toutes les sources possibles de pesticides, dont nécessairement l'alimentation.

Notre environnement nous expose à tout un cocktail de pesticides et d'autres substances toxiques. La toxicologie moderne n'est pas équipée pour calculer l'effet synergique de différentes substances, comme s'en est désolé Onil Samuel, toxicologue à l'Institut national de santé publique du Québec, dans un article paru dans La Presse+. Ce n'est pas parce qu'un gouvernement a légiféré sur un seuil acceptable pour un pesticide qu'il fait consensus dans la communauté scientifique et qu'il prévient toute forme de risque.

La doctorante Élyse Caron-Beaudoin de l'INRS, qui faisait partie de cet épisode des Aventures du Pharmachien, a parlé du besoin d'un processus de développement et d'approbation rigoureux pour les pesticides et les biopesticides. Les processus gouvernementaux sont loin d'être parfaits.

Par exemple, la commissaire à l'environnement du Canada a porté des blâmes sévères à l'endroit de Santé Canada pour l'homologation conditionnelle de 80 produits qui n'avaient pas fait l'objet d'une évaluation rigoureuse. Neuf d'entre eux étaient en marché depuis plus de dix ans ! L'un d'eux (imidacloprid) sera prochainement banni au Canada non pas en réparation d'une homologation bâclée, mais bien parce que les études qui auraient dû être prises en considération il y a une décennie démontrent qu'il est très nocif pour la chaîne alimentaire et qu'il est maintenant omniprésent dans notre environnement.

La conclusion du pharmachien postulant que « si les aspects environnementaux vous interpellent » l'alimentation bio est acceptable suggère que l'on peut choisir ou non de s'en soucier.

Nous vivons tous sur la même planète. Quand on choisit l'alimentation bio, on n'essaye pas seulement de minimiser les pesticides de notre alimentation personnelle ; on essaye aussi d'éviter la présence de pesticides de synthèse dans notre environnement, car un jour ou l'autre, ceux-ci affecteront nos écosystèmes et notre santé personnelle.

Dans l'épisode, on mentionne que les travailleurs agricoles sont particulièrement à risque à cause de leur exposition accrue aux pesticides. Ajoutons aussi le risque accru pour les enfants qui traversent des fenêtres de sensibilité particulières durant leur développement et qui, proportionnellement à leur poids, consomment plus d'aliments que les adultes.

Aux risques liés aux pesticides s'ajoute maintenant celui de la confusion.

Lorsque des personnages célèbres suggèrent une absence de bénéfices tangibles de l'alimentation biologique dans de grandes tribunes comme Tout le monde en parle ou Les aventures du Pharmachien, leurs paroles imprègnent l'imaginaire de la société et les nuances se perdent au détriment de la santé publique et de l'environnement.

Aborder l'alimentation biologique sous la lunette des choix individuels pour contrecarrer le marketing d'une industrie biologique avide de profits déplace le problème de fond. On ne peut ignorer l'impact qu'ont les pesticides sur la santé humaine lorsqu'ils sont déversés partout dans notre environnement. L'accroissement de la demande pour des aliments biologiques envoie un signal fort qu'on ne veut plus s'empoisonner collectivement à petite dose.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer