Safia Nolin à l'ADISQ : garçon manqué ? Non, fille réussie !

« Safia Nolin, au nom de toutes les femmes... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

« Safia Nolin, au nom de toutes les femmes et les filles de ce monde : merci ! Merci de montrer ce qu'est être soi ! », écrit Gwendoline Duchaine.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gwendoline Duchaine

Infirmière auxiliaire, GMF La Cigogne, formatrice premiers soins, auteure livre De l'autre côté

Quand j'étais petite, je détestais mettre des robes ou des jupes. Pourquoi ? Car ce n'était vraiment pas pratique pour faire du vélo, grimper aux arbres, jouer dans la paille et me transformer en superhéros ! J'ai toujours été ainsi. Moi en robe... Ce n'est pas vraiment moi. Je me sens comme le soir de l'Halloween. C'est tellement inconfortable !

Je me souviens du spectacle de danse... Il fallait trois jeunes tambours et une princesse (comme dans la chanson). Je voulais de tout mon être jouer un tambour... Je fus choisie pour être la fille du roi... J'ai dû porter une horrible robe rose, une couronne pleine de diamants (quelle horreur), et mon rêve du tambour s'envola...

Je n'ai jamais aimé les princesses. Tout simplement parce que je ne me suis jamais reconnue en elles. Elles ne me faisaient vraiment pas rêver.

À Noël, je rêvais de recevoir un camion de pompier. J'avais toujours des poupées. Je n'ai jamais vraiment joué à la poupée (pourtant je vous assure que ça n'a pas fait de moi une mauvaise maman !).

On me disait souvent : « Tu es un véritable garçon manqué, toi ! »

Je criais : « Non ! Je suis une fille réussie ! »

Du haut de mes 8 ans, j'avais compris. Oui, je suis une fille, une femme, une vraie. Une mère, qui a senti des enfants grandir en elle. Une femme qui s'habille comme elle veut et comme elle se sent « moi ». Je suis moi !

On me dit encore : « Tiens, tu t'es habillée comme une vraie femme aujourd'hui. »

Je suis une vraie femme !

Je n'aime pas me peinturer la face de maquillage, je déteste porter des talons hauts et des vêtements dans lesquels je ne me sens pas à l'aise pour bouger. J'aime me sentir bien et je me sens bien !

Je hais magasiner. Je m'habille parce que sinon j'aurais froid toute nue, et que la société dans laquelle je vis n'est pas rendue là.

Je ne peux pas croire qu'en 2016, lors d'un gala télévisé, on juge une femme sur son apparence. Je ne peux pas croire qu'on l'insulte dans ce qu'elle est.

On est toutes différentes. Je me sens féminine. Je suis femme.

Et je me fous du regard de l'autre.

Si tu me juges sur ce que je porte, je ne crois pas vraiment que tu mérites mon attention.

C'est ma vie, je n'en ai qu'une, et elle n'est pas basée sur des apparences.

Safia Nolin, au nom de toutes les femmes et les filles de ce monde : merci ! Merci de montrer ce qu'est être soi !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer