Manque d'empathie

L'auteur croit que le système de santé, avec... (Photo Patrick T. Fallon, archives Bloomberg)

Agrandir

L'auteur croit que le système de santé, avec ses attentes interminables aux urgences, est devenu impersonnel et manque d'empathie.

Photo Patrick T. Fallon, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilbert Boulé

Administrateur, Repentigny

Le lendemain de Noël, mon fils a dû se rendre à l'hôpital Pierre-Le Gardeur pour obtenir des soins pour son épouse enceinte de quatre mois et son petit garçon d'un an. Son épouse, en plus de tousser beaucoup, croyait perdre du liquide amniotique. Quant à son petit garçon, il toussait et faisait de la fièvre.

Pourquoi n'ajoute-t-on pas de médecins quand la situation le demande ?

Donc, avant de se rendre à l'hôpital, il a communiqué avec Info-Santé pour se faire dire d'aller à l'hôpital ou dans une clinique. Il a appelé dans les cliniques, mais en vain, aucune réponse. Il a ensuite communiqué avec Bonjour Santé, sans plus de succès. Il s'est donc rendu à l'hôpital à minuit. Son petit garçon est classé urgence 3 et son épouse, urgence 4. Il a demandé à l'infirmière s'ils pourraient être vus en même temps par le médecin. On lui a répondu que ce n'était pas possible. Finalement, le petit a été examiné par le médecin vers 20 h, et celui-ci a prescrit une radiographie. Vers 22 h, le médecin a diagnostiqué une pneumonie et prescrit un antibiotique.

Son épouse a demandé au médecin de l'examiner, et il a répondu qu'elle devait attendre son tour. Elle a alors demandé à l'infirmière de lui redonner sa carte d'hôpital pour qu'elle puisse partir. L'infirmière lui a répondu sur un ton d'exaspération qu'elle ne pouvait lui rendre sa carte, parce qu'elle était de l'autre côté de la porte avec les autres dossiers. N'en pouvant plus d'attendre, elle est quand même partie avec son mari et son petit garçon. Nous, les grands-parents, attendions depuis le matin à leur résidence, tout en gardant leur autre fils de 3 ans.

Voici donc mon diagnostic : nous avons un système de santé malade ! Ne me dites pas que lorsque nous sommes entrés dans le système, c'est super.

Dans le monde des affaires où je travaille, ce type de service serait classé comme pourri ! Pire encore, il est devenu impersonnel et manque d'empathie.

Il y a des choses que je ne comprends pas. Le nombre de médecins a augmenté, nous avons accru leur rémunération et les résultats concrets ne sont pas encore là !

Pourquoi n'ajoute-t-on pas de médecins quand la situation le demande ? S'il y a une liste d'attente importante à l'hôpital ou dans les cliniques, pourquoi ne pas demander des médecins en renfort ? Cela semble tellement logique et simple ! Nous sommes sur un bateau sur lequel les médecins décident de la direction à prendre. Notre bateau tourne en rond, parce que chacun a sa direction personnelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer