Une fenêtre vient de s'ouvrir

« Le temps est venu pour ceux qui continuent... (photo Shaun Best, archives reuters)

Agrandir

« Le temps est venu pour ceux qui continuent de se considérer comme indépendantistes de se questionner sérieusement », écrit l'auteur.

photo Shaun Best, archives reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Castonguay

Ex-ministre de la Santé du Québec

Les temps sont durs pour les indépendantistes. Les défaites électorales se succèdent, 2014 au Québec et 2015 à Ottawa, les appuis baissent sans relâche et certains leaders lâchent le bateau. Les gens se préoccupent de l'économie et des emplois, des coupures aveugles en éducation et en santé, de la performance du Canadien, de la protection de l'environnement, de la montée des prix, du sort des autochtones, et quoi encore. Dans la vie de tous les jours, on ne sent aucune ferveur indépendantiste. En fait, rien ne permet de croire que les Québécois ont changé d'attitude depuis 1980 et seraient prêts à accepter les inévitables sacrifices qu'exigerait la séparation du Québec du reste du Canada.

Le temps est venu pour ceux qui continuent de se considérer comme indépendantistes de se questionner sérieusement. D'autant plus que leur présence sur le plan politique a pour effet de bloquer l'évolution de la situation. En effet, toute demande du Québec sur la langue, la culture et sur notre caractère distinct ne peut que provoquer chez les dirigeants à Ottawa la même réaction. De leur point de vue, il ne sert à rien de céder car les indépendantistes ne seront jamais satisfaits et vont toujours en demander d'avantage. J'ai entendu plus d'une fois ce raisonnement qui pour eux ne manque pas de logique.

Malgré tous les efforts déployés au cours des cinquante dernières années par les indépendantistes pour expliquer le bien-fondé de l'indépendance, le résultat n'est pas là. D'ailleurs aucun projet suffisamment attrayant et convaincant n'a été formulé. A l'ère de la mondialisation et des grands marchés, ce serait aller à contre-courant que de quitter le Canada et sa position avantageuse. Ce que confirmaient encore récemment deux éminents économistes, titulaires d'un Prix Nobel.

Les dirigeants souverainistes devraient respecter la voie exprimée par la population, d'autant plus qu'elle s'est prononcée plus d'une fois. Le refus d'écouter la majorité devient nettement anti-démocratique.

La règle du 50 % plus une voix ne devrait pas s'appliquer uniquement à un vote pour l'indépendance.

Certains voient dans les mouvements souverainistes en Écosse et en Catalogne un facteur d'espoir. Or, dans les deux cas, la situation ne se compare pas avec la nôtre. Les Écossais et les Catalans ont des économies plus prospères et des finances publiques saines que la Grande Bretagne et l'Espagne. Les deux territoires se situent de plus en périphérie des deux pays de telle sorte que leur séparation ne les couperait pas en deux comme ce serait le cas au Canada.

En 1984, René Lévesque avait conclu en la nécessité de réorienter le Parti québécois et avait proposé le beau risque. Trente ans plus tard, si les partis indépendantistes veulent garder leur raison d'être, ils vont devoir se réorienter en faveur de l'autonomie au sein du Canada. Il n'existe pas d'autre voie. Ce changement aurait pour effet de rétablir l'équilibre des forces politiques en fonction des attitudes au sein de la population. À gauche du centre le PQ et Québec Solidaire, au centre le PLQ et, à droite du centre, la CAQ et le Parti conservateur. Un spectre représentatif axé sur les préoccupations des citoyens plutôt qu'un axe fédéraliste-indépendantiste qui divise et affaiblit.

Il existe une identification profonde des citoyens envers le Québec, c'est ce qui compte et c'est sur cela qu'il faut miser. Le rêve de développer un Québec qui se distingue par sa qualité de vie, la solidarité et la créativité de ses citoyens peut et doit se poursuivre. Ce grand projet doit se poursuivre à l'intérieur du Canada dans lequel, on ne peut l'ignorer, le Québec a connu somme toute des progrès remarquables. Un pays avec qui nous partageons les valeurs et qui, malgré ses imperfections, se compare bien avec tous les autres pays.

Au lendemain du référendum de septembre 2014 en Écosse, le premier ministre Cameron de la Grande Bretagne a annoncé que son gouvernement allait changer la manière dont le peuple britannique est gouverné. Au lieu de voir les souverainistes comme des adversaires, il a invité le gouvernement écossais à négocier en vue d'un accord entre les deux parties. Une approche bien différente de notre interminable lutte à finir entre souverainistes et fédéralistes.

Le Canada vient de tourner la page et regarde vers l'avenir. Une fenêtre vient de s'ouvrir. Elle pourrait permettre un véritable dialogue, dans une perspective d'avenir, ce qui a été hors de question depuis l'échec de l'accord du lac Meech. Un dialogue en vue d'intégrer de façon acceptable la nation québécoise au sein du Canada et de donner de la substance à sa reconnaissance. Ce qui pourrait sûrement s'enclencher, dans un premier temps, sans changement à la constitution.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer