Sauvons le recensement de 2016

En 2010, le gouvernement conservateur a fait disparaître... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

En 2010, le gouvernement conservateur a fait disparaître le questionnaire détaillé du recensement.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Bélanger et Benoît Laplante

Professeur à l'Institut national de la recherche scientifique et président de la Canadian Population Society ; Professeur à l'Institut national de la recherche scientifique et président de l'Association des démographes du Québec*

En juin 2010, par simple décret, le gouvernement conservateur a fait disparaître le questionnaire détaillé du recensement pour le remplacer par une enquête à participation volontaire.

En agissant ainsi, il a rompu un usage de la vie civique canadienne qui datait d'avant même la fondation du Canada moderne. L'opposition a été forte. Son paroxysme a été la démission publique de Munir Sheikh, statisticien en chef du Canada. Son prédécesseur, Ivan Fellegi, avait alors prédit que la participation volontaire ne permettrait pas de recueillir des données fiables, surtout auprès des segments de la population qui répondent peu aux enquêtes.

Les gouvernements des provinces et des territoires, les municipalités, les associations de gens d'affaires, les organismes de recherche et les chercheurs en sciences sociales se sont élevés unanimement contre cette décision.

On ne reprendra pas ici la discussion sur les conséquences néfastes de cette attaque contre la connaissance. Elles sont aujourd'hui bien connues.

Le taux de réponse à l'enquête a été bien inférieur au taux de couverture du recensement. Près du quart des municipalités n'ont pas de données sur leur population. On ne peut pas comparer les données recueillies en 2011 avec celles des recensements précédents. Plusieurs segments ont été mal couverts, dont les autochtones, les familles à faible revenu et les immigrants.

L'élection du nouveau gouvernement offre la possibilité de réduire les dommages causés par la décision du gouvernement conservateur. M. Trudeau s'est déjà engagé à rétablir le questionnaire détaillé et à permettre à Statistique Canada de redevenir l'étoile des agences de statistiques officielles qu'elle a déjà été.

Pour éviter un nouveau gâchis, il faut faire vite. Le recensement de 2016 se fait dans quelques mois et Statistique Canada doit lancer les opérations sous peu. Le gouvernement doit prendre le plus tôt possible un décret qui rétablisse le questionnaire détaillé. Prendre ce décret devrait même être un des premiers gestes du nouveau gouvernement. Il marquerait de manière forte la volonté de redonner au Canada le moyen de se connaître lui-même et celle de fonder à nouveau les politiques sur la connaissance plutôt que sur l'idéologie.

*Signent aussi cette lettre une soixantaine de chercheurs et universitaires canadiens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer