Le Régime d'assurance parentale n'est pas un luxe

« Plusieurs parents ne peuvent prendre des mois... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

« Plusieurs parents ne peuvent prendre des mois sans solde et retarder leur retour au travail », estime l'auteure.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Valérie Harvey

Candidate au doctorat en sociologie à l'Université Laval

À pareille date l'an dernier, j'effectuais les dernières entrevues avec des pères pour faire avancer ma recherche sur les congés parentaux. Enceinte jusqu'aux oreilles, il n'était plus possible de leur cacher que Bébé no 2 arriverait en octobre. C'est aussi en septembre dernier que le gouvernement Couillard a lancé un ballon d'essai : et si on coupait les congés parentaux ?

Ça m'a permis de prendre la balle au bond et de sonder l'opinion des pères lors de mon entrevue. J'ai aussi rassemblé les études sur le sujet pour dénoncer la logique déficiente d'un gouvernement qui dit penser à l'économie, mais qui envisage de couper un programme qui rapporte.

En effet, le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP), conjugué au réseau des services de garde, a augmenté la natalité et l'a maintenue. Le régime s'est traduit par un important retour au travail des mères et a permis une implication hors du commun des pères dans leur famille.

En voyant aujourd'hui que le ministre Hamad ouvre encore la porte à la diminution du régime, je soupire. Aurons-nous à répéter chaque année les avantages économiques, sociaux et humains d'un tel programme ?

Même en ne considérant que les avantages économiques, le Québec sort largement gagnant du régime d'assurance parentale.

Mais l'oreille du ministre est tendue vers la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, qui réclame un régime minceur depuis plusieurs années. Évidemment, il n'est pas facile pour les entreprises de devoir conjuguer avec le RQAP. Le congé parental n'est d'ailleurs pas sans risque au niveau professionnel et les parents font part de différentes difficultés. Certains employés effectuent notamment du travail de la maison pendant leur congé parental. Le retour au travail n'est en outre pas toujours harmonieux.

UNE PRESSION ÉNORME SUR LA FAMILLE

Rappelons qu'au Québec, les personnes sont actives sur le marché du travail de plus en plus jeunes, les emplois avec quart rotatif (jour, soir, nuit) et les horaires irréguliers augmentent, alors que le travail à domicile, qui facilite habituellement la conciliation travail-famille, a diminué.

L'employé doit être mobile, disponible et flexible, ce qui exerce une pression énorme sur la famille. Les conséquences sont visibles dans les statistiques : le temps familial ne cesse de diminuer et le taux de stress vécu par les nouveaux parents est le plus élevé parmi les travailleurs, au Canada comme aux États-Unis.

Entre les difficultés évoquées par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante et celles exprimées par la population, le ministre devra faire la part des choses. Et rappeler aux bonzes de l'industrie que l'épuisement professionnel et la dépression nuisent grandement à l'économie. Maintenir en place les congés parentaux n'est pas un luxe, mais une nécessité dans un monde où la majorité des parents doivent travailler.

Les pères que j'ai sondés se prononçaient majoritairement contre la réduction des congés parentaux. Plusieurs parents ne peuvent prendre des mois sans solde et retarder leur retour au travail. Et la seule idée que le poupon entre à la garderie encore plus tôt soulevait l'inquiétude - peu de places disponibles, coûts supplémentaires - et même l'indignation en songeant à l'enfant.

Les protestations de la population avaient eu un effet l'an dernier, et le ministre avait laissé tomber. Il l'a reprise. Espérons qu'encore une fois, il se souvienne des avantages indéniables du RQAP et cesse de s'attaquer à des programmes qui encouragent la natalité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer