Une menace bien réelle

Pour limiter le réchauffement au seuil sécuritaire de... (ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Pour limiter le réchauffement au seuil sécuritaire de deux degrés, les deux tiers des réserves mondiales de combustibles fossiles et 85 % des réserves de sables bitumineux doivent demeurer dans le sol, rappellent les auteurs.

ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Collectif

La liste des signataires suit le texte

Le 9 juillet 1955, sous le leadership d'Albert Einstein et de Bertrand Russell, une douzaine de scientifiques lançaient un manifeste pour s'opposer aux armes nucléaires et lancer un mouvement pacifiste encore naissant à l'époque.

Le Manifeste s'amorçait sur la phrase suivante : « Les perspectives d'avenir de la race humaine sont plus sombres que jamais. L'humanité est mise devant une alternative claire : soit nous avançons tous vers la mort, soit nous devrons acquérir un minimum de bon sens. Il sera nécessaire de développer une nouvelle pensée politique si nous voulons éviter un désastre absolu. » 

Soixante ans plus tard, nous sommes face à un nouveau péril qui nous force à sortir de notre réserve scientifique pour nous déclarer objecteurs de conscience et interpeller nos concitoyens en signant le Manifeste pour un élan global.

La science est claire. Le changement climatique est réel, il s'accélère et il est principalement causé par l'activité humaine. Nous sommes présentement sur une trajectoire qui nous mène à un réchauffement de la planète supérieur à quatre degrés Celsius, dont les conséquences sur notre civilisation sont inconnues. Nous ne savons pas à quel point les écosystèmes et notre espèce pourront composer avec une telle transformation climatique. Nous savons également que pour limiter le réchauffement sous les deux degrés, les deux tiers des réserves mondiales de combustibles fossiles (Agence internationale de l'énergie, 2012) et 85 % des réserves de sables bitumineux (McGlade & Ekins, 2015) doivent demeurer dans le sol. 

La conclusion scientifique est simple : nous devons tourner la page sur l'ère du pétrole et des autres combustibles fossiles. Aucun compromis n'est possible.

Chaque jour, nous relâchons dans l'atmosphère 90 millions de tonnes de CO2. Selon les calculs réalisés par le climatologue James Hansen, ce CO2 absorbe en énergie l'équivalent de 400 000 bombes d'Hiroshima. Ce bombardement permanent doit cesser. Les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère atteignent des niveaux inégalés depuis l'ère du Pliocène, il y a 3 à 5 millions d'années (Bartoli et al., 2011). Les océans s'acidifient à un rythme inégalé en 300 millions d'années (Hönisch et al., 2012). Les signaux nous indiquent que les systèmes terrestres qui soutiennent la vie sur Terre atteignent des seuils critiques (Steffen et al., 2015), et que nous avons engendré une destruction sans précédent de nos écosystèmes.

LE POINT DE NON-RETOUR

Est-il possible, dans ces circonstances, de garder le silence devant l'incapacité de nos institutions politiques et économiques à réagir face à une menace qui met en péril les conditions mêmes de la vie sur Terre ? La raison scientifique comme notre éthique la plus élémentaire nous imposent de refuser les projets pétroliers qui proposent de faire un pas de plus alors que nous approchons du point de non-retour. La poursuite des projets pétroliers repose sur la négation de la science et sur l'idée erronée que le statu quo soit possible sans conséquences irréversibles. 

On a qualifié le Manifeste pour un élan global de simpliste et ses auteurs de poètes et de rêveurs. Pourtant, il s'appuie sur la science et a été signé par des dizaines de scientifiques.

Devant la menace d'une conflagration nucléaire sans lendemain dans les années 50, des scientifiques comme Robert Oppenheimer aux États-Unis et Andreï Sakharov en URSS militèrent ouvertement pour le désarmement nucléaire au risque de se faire qualifier d'irresponsables ou même de traîtres. Devant l'imminence d'un péril aussi grave, nous devons à notre tour prendre la parole et inviter nos collègues et nos concitoyens à se déclarer objecteurs de conscience et à refuser la destruction du monde tel que nous le connaissons.

LES AUTEURS DE CE TEXTE SONT :  Louis Bernatchez, professeur, Département de biologie, Université Laval. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique et conservation des ressources aquatiques. Prix du Québec Marie-Victorin, Membre élu, Société royale du Canada. Andrew Gonzalez, Professeur, Département de biologie, Université McGill. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sciences de la biodiversité et Directeur du Centre sur la science de la biodiversité du Québec. René Laprise, Professeur, Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère, UQAM. Membre du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de 2004 à 2007. Prix Michel-Jurdant (2008-Prix Association francophone pour le savoir du scientifique de l'année). Prix Nobel de la paix (2007-avec les autres membres du GIEC et Al Gore). Christian Messier, Professeur, Département des sciences biologiques, UQAM/Département des sciences naturelles, UQO. Titulaire de la Chaire Hydro-Québec/CRSNG sur la croissance de l'arbre en ville et Directeur de l'Institut des sciences de la forêt tempérée. Prix Michel-Jurdant (2010-Prix Association francophone pour le savoir du scientifique de l'année). Normand Voyer, Professeur, Département de chimie, Université Laval. Directeur du Regroupement québécois de recherche sur la fonction, l'ingénierie et les applications des protéines. APPUYÉS PAR :  Astrid Brousselle, Université de Sherbrooke; John Murray Cockburn, Université Laval; André-Pierre Contandriopoulos, Université de Montréal; Sylvain Delagrange, Université du Québec en Outaouais; Frédérik Doyon, Université du Québec en Outaouais; Erick S. Duchesne, Université Laval; Angélique Dupuch, Université du Québec en Outaouais; Jean-Yves Duclos, Université Laval; Isabelle Gusse, UQAM; Louis Imbeau, Université Laval; Richard Janda, Université McGill; François Lareau, Collège Montmorency ; François Lorenzetti, Université du Québec en Outaouais; Shaun Lovejoy, Université McGill; Marguerite Mendell, Université Concordia; Derek Nystrom, Université McGill; David Rivest, Université du Québec en Outaouais; Thierry Rodon, Université Laval; Yann Surget-Groba, Université du Québec en Outaouais et Jonathan Verreault, UQAM

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer