Trop distincte

Malheureusement, le Québec est une société qui a... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, archives LA PRESSE)

Agrandir

Malheureusement, le Québec est une société qui a trop tendance à vivre en « circuit fermé », écrit l'auteur.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Christian Deschepper

Professeur de recherche, Montréal

J'ai lu avec intérêt vos reportages sur l'entretien des routes au Québec. Vous y révélez notamment l'existence de traitements de surface qui permettent d'améliorer l'état des revêtements routiers et de ralentir leur dégradation.

Grâce à leurs coûts modiques, ces techniques permettent de faire des économies relativement aux coûts engendrés par la réfection totale des routes. Ces techniques sont employées en Ontario, au Nouveau-Brunswick, dans les États limitrophes des États-Unis, où les routes sont en meilleur état qu'au Québec. Cependant, le ministère des Transports du Québec n'envisage pas de soumissionner pour ce type de technique, en prétextant que cela complique le processus d'appel d'offres, ou que cela ne correspond pas aux manières traditionnelles de procéder.

Voilà donc de bien piteuses excuses pour justifier des manières fort inefficaces de procéder. Malheureusement, la collectivité québécoise fait preuve depuis bien trop longtemps de beaucoup trop d'indulgence envers de telles carences de la fonction publique.

Cependant, il me semble aussi que ces carences ne se limitent pas au seul ministère des Transports.

D'AUTRES CAS

Ainsi, nous avons récemment lu dans vos colonnes qu'un ancien responsable de la SAQ décrivait la consigne des bouteilles de verre comme un « problème insoluble ». Une telle consigne est en vigueur dans la plupart des provinces canadiennes et États américains, mais c'est insoluble au Québec.

De même, la plupart des provinces canadiennes et États américains ont un système d'inspection des véhicules en circulation depuis plus de trois ans. Il est admis que ce système permet une réduction d'environ 5 à 10 % d'émissions de gaz à effet de serre. Alors que le transport routier est le principal responsable de telles émissions au Québec, nous sommes incapables de mettre en place un système semblable à celui qui est en vigueur partout ailleurs en Amérique du Nord.

Les médecins praticiens au Québec prennent en charge deux fois moins de patients que dans les provinces voisines. Ils pourraient augmenter ce nombre si, comme ailleurs, ils permettaient à des infirmières praticiennes de prendre certaines responsabilités au sein de leurs groupes de pratique. Mais ils sont incapables de changer leurs manières traditionnelles de procéder et de mettre en place de telles dispositions.

Malheureusement, le Québec est une société qui a trop tendance à vivre en « circuit fermé ».

En évitant de se comparer aux autres, on évite les remises en question. Ce problème est amplifié par une tendance québécoise à inventer des solutions qui n'existent nulle part ailleurs.

Le système des cégeps est un exemple, mais il en existe beaucoup d'autres. En procédant ainsi, on évite les comparables, ou du moins on complique la possibilité de faire des comparaisons.

Toutes ces carences s'expliquent en partie par le fait que la société québécoise aime se comporter de façon « distincte ». Être distinct pour faire mieux qu'ailleurs pourrait se justifier. Mais être distinct pour réinventer la roue, trouver des solutions boiteuses et justifier son inefficacité, je trouve que le prix est trop élevé. L'identité québécoise ne serait pas en danger si on adoptait des pratiques qui ont fait leurs preuves ailleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer