SAQ : quand l'IRIS s'empêtre dans ses chiffres

Une récente étude de l'IRIS sur une éventuelle... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une récente étude de l'IRIS sur une éventuelle privatisation partielle de la SAQ est bâclée, selon l'économiste Yvan Stringer.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Stringer

Économiste, professeur honoraire, HEC Montréal

L'IRIS affirme « qu'une privatisation, même partielle, de la SAQ serait une erreur majeure du gouvernement. Elle priverait l'État québécois de revenus importants... » (p. 39). Une telle conclusion ne découle absolument pas de l'analyse effectuée.

Si l'étude de l'IRIS obtient ce résultat, c'est qu'elle commet elle-même une bourde monumentale. Il ne s'agit pas d'une simple erreur de calcul. Il s'agit d'une erreur d'ordre conceptuel qui suggère une maîtrise relative du sujet étudié.

L'IRIS suppose deux scénarios : un « assez conservateur » dans lequel la SAQ vaut 12,4 milliards (soit 10 ans de profits), un « plus généreux » dans lequel la SAQ vaut 30,7 milliards (soit 20 ans de profits). 

En privatisant 10 % de la SAQ, le gouvernement recevrait 1,2 milliard ou 3,7 milliards selon le scénario retenu. L'IRIS calcule ensuite les profits que le gouvernement perdrait en privatisant la SAQ : dans le scénario « conservateur », celui qui fragilise le plus les finances publiques, la perte cumulée pourrait atteindre 2,3 milliards. Question toute simple pour les auteurs : comment le gouvernement peut-il perdre cette somme en vendant quelque chose qui vaut 1,2 milliard ? Une lumière aurait dû s'allumer dans les bureaux de l'IRIS. Il est impossible de perdre 400 000 $ en vendant une maison qui vaut 200 000 $.

Cherchons l'erreur. Pour obtenir ce résultat, les auteurs ont inclus dans les gains une SAQ qui vaut 12,4 milliards et dans les pertes une SAQ qui vaut 30,7 milliards. Difficile à croire, mais c'est exactement ce qu'ils font, sans s'en rendre compte, quand ils attribuent la perte de 2,3 milliards aux profits que réaliserait la SAQ sur 20 ans. 

Faut-il alors s'étonner du résultat obtenu ? Que dit vraiment ce scénario ? Il dit que ce n'est pas une bonne idée de vendre la SAQ à 40 % de sa valeur. Aucun calcul n'est requis, le simple bon sens suffit.

À multiplier les calculs sans y réfléchir suffisamment, on finit parfois par s'y empêtrer et le bon sens fout le camp.

TRAVAIL BÂCLÉ ET TROMPEUR

Or, même sans cette erreur, les calculs de l'IRIS n'auraient rien démontré, parce qu'ils postulent ce qu'il faut démontrer et, encore une fois, les auteurs ne semblent pas s'en rendre compte. Pour estimer la valeur marchande de la SAQ, l'IRIS utilise ce qu'on appelle dans le jargon un taux d'actualisation. Le taux d'actualisation approprié est le taux de rendement que les épargnants vont exiger pour investir dans la SAQ. On ne connaît pas ce taux ; il faut donc le supposer.

Si je suppose un taux de 5 %, la privatisation n'est pas intéressante : les fonds obtenus par la privatisation vont coûter 5 %, alors que la dette remboursée coûte seulement 4,6 % (en moyenne). La privatisation devient intéressante (avec certaines réserves) si je suppose un taux de 4 %. Le taux utilisé dicte donc la conclusion à venir. Les chercheurs de l'IRIS ont utilisé un taux supérieur à 4,6 % et, par le fait même, ils ont choisi leur conclusion. Leurs nombreux calculs ne démontrent rien ; leurs dés sont pipés. Fait révélateur, ils fournissent une pléthore de chiffres, mais omettent le plus important de tous, le seul qui compte vraiment, leur taux d'actualisation (leurs résultats suggèrent 5 %).

L'étude de l'IRIS n'autorise en aucune façon sa conclusion. En disant cela, je ne dis pas que la privatisation serait bonne, je ne dis pas non plus qu'elle serait mauvaise. Je dis seulement une chose : l'étude de l'IRIS est du travail mal fait et trompeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer