Une nomination étonnante

Michael D. Penner... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Michael D. Penner

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Allaire

Président du conseil, Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques.  Les propos de ce texte n'engagent que son auteur

Le gouvernement du Québec innove en nommant comme nouveau président du conseil d'administration d'Hydro-Québec Michael D. Penner, un entrepreneur, propriétaire d'une petite entreprise de fabrication et distribution de bas, chaussettes et collants, comptant présentement une trentaine d'employés au Canada et bientôt, semble-t-il, quelques 200 en Caroline-du-Nord.

Faut-il le rappeler? Hydro-Québec emploie 20 200 personnes, réalise un chiffre d'affaires de près de 13 milliards, un bénéfice de 2,9 milliards et gère des actifs d'une valeur comptable de 73 milliards. Hydro a versé au trésor québécois quelque 2,2 milliards en 2013.

Cette nomination représente une singulière innovation, car au cours des 25 ans depuis qu'Hydro-Québec s'est donné une structure de gouvernance comportant un président du conseil, onze hommes (aucune femme) ont occupé ce poste. Toutes ces nominations n'ont pas été également heureuses. Toutefois, ces onze présidents du conseil provenaient:

- Pour quatre d'entre eux, du monde de la grande finance;

- Trois étaient des juristes provenant de grands bureaux d'avocats;

- Quatre avaient une longue expérience comme cadre ou dirigeant de grandes sociétés privées ou publiques.

Il serait utile de connaître les consultations menées par le gouvernement du Québec ainsi que le raisonnement de gouvernance qui appuie son choix comme président du conseil. Voulait-on y ajouter une présence de représentants de PME? Mais le conseil d'Hydro compte déjà au moins trois membres provenant de PME québécoises.

La gouvernance de toute organisation repose sur une pierre d'assise: le choix du président de conseil. Le rôle du président du conseil est subtil; il ne se limite pas aux prescriptions normatives de la gouvernance orthodoxe, au respect des codes d'éthique ou aux bonnes manières autour d'une table de conseil. Le président du conseil est au premier chef le gardien de la crédibilité de la société auprès de ses parties prenantes et garant de son imputabilité: «Le conseil est imputable des décisions de la société auprès du gouvernement et le président du conseil est chargé d'en répondre auprès du ministre» (Loi sur la gouvernance des sociétés d'État, article 14).

Le gouvernement du Québec pourrait, à l'avenir, s'inspirer des dispositions contenues au projet de loi 10 sur la réforme du système de santé. L'article 12 de ce projet de loi propose que pour «procéder à la nomination des membres indépendants d'un conseil d'administration, le ministre constitue un comité d'experts en gouvernance chargé de lui faire des recommandations, notamment en ce qui concerne les candidats à considérer et la correspondance de leur profil avec ceux établis en l'article 11».

Si cette démarche semble pertinente pour les conseils d'administration des futurs Centres intégrés de santé et services sociaux (CISSS), ne le serait-elle pas a fortiori pour nos grandes sociétés d'État?

Parce que certaines sociétés d'État jouent un rôle important dans la mise en place des politiques publiques, on comprend que les nouveaux gouvernements veuillent s'assurer que les présidents de leurs conseils soient des personnes qui partagent les orientations du gouvernement, en plus de posséder une expérience pertinente pour la fonction. Toutefois, tout gouvernement doit être bien conscient qu'au fil de ces nominations, on prend la mesure de sa compétence, de sa transparence et de sa volonté d'assurer une haute qualité de gouvernance dans les sociétés d'État.

Sans aucun doute que nommer comme président du conseil de la plus grande et la plus complexe des sociétés d'État du Québec une personne sans expérience démontrée en gestion ou gouvernance au sein d'une grande société et sans expérience du secteur public québécois relève de l'innovation audacieuse. Une innovation que tous les spécialistes de la gouvernance suivront assidûment, car si l'expérience s'avère heureuse, ces spécialistes devront revoir leurs enseignements et leurs prescriptions pour une bonne gouvernance!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer