L'éolien a le dos large

Lors de ses dernières sorties publiques, en lien avec sa plus récente demande... (Photo Pascal Ratthé, Le Soleil)

Agrandir

Photo Pascal Ratthé, Le Soleil

Steven Guilbeault, François Tanguay

Respectivement directeur principal d'Équiterre ; consultant en énergie et ex-juge administratif à la Régie de l'énergie. Coauteurs du livre Le prochain virage.

Lors de ses dernières sorties publiques, en lien avec sa plus récente demande de hausse de tarifs d'électricité, Hydro-Québec montre du doigt l'éolien comme étant responsable, en majeure partie, de la hausse tarifaire demandée. Tirer une telle conclusion, c'est aller vite en affaires, même très vite.

Une hausse, plusieurs facteurs

Plusieurs facteurs expliquent la demande de hausse de tarifs d'Hydro-Québec, dont les tarifs de transport (qui sont en hausse), l'offre d'électricité par Hydro-Québec Production (dont les nouveaux projets comme celui du barrage de la rivière Romaine), les achats d'urgence d'électricité dans les périodes de grande demande (comme l'hiver dernier) ainsi que les coûts reliés aux ajouts au réseau de presque 40 000 nouveaux abonnés chaque année.

Mettre sur le dos de l'éolien la majeure partie de la hausse de 3,9 % ne correspond en rien à la complexité des enjeux. Vrai que l'apport des parcs éoliens, à plus de 9 cents le kilowatt/heure (kWh) a son importance, mais il est aussi vrai que dans cette demande de hausse de tarifs, on y trouve les quelque 200 millions que nous coûte la centrale au gaz naturel non utilisée de TransCanada à Sorel (somme estimée puisqu'elle est soumise à une demande de confidentialité). En vertu d'un contrat béton entre les deux entités, signé en 2004, nous devons compenser cette entreprise pour l'électricité que nous ne lui achetons pas. Ça fait cher pour de l'électricité non produite !

Et l'éolien dans tout ça ?

Il est vrai que les projets de production d'électricité construits aujourd'hui coûtent plus cher que ceux que nous avons faits il y a 40 ans. Ce que la société d'État omet pourtant de dire, c'est que cela est vrai tout autant pour l'éolien que pour les nouveaux projets hydroélectriques comme celui de la Romaine, dont le coût s'approchera de 9 cents par kWh, soit à peu près le même prix que les projets éoliens.

Il aussi navrant qu'Hydro-Québec passe sous silence les retombées économiques de l'éolien pour le Québec. Selon la firme Sécor, pour chaque million de dollars investi par le gouvernement, les retombées sont de 3 millions.

Le Québec a fait le choix de se doter d'une filière éolienne sous le régime du Parti québécois dès 1999. Depuis, cette filière énergétique a permis la création de 5000 emplois dans plusieurs régions du Québec.

Nous invitons donc la population, les médias et la classe politique québécoise à faire preuve de retenue en accusant l'éolien de tous les maux dans ce dossier.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer