On n'a plus le béton qu'on avait

La vision architecturale du nouveau pont Champlain.... (PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA)

Agrandir

La vision architecturale du nouveau pont Champlain.

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Dupuis, Luc Bédard

Respectivement président et directeur général de l'Association Béton Québec. L'ABQ regroupe les producteurs de béton prêt à l'emploi.

«Chat échaudé craint l'eau froide» écrivait André Pratte (Un pont élégant, 2 juillet), qui craint l'utilisation du béton pour le nouveau pont devant être construit en remplacement du pont Champlain.

Il serait pourtant regrettable de priver le Québec des nombreux bénéfices des ouvrages d'art construits en béton en se fiant uniquement à l'état actuel d'ouvrages construits il y a un demi-siècle. Les bétons d'aujourd'hui sont aussi différents de ceux des années 60 que les téléviseurs actuels le sont de ceux de l'époque.

Au moins deux ponts sur trois, incluant le pont Champlain et l'échangeur Turcot, furent construits entre 1950 et 1970, lorsque notre société s'est dotée des infrastructures que nous devons aujourd'hui remplacer. Les bétons de cette époque n'avaient pas les propriétés requises pour résister à la dégradation par le gel-dégel en présence de sels fondants.

Une simple recherche sur l'internet avec les mots clés «pont en béton» permet de vérifier à quel point le béton est utilisé pour la construction d'ouvrages d'art majeurs partout dans le monde.

Or, les bétons résistants d'aujourd'hui sont très différents. L'univers du béton a connu durant les années 80 une véritable révolution avec le développement des superplastifiants et l'utilisation des ajouts cimentaires telle la fumée de silice. La combinaison de ces produits permettent d'obtenir des bétons de très haute performance.

Les bétons modernes possèdent une faible porosité et une excellente imperméabilité leur conférant ainsi une grande durabilité. Ils sont résistants aux agressions chimiques et aux cycles gel-dégel, donc très bien adaptés en milieu marin.

Un projet phare

Voilà pourquoi la plateforme de forage Hibernia est construite avec un béton armé de haute performance. Elle est conçue pour survivre à l'impact direct d'un iceberg de six millions de tonnes. Le pont de la Confédération entièrement construit en béton, inauguré en 1997, est conçu pour durer 100 ans. D'une longueur de 12,9 kilomètres, Il traverse le détroit de Northumberland, un environnement marin caractérisé par de forts courants et la présence importante de glace en hiver. Ce projet phare de l'industrie a mis à contribution l'expertise québécoise en matière de béton, notamment pour la formulation des bétons et les essais de caractérisation.

Le béton est fabriqué avec des matériaux locaux et met à contribution l'expertise québécoise, dont la renommée est mondiale. Enfin, le béton s'inscrit bien dans une approche de développement durable par l'utilisation d'ajouts cimentaires qui permettent d'offrir une meilleure durabilité à long terme.

En résumé, le béton moderne est un matériau de choix pour construire le nouveau pont.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • On n'a plus le béton qu'on avait

    Votre opinion

    On n'a plus le béton qu'on avait

    «Chat échaudé craint l'eau froide» écrivait André Pratte (Un pont élégant, 2 juillet), qui craint l'utilisation du béton pour le nouveau... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer