Finances publiques : comment évacuer le débat

L'austérité, ou plus correctement des ajustements majeurs aux... (Illustration Thinstock)

Agrandir

L'austérité, ou plus correctement des ajustements majeurs aux finances publiques, n'est pas un choix, mais le seul moyen disponible pour rétablir une prospérité, présente et future, nécessaire à la sauvegarde de notre niveau de vie et de nos programmes sociaux.

Illustration Thinstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Montmarquette

L'auteur est l'un des deux experts mandatés par le gouvernement Couillard pour faire rapport sur l'état des finances publiques du Québec.

Beaucoup de réactions ont suivi le dépôt du Rapport Godbout-Montmarquette sur l'état des finances publiques du Québec. Dans plusieurs milieux, on a tout de suite voulu impliquer le gouvernement dans un pseudo choix entre l'austérité et la prospérité. Comme si un tel choix existait ! L'austérité, ou plus correctement des ajustements majeurs aux finances publiques, n'est pas un choix, mais le seul moyen disponible pour rétablir une prospérité, présente et future, nécessaire à la sauvegarde de notre niveau de vie et de nos programmes sociaux. Je ne reviendrai pas sur les détails du rapport, mais le constat est clair : les dépenses collectives croissent à un rythme qui est nettement supérieur à la croissance des revenus collectifs. La conséquence : des déficits récurrents qui grossissent une dette déjà très importante. Continuer dans cette voie, c'est mettre en péril notre économie, nos acquis sociaux et le futur des prochaines générations.

J'ai été à même de constater, par les multiples interviews et les débats en cours dans la presse écrite, que la discussion est bien lancée. Dans la majorité des interviews, on a cherché à comprendre la situation décrite et les pistes de solutions proposées dans le rapport. Sans entériner tous les éléments du rapport, on semblait reconnaître l'expertise des auteurs. On voulait comprendre avant de critiquer.

Mais, il y a eu d'autres types d'interviews ou d'interventions. Ainsi, après ceux reconnaissant qu'il y a une réalité susceptible d'être appréhendée par des données et analysée et interprétée par des experts, il y a ceux où on ne prend même pas le temps de lire le rapport pour questionner intelligemment l'expert. Dans ce type d'interview, on pose quelques questions généralement insignifiantes et ensuite, l'animateur (il s'agit souvent d'un animateur plus qu'un journaliste) s'empresse d'exprimer son point de vue et déploie beaucoup d'efforts pour convaincre l'expert de sa validité. En fait, ce que l'on cherche, c'est créer une polémique, l'information des auditeurs ou des lecteurs n'étant absolument pas une priorité et les constats et recommandations de l'expert n'ont pas plus de poids que les impressions du quidam. Bref, pour eux, l'expertise est inutile.

Il y a, finalement, l'intervention idéologique où les experts ne sont généralement pas présents ou s'ils le sont, sont marginalisés. Ça commence toujours de la même façon : on affirme le penchant de droite ou, encore pire, néolibéral (comme on ne sait pas trop ce que ça représente, il se crée une situation de méfiance) de ces experts, de sorte que les bien-pensants n'ont même pas besoin de lire ou de comprendre un rapport pour le rejeter du revers de la main comme étant idéologiquement biaisé et donc sans valeur. Et ça se poursuit : si, sans être biaisé, on regarde cette question sous l'angle d'une gauche solidaire... De plus, dans ce type d'interventions, faute d'arguments techniques, on n'hésite pas à faire des remarques personnelles qui, dans mon cas, ont été du style « monsieur tarification », « l'alarmiste en chef du Québec », et, moins subtilement, « il est un rhinocéros dans une garderie ». Voilà, comment évacuer le débat.

Des noms, je n'en donnerai pas, mais si vous « écoutez pour voir », vous allez rapidement trouver.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer