Courrier des lecteurs

Passionné de sports, le maire de Montréal, Denis... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Passionné de sports, le maire de Montréal, Denis Coderre, a profité de la visite du baseball majeur au Stade olympique pour arborer les couleurs des défunts Expos de Montréal.

Photo Bernard Brault, La Presse

Sport automobile

Monsieur le maire, vous êtes un passionné de sports, tout le monde le sait. C'est pourquoi je vous invite à venir circuler en auto sur le boulevard de l'Assomption, pour vous rendre compte que c'est tout un sport! Au lieu d'être témoin des performances de nos athlètes, essayez donc de voir à celle des employés de la voirie. Votre fierté d'être maire de Montréal est-elle uniquement due au succès du Canadien? Avant d'investir dans un autre stade, pourquoi ne pas commencer par le commencement, en offrant des rues carrossables pour s'y rendre? J'habite au Village olympique et je ne sais jamais si je vais revenir chez moi avec mon auto ou en taxi, ayant laissé dans un nid de poule une partie de mon véhicule. Heureusement que je conduis un «4x4» qui me permet de m'en sortir! Monsieur le maire, même nos médaillés en ski de bosses auraient peine à sortir vainqueurs d'une telle piste. Quant au slalom, nous sommes équipés pour poser notre candidature aux prochains Jeux olympiques d'hiver.

Louise Bureau, Montréal

Couvrir Ville-Marie sans frais

On a vu, dans les grandes villes américaines, des promoteurs acheter à prix d'or le droit de construire au-dessus d'une station de métro, site idéalement stratégique. Bref, la ville vendait de l'espace qui ne lui coûtait rien du tout. Qu'est-ce qui empêche Montréal d'en faire autant avec l'autoroute Ville-Marie? Pour un promoteur, l'option pourrait même s'avérer plus économique que l'approche habituelle, puisqu'il n'a ni à excaver et à évacuer de déblais ni à réaliser un très dispendieux mur périphérique en paroi moulée avec des centaines de tirants d'ancrage. Enfin, le promoteur ne court aucun risque ou imprévu relatif à la présence possible de services d'eau ou autres infrastructures enfouies. Montréal en tirerait un profit complet, ne cédant aucun terrain et prélevant des taxes à vie sur le projet. Tout l'espace couvrant l'autoroute pourrait être offert. La localisation extraordinaire du site assurerait une valeur élevée des projets proposés. On pourrait, dépendant de l'intérêt des propositions reçues, étendre ensuite cette pratique ailleurs, notamment sur certaines parties du boulevard Décarie.

F. Pierre Gingras, Prévost

Les plaines aux Anglais

Louis-Jean Cormier occupe le premier rang des artistes québécois à se produire cet été au Festival d'été de Québec (FEQ). Mille bravos à Louis-Jean, dont le nom suit immédiatement les «vrais grands noms»: Billy Joel, Lady Gaga, The Killers, Brian Adams et quelques autres. Daniel Bélanger, lui, doit attendre l'alignement d'une autre douzaine de «grands», avant de voir son nom apparaître sur la publicité. Le festival de la capitale est fort gentil de permettre ainsi à des «artistes locaux» de côtoyer les «vrais», les «grands». En cette ère de bilinguisme de la société québécoise, quoi de mieux qu'un bon bain de «vraies» chansons anglophones, celles qui rejoignent l'universel ou ce qui le domine? Je suis sûr qu'en juillet, le nouveau premier ministre sera heureux de sortir de l'Assemblée nationale pour se mêler à la foule internationale venue applaudir, sur les plaines d'Abraham, les «vrais et grands» artistes dans la ville de Champlain, la ville des vaincus de 1759. Québec saura sûrement survivre au départ du Red Bull Crashed Ice...

Normand Breault, Montréal

La LNH et les signes religieux

Quand la LNH a réalisé qu'il était dangereux pour les joueurs ne pas porter de casques protecteurs, elle a instauré une règle. Les anciens joueurs ont pu continuer de jouer sans casque, mais les nouveaux arrivants étaient obligés de le porter, eux. Aujourd'hui, la question ne se pose plus. Comme celle de porter une ceinture de sécurité dans sa voiture. Et si nous agissions de la même manière pour les signes religieux, en permettant à ceux qui sont déjà là et qui les ont portés depuis qu'ils sont ici de continuer à le faire «de manière respectueuse» et les interdire aux nouveaux arrivants? Il se passerait une vingtaine d'années puis, tout doucement, sans heurt, la question finirait par ne plus se poser.

Pierre Proulx, L'Avenir

La logique de M. Legault

Je n'en peux plus de l'arrogance simpliste de M. Legault. La campagne électorale a beau être terminée, il en remet. Ainsi, il affirme que le PQ est dans une voie sans issue, car plus de 70% des Québécois ne veulent pas de référendum. Et il invite le PQ au grand complet à joindre la CAQ! Je retourne la logique de M. Legault contre lui: 76% des Québécois n'en veulent pas, de la CAQ! Il a eu beau marteler qu'il s'agissait d'une lutte à deux, entre le Parti libéral et la CAQ, que le PQ était fini, son parti a tout de même terminé troisième, avec moins de votes en nombre absolu et en pourcentage, que lors des élections de 2012 et toujours moins de votes et de députés que le PQ. Alors, M. Legault, devriez-vous tout laisser tomber et vous rallier aux libéraux? 

Yves Rochon, Gatineau




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer