Courrier des lecteurs

La fumée se dégageait des décombres de la... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

La fumée se dégageait des décombres de la Résidence du Havre, au lendemain du sinistre meurtrier.

Photo Alain Roberge, La Presse

La sécurité

J'ai vécu un sinistre similaire, comme pompier volontaire de la municipalité de Pointe-aux-Trembles, en 1958. Quand je vois que le gouvernement du Québec octroie des subventions et des prêts de toutes sortes à des multinationales, ne serait-il pas temps qu'ils légifèrent pour l'installation de normes maximales de sécurité dans les résidences de personnes âgées et que ce même gouvernement prête de l'argent ou offre des subventions aux propriétaires de ces résidences pour se conformer plus rapidement? Vivre ses dernières années en toute sécurité, n'est-ce pas aussi important pour nous que l'appât du gain de certains de ces propriétaires de résidences. Passons vite à l'action.

André Sarrazin

Souvenir douloureux

L'incendie à la Résidence du Havre vient réveiller le souvenir douloureux d'un événement semblable, survenu à la résidence où logeait mon père, à Pointe-aux-Trembles. C'était aussi en hiver. Le feu avait pris dans la cuisine, où l'électricité avait dû être refaite. Je revois mon père, abasourdi, l'air inquiet, dehors dans son fauteuil roulant. On avait réussi à le sortir, recouvert d'une épaisse couverture, pour l'installer dans le stationnement. L'ambulance avait été appelée, car son coeur était malade. Il n'y eut heureusement aucune victime. Ce n'est la faute de personne ces accidents-là.

Yendse Coulombe

J'aurais péri, moi aussi

Dans les résidences de personnes âgées, pourquoi se contenter du minimum au point de vue sécuritaire? Il faut que l'installation de gicleurs soit obligatoire partout. Vous dites que cela coûte cher? Les résidences font des profits. J'ai 80 ans, et on me considère comme autonome. Mais je sais que je panique quand un problème arrive et que je peux à peine réagir. J'aurais péri dans ce feu, c'est certain.

Ghislaine Harvey, Sherbrooke

Pas de financement de la SHQ

Contrairement à ce que laissait entendre un lecteur, hier, la Résidence du Havre, qui a été la proie des flammes à L'Isle-Verte, est une résidence privée et n'a pas obtenu de financement de la Société d'habitation du Québec.

Alexandra Paré, Société d'habitation du Québec




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer