Courrier des lecteurs

Cette année, le vaccin distribué contient des souches... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Cette année, le vaccin distribué contient des souches de A (H1N1), de H3N2 et de l'influenza B. Ces deux dernières souches circulent aussi actuellement au Québec, mais dans une moindre mesure. Les experts ont donc vu juste lorsqu'ils ont élaboré le vaccin.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Où se faire vacciner ?

J'écoute notre cher ministre de la Santé nous dire que la meilleure façon de se prémunir contre la grippe, c'est la vaccination. Je suis parfaitement d'accord. Je me suis fait vacciner tous les ans depuis 1986 et je n'ai jamais eu la grippe depuis ce temps. Heureusement, j'avais un employeur qui m'offrait le vaccin gratuitement au bureau. Depuis 2009, je suis maintenant en semi-retraite (travailleur autonome) et je n'ai plus ce genre de service. Monsieur le ministre, comment puis-je être vacciné? J'ai demandé aux cliniques privées de ma région et au CLSC et la réponse est toujours la même: vous n'êtes pas une clientèle à risque. Je n'ai pas de maladie grave et j'ai moins de 65 ans, alors oubliez ça! Je suis prêt à payer pour le vaccin, mais personne dans ma région ne veut me le donner. Alors, depuis trois ans, je vais dans une pharmacie aux États-Unis et je l'obtiens pour moins de 30$! On pourrait faire cela au Québec? Mais non, ce serait vraiment trop simple!

Réal Boulet, travailleur autonome, Châteauguay

La taille de l'État et la corruption

Les contribuables québécois sont exaspérés par les coûts sans cesse croissants de l'administration publique et par la corruption du système. Certaines stations de radio de la capitale ainsi que certains chroniqueurs de la presse écrite traitent régulièrement de ces sujets et se considèrent même parfois comme étant des éveilleurs de conscience! Par contre, n'existe-t-il pas une dichotomie importante entre la mise en place de mécanismes de contrôles et la baisse des frais administratifs de l'État?

 Ces mécanismes, qui peuvent limiter la corruption, nécessitent des ressources additionnelles. D'ailleurs, le ministère des Transports recrute pour rebâtir son expertise interne et ainsi limiter la corruption qui touche ce milieu. En diminuant massivement la taille de l'État, ne risquons-nous pas de vivre la même situation dans plusieurs autres domaines? L'administration publique québécoise doit être plus performante afin de mieux répondre aux besoins des citoyens, mais il n'est pas réaliste de croire que l'on peut couper dans l'État massivement et lutter efficacement contre la corruption.

Tommie Hamel, professionnel, Québec

Hommes au volant

65% des accidents mortels sont causés par des hommes. Je ne comprends pas que certains hommes ignorent les conditions atmosphériques. Quand il vente, que la neige tourbillonne sur l'autoroute, qu'on ne voit presque rien, certains «bons chauffeurs» nous dépassent avec assurance. Quand le sol est glissant, que le sel ne prend pas, ces messieurs font comme si cela n'existait pas. Ils nous suivent dans le coffre avec impatience.

Malgré tout ce qu'on dit des femmes, elles conduisent mieux, elles ne tuent pas, elles tiennent compte des conditions hivernales.

Je n'ai jamais eu d'accident.

Marie-France Legault, Québec

«Yes, we crack !»

Le maire de Toronto a annoncé qu'il se présentait de nouveau aux prochaines élections municipales. Je lui suggère (gracieusement) deux slogans pour sa campagne électorale: «Let's get cracking!», ou encore «Yes, we crack!».

Benoît Mainguy, Montréal




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer