Bon vol, grand ami!

Gilles Gilbert Bélanger, vétéran de la Seconde Guerre... (Photo fournie par les auteurs)

Agrandir

Gilles Gilbert Bélanger, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, n'a jamais abandonné sa passion pour l'aviation.

Photo fournie par les auteurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jean-Paul Bellon, Pierre Boislard, François Trépanier

Les auteurs sont respectivement fondateur des Clubs Voyages, ex-président de l'Association canadienne des agences de voyages et ex-chroniqueur de tourisme à La Presse.

Notre plus vieil ami, Gilles Gilbert Boulanger, l'un des derniers vétérans de la Seconde Guerre mondiale, est mort d'un cancer dans un hôpital de Sherbrooke, la veille du jour de l'An. Dans six mois, il aurait eu 92 ans.

Gilles Gilbert Boulanger n'était pas seulement un ami, mais un modèle. Son parcours avait fait de lui un homme unique, un personnage de légende, qui jusqu'à la fin de sa vie n'aura cessé de s'imposer de nouveaux défis. Il y a à peine quatre ans, il pilotait encore son propre avion et, en 2010, à l'occasion de ses 88 ans, la base militaire de Bagotville, dont il était le colonel honoraire, lui avait permis de copiloter un CF-18. Plus impressionnant encore, en 2006, il avait publié à compte d'auteur un livre intitulé L'alouette affolée, évoquant ses souvenirs de mitrailleur dans l'Aviation royale canadienne durant la Seconde Guerre mondiale. En 1992, il avait été l'un des fondateurs du groupe Les Faucheurs de Marguerites, organisateur du rallye des avions de loisir de Sherbrooke et, en 2008, il avait été intronisé au Panthéon de l'Air et de l'Espace du Québec.

La guerre et les leçons qu'il en avait tirées avaient fait de lui un homme plein de sagesse, fin observateur de son époque. Le plus admirable chez lui était son attachement à la vie et son esprit d'entrepreneur. Il a été fondateur avec son épouse de la première agence de voyages de Granby (1961). Il allait par la suite déménager l'entreprise à Sherbrooke sous le nom de Voyages Escapades, à ce jour une des plus importantes agences de la région.

Pour cette année, il projetait de se rendre à Caen où il aurait représenté le Canada à l'occasion des fêtes soulignant la libération de cette ville en août 1944. Il aurait profité de ce voyage pour s'arrêter à l'École Gilbert Boulanger rebaptisée en son honneur par les citoyens de la ville de Courseulles-sur-mer, en Normandie, en 2010.

Gilles était doté d'une énergie sereine qui nous aura tous marqués, nous ses amis. Il avait pour maxime «To make things happen». C'est ce qu'il aura fait jusqu'à la fin de sa vie.

Bon vol grand ami.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer