Soulager notre conscience

On dénonce Stéphane Gendron sur les médias sociaux... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

On dénonce Stéphane Gendron sur les médias sociaux avec des appareils dont les écrans tactiles sont fabriqués avec des minerais extraits par des enfants esclaves sans même savoir que les profits réalisés par l'exploitation de ces minerais financent des guerres sanglantes en Afrique, des guerres dont les femmes et les enfants sont les premières victimes.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Doyon

L'auteur est enseignant en philosophie au cégep de Saint-Jérôme.

Stéphane Gendron, en avouant peut-être à la blague avoir tué des chatons, en a choqué plusieurs et avec raison. Mais comment se fait-il que cette histoire de chatons tués fasse le tour du pays et scandalise bien davantage la population que le flot de propos racistes, sexistes et homophobes qui déferle chaque jour sur les ondes de certaines stations de radio?

Je trouve étrange de voir les droits des animaux plus âprement défendus que les droits de la personne. Sommes-nous en train de devenir antihumanistes?

La lutte contre la cruauté envers les animaux est une bonne chose. Mais nous aurions pu espérer que le militantisme pour la reconnaissance de droits aux animaux s'accompagne d'une plus grande sollicitude à l'égard des humains.

On observe malheureusement que l'humanisation des animaux s'accompagne d'une inquiétante animalisation de l'être humain. Nous sommes devenus matérialistes, le but de la vie semble être la poursuite de tous les plaisirs possibles, et notre système économique nous considère comme des ressources plus exploitables qu'humaines.

Au sein de cette société, plusieurs intellectuels se croient progressistes en militant pour l'abandon de la consommation de viande et l'abolition de toute forme d'exploitation animale. La cause est noble, mais comment se fait-il qu'il n'y ait pas un plus grand empressement à mettre un terme une fois pour toutes à l'exploitation humaine? Aurait-on intériorisé l'éthique matérialiste de l'idéologie capitaliste?

On dénonce Stéphane Gendron sur les médias sociaux avec des appareils dont les écrans tactiles sont fabriqués avec des minerais extraits par des enfants esclaves sans même savoir que les profits réalisés par l'exploitation de ces minerais financent des guerres sanglantes en Afrique, des guerres dont les femmes et les enfants sont les premières victimes. Pourquoi l'opinion publique ne se soulève-t-elle pas contre cette situation?

Peut-être que notre dépendance à la technologie et à la société de consommation en général nous a rendus plus indifférents aux souffrances humaines causées par notre mode de vie qu'aux souffrances que quelqu'un peut infliger à des animaux domestiques.

La défense des animaux nous offre une façon commode de soulager notre conscience sans remettre en question les fondements de notre dysfonctionnel système économique.

Je ne suis pas contre la défense des animaux, mais je pense qu'une société qui juge la souffrance animale plus scandaleuse que la souffrance humaine est une société qui a un énorme problème.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer