Rendre l'euthanasie inutile

Si tous les patients en phase terminale avaient... (PHOTO IVANOH DEMERS, archives LA PRESSE)

Agrandir

Si tous les patients en phase terminale avaient accès à des soins palliatifs, le projet de loi sur l'aide médicale à mourir n'aurait plus de raison d'être.

PHOTO IVANOH DEMERS, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Saba

L'auteur est médecin et coprésident de la Coalition des médecins pour la justice sociale.

L'Assemblée nationale du Québec étudiera l'automne prochain le projet de loi 52, qui propose de reconnaître comme légale l'euthanasie (ou l'«aide médicale à mourir») pour les patients porteurs d'une maladie sévère et incurable associée à une détérioration importante et irréversible de leur condition médicale.

Ce projet de loi soulève des questions importantes.

L'euthanasie a-t-elle sa place dans la médecine moderne?

Depuis 2500 ans, les médecins ont exercé leur profession en s'engageant par le serment d'Hippocrate à ne pas provoquer de mort intentionnelle à leur patient. Les horreurs de l'euthanasie pratiquée par le régime nazi sur les malades devraient mettre un frein à la possibilité d'un suicide avec assistance médicale. Les chartes canadienne et québécoise des droits de la personne protègent la vie et la sécurité des citoyens. La Loi sur la santé et les services sociaux ainsi que le code de déontologie du collège des Médecins du Québec protègent les patients de l'euthanasie.

Les soins palliatifs sont-ils une alternative à l'euthanasie?

Plusieurs études ont montré que les soins palliatifs sont efficaces pour soulager les patients en phase terminale. Cependant, il faut que les gouvernements accordent une priorité aux soins palliatifs en terme de médication et de support à des équipes de professionnels qui sont en mesure d'apporter un support médical, psychologique et social à ces malades. 

À l'heure actuelle, au Québec, seulement 20% des patients en phase terminale ont accès aux soins palliatifs. La majorité des patients concernés montrent donc une inquiétude bien légitime vis-à-vis la souffrance de la fin de leur vie. Si on offrait des soins palliatifs adéquats à ces patients, l'euthanasie deviendrait inutile.

Y a-t-il des risques de dérapage?

En 2002, l'adoption d'une loi autorisant l'euthanasie en Belgique entraîna 24 décès assistés. En 2011, ce nombre s'éleva à 1,133 décès. L'an passé, des jumeaux identiques physiquement actifs et âgés de 43 ans furent euthanasiés après avoir montré un trouble génétique provoquant une cécité progressive. Actuellement, le Sénat belge discute de la possibilité d'élargir l'accès à l'euthanasie aux mineurs souffrants et affectés par une maladie sévères.

Les balises sont-elles suffisantes?

Un médecin peut-il, par une évaluation de 30 à 60 minutes, faire un examen en profondeur d'un patient en phase terminale pour certifier que l'euthanasie est une option de choix? Le tiers des patients euthanasiés en Belgique n'auraient pas été en mesure de donner un consentement libre et informé. Toujours en Belgique, 50% des cas d'euthanasie n'ont pas été rapportés aux autorités.

L'euthanasie peut-elle vraiment être un choix libre?

Le système de santé au Québec manque de ressources financières et il vient de subir des compressions de l'ordre de 100 millions. Entre autres conséquences, les patients âgés dans des résidences doivent demeurer souillés par l'urine ou les selles pendant des heures, et un certain nombre de personnes développeront des plaies de lit. Plusieurs d'entre elles souffrent de déshydratation et de malnutrition. Et lorsque ces patients entrent en phase terminale, ils n'ont pas accès aux soins palliatifs.

Il faut donc s'interroger davantage avant d'ajouter l'euthanasie aux soins médicaux. Le gouvernement du Québec a-t-il l'intention de prioriser l'accès aux soins palliatifs? Si les patients en phase terminale n'ont pas accès à de tels soins, peuvent-ils vraiment faire un choix libre et informé pour décider d'utiliser un cocktail létal? L'euthanasie représenterait elle la solution finale d'un système de santé déficient pour les patients en phase terminale?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer