Vive l'hiver!

Richard Larouche en compagnie de sa conjointe, Mireille... (Photo fournie par l'auteur)

Agrandir

Richard Larouche en compagnie de sa conjointe, Mireille Lachance.

Photo fournie par l'auteur

Partager

Sur le même thème

Richard Larouche

L'auteur réside à Gatineau.

Samedi 6 avril. Huit heures. Il fait moins cinq degrés Celsius. Pas de vent. L'hiver s'étire. Je m'en réjouis. Je mets mes skis de fond pour la 47e fois de la saison. Probablement la dernière.

Le plus extraordinaire, j'en suis à ma 13e randonnée depuis le début du printemps. Quelque 400 kilomètres en ski de fond depuis le 22 mars, ça vaut un remerciement à l'hiver qui tarde à céder le passage au printemps! Lorsque l'hiver prend fin, j'ai généralement les blues pendant quelques semaines. Cette année fera peut-être exception! Bon an mal an, j'avale en moyenne 1200 km dans les pistes de ski de fond. 120 heures de pur plaisir. N'eût été ce printemps tardif, je n'aurais pas maintenu ma moyenne cette année et j'aurais les blues!

J'entends les gens qui maudissent l'hiver autour de moi. Je les appelle les «mésadaptés» de l'hiver. Les frileux. On vit dans un pays nordique qui a tant à offrir comme activités de plein air dans quatre saisons bien définies. Pourtant, les gens s'encabanent dès la première bise d'automne venue et ne sortent de leurs chaumières qu'aux beaux jours du printemps. Non seulement maudissent-ils l'hiver, mais ils pestent contre la chaleur qui tarde à venir le printemps venu. Je suis tanné de les entendre maugréer contre le temps qu'il fait. «Adaptez-vous ou migrez vers le sud», que j'ai envie de leur dire.

À une amie qui me demandait il y a deux ans quand j'allais commencer à ralentir. Je lui ai répondu: «quand je serai vieux». Ce matin, j'ai piqué une jasette avec un homme que j'ai croisé à quelques reprises ces derniers jours et je lui ai demandé à quelle fréquence il faisait du ski de fond. Il en était à sa 98e randonnée depuis le 21 décembre. Toujours le même parcours de 7 km. Pal mal pour un homme de 77 ans. Si la santé est bonne, je ferai encore du ski de fond à cet âge. Au fait, à quel âge est-on vieux?

Et quel âge a cet adepte invétéré du ski de fond? Pour vous mesdames, j'ai 20 ans... trois fois 20 ans. Pour vous messieurs, j'ai 30 ans... deux fois 30 ans. Et pour vous les jeunes, je suis un vieux crouton de 60 ans qui est plus en forme que la plupart d'entre vous ne le serez jamais dans toute votre vie.

Cet après-midi j'irai porter mon vélo pour une mise au point avant de commencer à rouler jusqu'au mois de novembre pour être fin prêt à entamer une nouvelle saison de ski de fond, en espérant que Dame Nature nous fera le privilège d'un hiver hâtif.

À tous ceux qui maudissent l'hiver, je vous fais un beau pied de nez. Dans d'autres circonstances, je vous ferais bien un beau câlin, ou vous donnerais une bonne poignée de main.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer