Nous devons beaucoup à Guy Laliberté

Guy Laliberté... (Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Guy Laliberté

Bernard Brault, La Presse

Partager

Francine Laplante
L'auteure est femme d'affaires.

La nouvelle que personne n'avait envisagée est tombée comme une bombe : le Cirque du Soleil doit se résoudre à supprimer quelques centaines d'emplois, à réorganiser ses priorités, à évaluer sa rentabilité sous un autre jour.

Le Cirque du Soleil, notre fierté québécoise, est ébranlé dans cette épreuve humaine et la tempête médiatique qui s'en suit. En échange de toutes les fois où nous avons été fiers collectivement du rayonnement et des nombreux succès du Cirque, il nous revient aujourd'hui de démontrer notre solidarité et notre confiance à Guy Laliberté et à toute son équipe. C'est vraiment dans les plus grandes tempêtes que nous avons le plus besoin de notre clan pour remonter à la surface et revenir encore plus fort.

Je ne comprends pas donc la réaction ultra négative de beaucoup de gens qui s'en prennent à Guy Laliberté en lui reprochant de faire des mises à pied alors qu'il a une fortune personnelle considérable. Puis-je rappeler que Guy Laliberté a commencé au bas de l'échelle et qu'il est arrivé au sommet en montant les marches une après l'autre, dans des circonstances pas toujours favorables? Il a cru en son rêve, en son grand talent et en celui de son équipe malgré un chemin rempli de préjugés et de défis de taille, avec détermination et créativité. Même quand nous lui avons fermé les portes en refusant de le seconder dans son projet audacieux de spectacle permanent au Québec, il a gardé la tête haute sans jamais renier ses origines et, surtout, sans jamais nous garder rancune. 

Pouvons-nous aujourd'hui lui donner notre appui et lui accorder notre confiance sans nourrir d'arrière-pensées envers l'homme et son génie novateur qui mérite bien plus des éloges que des reproches? Pouvons-nous éviter de juger sa richesse personnelle en nous concentrant sur ses accomplissements, et ses incroyables réalisations dont nous sommes si fiers?

S'il est vrai que plus de 400 personnes se retrouveront sans emploi, n'oublions pas le nombre d'emplois qu'il a créés durant toutes ces années, les retombées économiques dont nous avons collectivement bénéficié, l'apport économique et culturel de son entreprise qui fait rayonner le Québec sur la scène internationale... 

Je trouve décevant notre jugement aussi dur et cassant envers l'homme et son entreprise. Dois-je vous rappeler qu'il s'agit d'une entreprise privée et que M. Laliberté est un homme d'affaires? Qu'il pourrait prendre une retraite bien méritée après avoir accompli autant, sans se préoccuper de la survie du Cirque et de l'avenir des milliers d'employés toujours à son emploi? Il pourrait mettre la clé dans la porte et ne rendre de comptes à personne; pourtant, il a choisi de faire face à la musique en rencontrant ses employés montréalais pour leur expliquer la situation face à face sans se défiler. Je lui lève mon chapeau! 

Nous devons beaucoup à M. Laliberté. Plus que jamais, il a besoin de sentir un appui sincère de ses frères et soeurs de coeur que nous sommes pour propulser ses projets et ses rêves encore plus haut. Soyons à la hauteur de notre réputation de peuple solidaire et humain, montrons-lui que nous sommes derrière lui même quand la tempête ébranle le chapiteau!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer