Que sont devenus les libéraux?

Sur le même thème

Les actions et discours du gouvernement Charest sont... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Les actions et discours du gouvernement Charest sont de plus en plus inspirés d'un conservatisme qui ressemble aux politiques auxquelles nous a habitués le gouvernement Harper à Ottawa.

Photo: Le Soleil

 

Daniel Nadeau
Ancien organisateur libéral, l'auteur était directeur des communications de Jean Charest dans la circonscription de Sherbrooke en 2003.

Cyberpresse

On ne peut se dire libéral et démocrate et, à la première difficulté venue, fouler aux pieds les principes que nous prétendons chérir et défendre. On ne peut se réclamer du libéralisme et suspendre les droits et les libertés fondamentales des citoyens pour juguler une crise politique qui relève plus de l'intendance gouvernementale que d'un contexte prérévolutionnaire. C'est ce que fait le gouvernement Charest.

Les ténors gouvernementaux expliquent la loi spéciale (78) en la réduisant au seul fait qu'il n'est pas déraisonnable de demander à des manifestants de donner huit heures à l'avance le trajet d'une manifestation. La vérité, c'est que ce n'est là qu'un des éléments de la loi spéciale.

Ce que le gouvernement ne dit pas, c'est qu'au-delà les manifestations, les représentants syndicaux et étudiants sont responsables du comportement de leurs membres si les choses ne se déroulent pas comme elles le devraient. On ne dit pas non plus qu'on restreint la liberté d'association et d'expression.

On ne dit pas que tout regroupement de plus de 50 personnes dans un lieu public peut être jugé illégal selon le bon jugement des policiers. À la limite, une réunion familiale dans un lieu public pourrait être jugée illégale. Bien sûr, si on a confiance au jugement des policiers, on ne s'inquiétera pas de telles chimères, me rétorquera-t-on. Le Barreau du Québec lui s'en inquiétait. Plus de 500 juristes s'en inquiétaient assez pour manifester dans les rues. Même l'ONU s'en inquiète.

Je ne reconnais pas le PLQ dans la loi d'exception qui restreint les libertés et les droits des Québécois. Pourtant c'est le même gouvernement qui hésitait à créer une commission d'enquête au nom des droits et libertés des gens qui pourraient être appelés à y comparaître. Si je comprends bien l'argumentaire du premier ministre, les droits et libertés d'un Tony Accurso sont plus importants à ses yeux que ceux de Gabriel Nadeau-Dubois, «ce communiste-terroriste-fauteur-de-trouble» (sic).

Ce gouvernement justifie l'adoption d'une telle loi par l'existence d'un climat de chaos et de violence. Pensons aux événements de Victoriaville et de Montréal, nous rappelle le premier ministre. Nous en arrivons à l'essentiel de la stratégie de communication du gouvernement. Ne pas reculer, ne rien céder, défendre la loi et l'ordre. Il faut opposer le chaos, la rue et les référendums de Pauline Marois à l'ordre, au paiement d'une juste part pour tous et à la stabilité politique de Jean Charest. Citoyennes et citoyens, bientôt vous serez appelés à choisir entre le chaos péquiste et l'ordre libéral.

En attendant, le discours du gouvernement est plus «divisif» que jamais: avec moi ou contre moi. Ceux qui critiquent le gouvernement sont des souverainistes, des ennemis, des carrés rouges, des gens qui font des stratagèmes. Le gouvernement se fabrique des opposants. Dans ce contexte, pouvons-nous croire un instant que notre gouvernement veuille trouver une solution à ce conflit devenue grâce à ses bons soins une crise sociale?

Les actions et les discours du gouvernement en place sont de moins en moins inspirés du libéralisme et des traditions démocratiques du PLQ et de plus en plus d'un conservatisme qui, à plusieurs égards, ressemble aux politiques auxquelles nous a habitué le gouvernement Harper à Ottawa. Au fond, MM. Charest et Harper sont deux politiciens issus de la tradition conservatrice et cela est plus apparent que jamais aujourd'hui.

À l'aube d'une campagne électorale, quel choix politique reste-t-il pour ceux qui veulent qu'on gouverne pour le bien commun et qu'on traite notre jeunesse sans mépris? Pour ceux qui pensent qu'on doit reconnaître le droit d'association et d'expression des associations étudiantes? Pour ceux qui souhaitent un gouvernement qui dialogue avec la population plutôt qu'un gouvernement qui soliloque avec lui-même? Pour ceux qui croient à l'importance des droits et libertés des citoyens du Québec? Bref, que sont devenus les libéraux?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer