Garderies : Donner des ailes

«  [Les membres de l'équipe de la garderie]... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«  [Les membres de l'équipe de la garderie] ont été des alliés, des complices, des partenaires et avec eux, nous avons écrit un chapitre de notre vie de famille », souligne Mélanie Dugré.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans quelques jours, avec une nostalgie toute maternelle, je verrai le palpitant chapitre de la petite enfance de mes enfants se fermer.

Chaque étape de la vie de nos enfants apporte son lot de joies, de peines, de réussites et de difficultés.

Mais la petite enfance reste probablement la période la plus marquante et bouleversante, celle qui nous confronte de plein fouet à nos illusions romantiques de la parentalité, qui met notre couple à l'épreuve et nous renvoie, sans dentelle ni gants blancs, à nos forces et nos faiblesses de parents.

Je fais partie des mamans qui travaillent, un peu par obligation, mais surtout par choix et passion pour ma profession, et par besoin de m'accomplir et de m'épanouir au-delà de mon rôle de mère. Ce faisant, j'ai inévitablement manqué des moments précieux de la petite enfance de mes trois lionceaux, mais j'ai depuis longtemps fait la paix avec ma réalité, en acceptant que la garderie fasse partie de la leur.

Chaque expérience en garderie, qu'elle soit publique, privée, privée subventionnée ou en milieu familial, est unique. Il existe autant d'histoires, belles et moins belles, qu'il y a de familles qui fréquentent les divers services de garde de la province. Ceci dit, la vie est parfois ironique.

Alors que les manchettes font présentement état de places en CPE qu'on peine à combler, mes enfants sont nés à une époque où obtenir une place relevait d'un véritable jeu de loterie. Je l'ai souvent écrit : mes rejetons auront poireauté sur les listes d'attente de plusieurs CPE sans jamais que leur nom ne soit pigé. Nous avons donc dû trouver des solutions de rechange et notre choix s'est arrêté sur une des mal-aimées parmi les garderies privées subventionnées : une garderie que pour rien au monde je n'aurais changée et qui aura joué un rôle significatif dans la vie de notre famille.

Le 17 juin, ma fille, petite dernière de la famille, terminera son passage à cette garderie lors d'une cérémonie symbolique et sans prétention.

Cela fera alors neuf ans que nous côtoyons, cinq jours par semaine, le personnel extraordinaire de cette garderie et que leurs regards familiers et leurs sourires accueillants illuminent nos débuts et fins de journées. 

Pendant toutes ces années, nous avons fait équipe avec eux afin d'accompagner nos enfants et de les aider à se développer comme êtres humains en cultivant des valeurs nobles, fortes et solides. Des valeurs comme la communication, le partage, la politesse et le respect, qui sont d'abord celles de leurs éducateurs et qui les suivront pour toujours et les aideront à cheminer à travers les hauts et les bas de la vie.

Certains diront que l'équipe de la garderie n'a fait que le travail pour lequel elle est payée ; je leur répondrai que chaque membre de cette équipe est allé bien au-delà de son mandat, en nous léguant un peu de lui-même. Ils nous ont épaulés lors de moments plus difficiles et nous ont gentiment offert conseils et réconfort ; jamais nous ne nous sommes sentis seuls vis-à-vis des défis de la parentalité.

Ils ont été des alliés, des complices, des partenaires et avec eux, nous avons écrit un chapitre de notre vie de famille. En notre absence, ils ont veillé sur nos oisillons avec affection, chaleur et bonté, tout en étant le prolongement de nos bras, de notre tête et de notre coeur, avec lequel ils ont consolé, soigné, réprimandé, amusé, félicité et aimé.

Dans quelques jours, avec une nostalgie toute maternelle, je verrai donc le palpitant chapitre de la petite enfance de mes enfants se fermer. Leur histoire, elle, ne fait pourtant que commencer et après avoir pris leur envol, ils sauront bien revenir se poser l'espace de brefs instants pour fouiller dans la boîte à souvenirs de leurs années de garderie et revoir ceux qui, avec dévouement et générosité, auront contribué à leur donner des ailes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer