Lettre à un nouveau diplômé

« C'est le moment de suivre tes passions, de... (Photo Thinkstock)

Agrandir

« C'est le moment de suivre tes passions, de prendre de grands risques et de suivre des chemins incertains », conseille LP Maurice.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
LP Maurice

Tu as reçu ton diplôme cette semaine. Félicitations !

Tu récoltes finalement le fruit de tes efforts. Tu te prépares maintenant pour le monde du travail. Tu enverras bientôt ton CV à plusieurs entreprises pour obtenir un boulot d'été ou un emploi permanent débouchant sur une carrière. Tu chercheras des organisations solides pour te former. Tu voudras possiblement garnir ton CV de quelques grands noms pour lancer ta carrière.

Tu aimerais peut-être aussi rendre tes parents fiers, eux qui t'ont encouragé pendant tes études, et commencer à rentabiliser cet investissement en éducation de plus d'une décennie. Tu valoriseras probablement davantage les emplois avec un salaire un peu plus important, ceux qui t'offrent 5000 $ de plus cette année, question de rembourser tes dettes étudiantes plus rapidement. C'est tout logique.

Et si tu faisais l'inverse ?

Tu as une occasion temporaire et unique de bâtir la fondation de ton futur bonheur.

C'est le moment de suivre tes passions, de prendre de grands risques et de suivre des chemins incertains. Remets tout en question. Pars en voyage ! Longtemps ! Démarre une entreprise avec ton ami ! Maîtrise le dessin ! Deviens bénévole dans ta communauté ! Apprends tout sur l'intelligence artificielle, car tu penses que c'est l'avenir ! Organise un festival de musique ! Joins-toi à ta startup locale préférée !

N'oublie pas que Steve Jobs a dit qu'on ne peut pas aligner les points ( connect the dots ) en regardant devant ; c'est plus tard que tout prendra son sens. Coeur en premier, tête ensuite ! Tout se passe maintenant.

Dans une récente vidéo virale, l'expressif entrepreneur Gary Vaynerchuk mentionne que tous les nouveaux diplômés ont maintenant une « fenêtre de cinq ans » devant eux.Avec peu d'attaches et de responsabilités, tu ne seras jamais plus libre que maintenant. C'est le temps de saisir cette chance !

Il y a 10 ans, j'étais à ta place. J'obtenais mon baccalauréat. J'appréhendais l'avenir. Un stage en grande entreprise ? Une maîtrise ? On me suggérait de bâtir une base solide avant d'explorer mes champs d'intérêt plus tard. J'ai donc attendu. Ce n'est que plusieurs années après que j'ai commencé à découvrir qui je suis vraiment, une expérience à la fois. Un voyage en Amérique latine. Des cours de photo, et finir par en faire toute la journée. Apprendre à programmer. Écrire un blogue. J'ai finalement trouvé mes passions.

En explorant dès maintenant pour « connecter » avec tes passions plus tôt, ce sera plus facile de mettre les heures nécessaires, dans les années à venir, pour monter en compétence dans le domaine de ton choix. Tu auras aussi peut-être la chance d'avoir un impact encore plus rapidement dans ta communauté, à ta manière.

CONSEILS SYMPATHIQUES

Voici quelques conseils sympathiques pour faciliter ta recherche. Tout d'abord, concentre-toi sur les gens plutôt que sur les organisations. Trouve ceux qui t'intéressent, que tu respectes et qui sont prêts à te prendre sous leur aile.

Deuxièmement, fais tes devoirs. Va au-delà du recruteur ou de l'orienteur. Parle à tes futurs collègues. Ils ont l'air de triper ? Des événements comme Portes ouvertes Montréal et Portes ouvertes Startup te permettent même de visiter leurs bureaux. Tu peux aussi contacter un des 1700 mentors du réseau québécois Academos. Tu veux enseigner au Bhoutan ? Parle à trois personnes qui l'ont fait. C'est beau, être impulsif, mais il faut aussi être intelligent !

Finalement, vas-y à fond. Sois une méga-éponge : écoute et absorbe. Persévère, car la grande étincelle n'est souvent pas immédiate. Retrousse tes manches et reste humble, c'est toi le nouveau ! Ton entourage remarquera rapidement que tu as du caractère et t'ouvrira plusieurs portes.

Au secondaire, mon professeur d'anglais m'a fait lire un texte intitulé Créditer le merveilleux écrit par le poète irlandais Seamus Heaney, lauréat d'un prix Nobel de littérature. C'était un discours à de jeunes diplômés universitaires. Je l'ai conservé, car j'aimais sa conclusion.

« Exigez plus. Non des biens terrestres, mais de la liberté et de l'approfondissement intérieur qui vient de la fidélité à la fierté de votre propre être. Faites confiance au kaléidoscope de vos propres possibilités. Gardez votre tête haute. Créditez le merveilleux, avancez, faites votre chemin comme les dauphins le font. Soyez des éco-sondeurs, des explorateurs. Rappelez-vous que vous êtes ici pour le bien, dans tous les sens du terme. »

Tu pensais que c'était une semaine ordinaire d'envoi de CV en attendant une job ? Vois aussi la poésie de ton avenir.

Tu as une fenêtre qui s'ouvre à toi. Attaque ta vie !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer