Stephen Harper est ignoré

Le premier ministre Harper a eu un accueil... (Photo Lucas Jackson, Reuters)

Agrandir

Le premier ministre Harper a eu un accueil modeste lors de son passage devant l'Assemblée générale de l'ONU, jeudi soir.

Photo Lucas Jackson, Reuters

Jocelyn Coulon

Directeur du Réseau de recherche sur les opérations de paix, affilié au CERIUM de l'Université de Montréal. Il collabore régulièrement à La Presse Débats.

Stephen Harper s'est adressé jeudi en soirée à l'Assemblée générale des Nations Unies. La salle était quasi vide. C'est normal. Comme personne ne s'attendait à ce qu'il dise quelque chose d'important, personne ou presque ne s'est présenté. Le premier ministre du Canada est ignoré sur la scène internationale, et il en porte une partie de la responsabilité.

La présence à l'Assemblée générale de l'ONU est un exercice auquel se prêtent annuellement tous les chefs d'État et de gouvernement de la planète. Malheureusement, les premiers ministres canadiens n'ont jamais été très assidus, et Stephen Harper ne fait pas exception. Et même lorsqu'ils sont présents, l'assistance est clairsemée.

Le cas du premier ministre conservateur est toutefois différent. Il s'est souvent rendu à New York à l'occasion de l'Assemblée générale, mais a préféré ignorer cette tribune et vaquer à d'autres occupations. Cette indifférence, sinon ce mépris, envers l'ONU fait dire à plusieurs que le premier ministre isole le Canada sur la scène internationale et rompt avec la grande tradition du multilatéralisme si chère à tous ses prédécesseurs, conservateurs comme libéraux.

La critique est juste, mais elle fait abstraction de ce que le premier ministre a comme politique étrangère, même si celle-ci ne plaît pas aux libéraux, aux néo-démocrates ou aux groupes de pression de toutes sortes. Stephen Harper déteste le multilatéralisme à la sauce onusienne. Il la taxe de relativisme moral et de compromission avec des dictateurs. Pour lui, ce multilatéralisme ne peut produire de résultats concrets et honorables. Il y préfère une diplomatie à la carte, reposant sur les relations bilatérales ou avec un certain nombre de partenaires et visant des objectifs bien précis.

Actuellement, deux objectifs, deux causes, animent la politique étrangère du Canada, a dit Stephen Harper dans son discours. « La croissance du commerce entre les pays et l'acheminement d'une aide concrète au développement, pour les populations, une aide simple, pratique, voilà ce qui caractérise l'action de notre gouvernement à l'échelle mondiale. » Et cette action produit des résultats.

Sous son gouvernement, le commerce avec l'Amérique latine et l'Asie a fait un bond considérable. Les accords de libre-échange se sont multipliés et le plus important d'entre eux, l'accord commercial avec l'Europe, pose les jalons d'une communauté économique transatlantique, un projet cher aux fondateurs de l'OTAN, ce pacte de défense collective signé en 1949, qui y voyaient le deuxième pilier d'une architecture de sécurité occidentale.

Le gouvernement Harper n'a pas pour autant négligé le développement, mais il agit selon ses priorités. D'où l'accent mis sur la santé maternelle, néonatale et infantile, un programme multilatéral de plusieurs milliards de dollars, universellement salué. Le premier ministre y a consacré l'essentiel de son discours devant l'ONU.

Malheureusement, depuis son arrivée au pouvoir, Stephen Harper oublie une chose : le Canada n'a d'influence que s'il est perçu et vu comme étant un acteur constructif, capable de répondre aux grandes questions qui inquiètent la planète. Or, sous sa gouverne, le Canada ne l'est plus. Le premier ministre et son ministre des Affaires étrangères ont multiplié les déclarations à l'emporte-pièce et parfois insultantes sur l'Iran, la Russie, le conflit israélo-palestinien, l'attitude d'Obama face au pipeline Keystone ou les changements climatiques. Dès lors, on évite Stephen Harper.

Dans un monde multipolaire où l'Occident ne fait plus la loi, il faut parler à tous les acteurs pour trouver des solutions. Ainsi, François Hollande et David Cameron ont rencontré cette semaine le président iranien afin de discuter de non-prolifération nucléaire et de lutte au terrorisme. Stephen Harper n'a pas eu ce courage. Cette attitude n'est pas celle d'un homme d'État, mais d'un idéologue enfermé dans ses certitudes, inapte à la communication. À tort ou à raison, c'est sans doute cela que l'Histoire retiendra de la politique étrangère de Stephen Harper.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer