L'obsession référendaire du PQ

La seule mention d'un référendum durant la dernière... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La seule mention d'un référendum durant la dernière campagne électorale était perçue comme une gaffe; elle faisait fuir l'électorat.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gérard Bouchard

Historien et sociologue, l'auteur est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs, il collabore régulièrement à La Presse Débats.

Les médias ont souligné à quel point la mécanique référendaire demeure au coeur du débat entourant la course à la chefferie du PQ. Les dirigeants du parti pensent-ils vraiment que ce thème rejoint les préoccupations des Québécois? Croient-ils de cette façon relever le parti des profondeurs où il est tombé?

Rappelons que la seule mention d'un référendum durant la dernière campagne électorale était perçue comme une gaffe; elle faisait fuir l'électorat. Le PQ en était réduit à s'interdire d'aborder l'idée même qui devrait structurer son action. À peine quelques mois plus tard, chaque candidat à la chefferie croit devoir présenter sa formule référendaire.

Un post-mortem qui tarde

On s'attendrait à ce que les leaders péquistes fassent d'abord preuve d'humilité: montrer qu'ils sont conscients du désaveu brutal qui leur a été infligé, reconnaître les graves erreurs commises et rechercher les voies d'un redressement menant à une réconciliation avec l'électorat. Ce redressement, il passe aussi par une analyse approfondie de la situation du Québec, l'identification des problèmes prioritaires et la conception de solutions originales pour y remédier. Pour l'instant, Alexandre Cloutier est le candidat le plus crédible sous ce rapport.

Le post-mortem devrait inclure des clarifications sur l'avenir du projet de charte et la politique à suivre en matière d'intégration des immigrants et de relations interculturelles. Hormis le projet de charte, il a peu été question de ces thèmes durant le dernier mandat du parti.

On aimerait bien savoir aussi où exactement loge le PQ sur les questions environnementales, notamment l'enjeu du pétrole. Sur ce sujet, Mme Marois et la ministre responsable ont fait entendre des voix discordantes. Le même flou a présidé dans les dossiers des finances publiques, du système de santé et de l'aide aux grandes entreprises. Quant à la culture, elle était pratiquement absente au bataillon.

Attention à droite...

Il est hautement souhaitable que le parti persiste dans sa tradition sociale-démocrate. Mais il devra présenter des propositions convaincantes, sinon il pourrait bien se faire doubler par la CAQ au prochain rendez-vous électoral. Le Parti libéral fait le pari du fouet et de la carotte. En s'acquittant des politiques impopulaires en début de mandat, il compte ensuite revendiquer le crédit de sa bonne gestion, tirer profit de la nouvelle santé financière du Québec et assurer sa réélection. Rien n'est moins sûr.

Les résistances aux coupes à blanc (parfois déconcertantes: tarifer les services ambulanciers pour les aînés? couper dans l'entretien de pistes cyclables?) s'annoncent féroces. Avant de se livrer à sa politique d'austérité, le Parti libéral ne s'est pas soucié de consulter la population pour gagner son appui, ou du moins pour expliquer la logique de ses interventions. En plus, certaines initiatives heurtent nos valeurs. C'est le cas de la nouvelle tarification des garderies. Le gouvernement touchait ici à un sujet très sensible dans un Québec - on l'a bien dit- «fou de ses enfants». Là comme ailleurs, la pédagogie fait défaut.

Le gouvernement risque de perdre son pari. La besogne ingrate qui devait occuper la première partie de son mandat pourrait bien l'occuper en totalité.

Les libéraux se présenteraient alors en position de faiblesse à la prochaine élection et la CAQ pourrait apparaître comme la solution de rechange. À cause de son chef, d'abord, qui s'est signalé durant la dernière campagne par sa franchise, son courage politique et sa cohérence. À cause aussi de l'orientation de son parti nourrie de pragmatisme, et depuis peu teintée de nationalisme. Ce parti pourrait détourner à son profit la politique d'assainissement conduite par l'actuel gouvernement, dont tout le travail en fin de compte n'aurait consisté qu'à tirer les marrons du feu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer