Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Le port du niqab permis pendant un témoignage devant une cour de justice

Jacinthe Mercier
 

Jacinthe Mercier

Le port du niqab pourrait être toléré lors d'un témoignage devant une cour de justice, dans certaines circonstances. C'est ce que vient de décréter la Cour suprême du Canada.

Ce jugement qui est loin d'être unanime risque de provoquer à nouveau la grogne dans la population.

Conflit de lois oblige, semble-t-il, à dresser une série de critères qui permettront aux juges de décider si oui ou non une personne peut témoigner en portant le niqab.

Les critères sont restrictifs, s'ils sont bien appliqués, les cas où le port du niqab sera autorisé devraient être bien limités.

Mais le droit à un procès équitable et le droit à ses croyances religieuses sont-ils vraiment conflictuels ?

Il existe une hiérarchie des droits. Par exemple, le refus des parents d'autoriser une transfusion sanguine à leur enfant pour des motifs religieux n'a pas été retenu par cette même Cour. La décision a été claire : le droit à la vie prime sur la liberté religieuse.

Si les croyances religieuses permettent la polygamie, le Code criminel le défend, c'est l'essence même des fondements de notre société et l'interprétation de la Charte n'autorise pas de dérogation à ce sujet.

La liberté religieuse n'est pas une voie rapide qui permet de déroger à toutes les lois.

Cette décision est donc fort surprenante. On utilise de plus en plus des techniques d'analyse du langage non verbal dont plusieurs éléments sont repérés dans l'expression du visage pour déterminer si le témoin ment ou non.

Alors, il est légitime de se demander si la grogne ne provient pas de directives contradictoires ou qui semblent l'être?

Nos coutumes sont bafouées au nom du respect des autres minorités religieuses. On se demande si on a encore le droit de parler de Noël sans offenser les autres. Le maire de Saguenay est condamné parce qu'il insiste pour dire sa prière lors du conseil municipal, c'est un lieu public, dit-on.

Est-il plus outrageant de supporter une courte prière ou de permettre à des personnes de se présenter dans des lieux publics, un tribunal de surcroît, le visage voilé pour témoigner.

Les immigrants qui deviennent citoyens canadiens s'engagent à respecter nos lois et nos coutumes. On a parfois l'impression de devoir nous soumettre à une série de dérogations contraires à nos valeurs et à devoir nier les nôtres.

Pas besoin de commission pour comprendre d'où proviennent les réactions des citoyens.

Le port du niqab devrait être interdit purement et simplement. D'autres pays ont légiféré, n'est-il pas temps de le faire ici?

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (15)

Commenter cet article »

  • @ loula
    Il n'est jamais trop tard. La décision de la cour suprême mène nul part encore une fois.... Pourquoi ne pas se baser sur d'autres pays, notamment La France. Tolérance zéro. Facile. Tolérance zéro. Et je joins un message à Me Julius Grey: laissez donc les québécois prendre cette décision importante.

  • La France a invoqué la sécurité publique pour interdire le voile intégral (niqab). Pas parce que c'est un symbole de la soumission de la femme à l'homme.
    On pourrait faire pareil ici.
    Marc Tremblay

  • Il n'y rien de plus repoussant que ces cages d'oiseaux pour femme. Vous pouvez dire se qu'ils vous plaira mais laissons encore quelques années a ne pas vouloir attaqué se foutu problème d'accommodement déraisonable et sait nous qui seront obligé de se battre pour vivre a notre façon... Bientôt on devra faire porter le voile a nos femmes car cela choquera les musulman. Ils ont bien réussi a faire sortir des gens d'une cabane a sucre pour prier... À faire radier le cochon du menu et on se fait passer du Halal à tour de bras. Mais pas de problème car nous les québecois mou on aime se faire manger nez par tout le monde.

  • Apparemment, la Cours suprême du Canada a de la difficulté à conjuguer transparence judiciaire et obscurantisme religieux... même si Allah lui-même n'impose à la naissance de qui que ce soit, peu import son sexe, autre chose que la nudité.
    Un grand moment de lucidité proposé par la crème de notre magistrature judiciaire.

  • Un jeune qui se présente à l'école avec une casquette peut être renvoyé chez lui. Renvoyé de l'école s'il récidive
    Un jeune qui manifeste dans la rue avec un visage caché peut être arrêté.
    Si quelqu'un entre dans une banque avec le visage couvert, on peut lui interdire l'entrée.
    Mais toutes ces règles tombent quand la personne est de religion Musulmane.
    D'un côté, on nous dit que les Musulmans sont des gens comme les autres. De l'autre, l'État leur donne plein de droits spéciaux.

  • Je suis totalement contre le port du niqab partout au Canada et dans tous les endroits et surtout devant une cour de justice
    Si une femme doit comparaitre et qu'il peut être dangereux pour sa personne que ses agresseurs luivoit le visage on peut toujour la faire comparaitre visage nu à l'intérieur d'une baie vitrée noire.
    Que l'on arrète s.v.p. ces fameux accommodements pour fin de religion.
    JGG

  • Et nous on peut subir les foudres de l'état pour porter un masque en manfestant.

  • Le seul passage qui me chicotte dans ce texte est la référence à la prière de M. Tremblay. Un élu doit baser ses décision sur le code civil sur lequel il a prêté serment et non pas sur sa religion, aussi belle est humaine soit-elle. J'épprouve un malaise à voir un élu baser ses décision sur sa religion qui ne représente p-e pas toute la population.
    Selon moi la religion doit se pratiquer chez soi ou dans un lieu de culte.

  • eternite, vous n'êtes pas du bon coté dans cette bataille. Le jugement s'oppose, dans son essence, à un projet de charte de laîcité telle que présenterait le PQ et que voulait pousser Djemila Benhabib.
    Si vous voulez continuer à avoir des droits d'expressions en tant que personne avec une confession religieuse, vous devriez vous réjouir que la cour permette à cette personne d'exprimer, outre son témoignage sur des faits, une croyance religieuse même si ce n'est pas la vôtre.
    De même, le maire Tremblay à qui on reproche d'exprimer un sentiment religieux dans une place publique trouvera motif de contentement d'après moi.

  • Le port du niqab n'est meme pas une question de religion musulmane en fait , c'est une decision personnelle des femmes musulmanes, de rendre un respect au "prophete" .
    Donc accepter le niqab c'est reconnaitre mahomet et moi je le reconnaitrai jamais, le seul que je reconnais c'est Jesus, lui au moins il preche de s'aimer les uns les autres et de pardonner a ses ennemis, ce qui n'est pas du tout ce qui se passe la-bas.

  • encore la charia qui essaie de s imiscer dans le systeme, esce une tolerance federal aux talibans pour tous le mal qu on a fait en afghanistan? commence t on a se culpabilises, parceque je crois que l'ingerance occidental en afghanistan et aussi en Irak est une abomination criminelle, nous n'avions pas a dicter notre culture decadente et vide de morale a d'autres.
    Non nous n'avons pas a accepte le niqab,non plus d'accomodements plus ou moins favorables, nous devons vivre ici a notre facon et ne pas imposer ailleurs notre facon a nous de vivre et de penser.
    Chacun ses bebelles dans sa cour....

  • Pour moi ce n'est pas un question d'us et coutume mais bien de respect du pays d'accueil. La court ayant pris cette décision ne fera qu'envenimer la haine de la population envers la religion. Le droit à la religion se doit d'être le dernier droit dans notre charte des droits, tout en bas en dessous du droit à l'égalité!

  • Madame Mercier,
    Je suis de votre avis. Tout Immigrant devrait se conformer à nos us et coutumes, et pour obtenir son statut d'immigrant, devrait signer une convention résumant celles-ci et s'y conformer.
    S'il ne désire pas s'y conformer, il a toujours le choix et la liberté de trouver un autre Pays d'accueil qui lui conviendra.
    Je suis pour le respect de toutes croyances, religions et cultures, mais au Canada et au Qc, nos traditions et coutumes devraient être prioritaires.
    Claude Poirier

  • Quelle question difficile à trancher ! Je pense que le tribunal suprême a peut-être voulu donner un outil pour différencier entre ce qui pourrait être un vrai sentiment religieux de la part d'une femme qui fait confiance à la justice pour l'aider et que ce n'est pas le moment de brusquer et l'avancement d'un éventuel agenda islamiste au pays.
    La justice c'est un peu comme la médecine, la première loi pourrait être que la personne qui y fait appel ne soit pas plus "maganée" après les "soins" qu'avant.
    Moi je pense qu'on a beaucoup à perdre avec les gens qui dénoncent à tout va l' agenda islamiste, parce que la première chose qui prend le bord dans une guerre c'est la vérité. Par exemple, Djemila Benhabib que l'on voit à différentes émissions dénoncent un niveau d'agenda islamiste dans la société québécoise qu'elle surévalue. Cela peut entrainer une forme de paranoia et de chasse aux sorciers (?) qui peut appeler à son tour une réponse.
    À un moment, on a perdu de vue comment la "guerre" a commencé mais on se retrouve avec une société divisée sur la question comme en France, ou Djemila a habité et d'ou elle espère tirer les profits de la vente de ses livres.
    Le jugement me semble donc bon parce qu'il prend tous les aspects de la question en compte mais je crois aussi que le maire Tremblay devrait avoir le droit d'affirmer ses convictions religieuses sans que ça fasse un scandale mais ce fera l'objet d'un autre procès je suppose.

  • D'autres pays ont légiféré oui. Mais la loi est difficilement applicable. On fait quoi avec les contrevenantes? On les met au cachot? On leur donne une amende gratinée que les extrémistes religieux se feront un plaisir de payer pour nous faire un autre pied de nez? On les confine à leurs foyers?
    Il est trop tard: nous avons mis le doigt dans l'engrenage et ça ne va finir que quand on nous aura pris le bras et tout le reste aussi.
    Il aurait fallu dès le départ signifier aux immigrants qu'ici, ça se passe d'une telle façon, à vous d'y réfléchir AVANT de décider d'immigrer. Signez ici svp que vous avez bien compris que ce n'est pas négociable.
    Maintenant, il est trop tard. Même si on mettait cette mesure en place aujourd'hui, celles qui sont déjà ici porteraient toutes ce déguisement dégradant en guise de solidarité.
    On ne leur demande tout de même pas de se mettre nues sur la place publique, mais de vivre selon les coutumes du pays qu'elles ont librement choisi. Se montrer le visage n'est pas un acte de grossière indécence que je sache. Je refuserais toute plainte en Cour d'une personne qui m'accuserait cachée derrière un masque quel qu'il soit.
    L'histoire du cheval de Troie...

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer