Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Intégrité et hypocrisie: d'une face à l'autre

Raphaëlle Élément
 

Raphaëlle Élément

Étudiante de la quatrième secondaire

Par Alexandra Laviolette et Raphaëlle Élément

Les deux auteures militent activement pour Option nationale dans Lanaudière.

Le projet de loi 2 vient tout juste d'être adopté unanimement, faisant suite à la promesse péquiste d'assainir la gestion des deniers publics. Le ministre Drainville a écrit, sur son compte Twitter : «#PL2 sur dons à 100$ est adopté. Une loi d'intégrité pour rétablir le lien de confiance de la population envers les élus». On peut penser que ces paroles et la nouvelle loi reflètent de la bonne volonté.

L'une de nous, ex-membre du Parti Québécois militant à Option nationale depuis plus d'un an, a reçu hier soir un message la sollicitant financièrement. «Il ne nous reste que 10 jours pour amasser les fonds nécessaires à la prochaine campagne électorale, une campagne qui peut survenir à tout moment dans le contexte d'un gouvernement minoritaire», mentionne le courriel en question.

À lire cela, il semble que le PQ croit que sa propre loi n'est pas viable. Affirmer que la prochaine campagne électorale dépend des dons privés, c'est aller complètement à l'encontre de l'esprit du texte de la nouvelle loi. Il existe apparemment une grande marge entre la parole et les actes dans ce dossier. Le parti au pouvoir ne recule pas cette fois, il emprunte la voie de l'hypocrisie pure et simple. Ce cirque pourrait être de beaucoup simplifié. Pourquoi ne pas se présenter devant les gens en disant simplement qu'on aime les discours lyriques qui ne veulent absolument rien dire et qu'on leur offrira rarement mieux en matière d'intégrité?

La décision de plafonner les dons privés à 100$ est elle-même questionnable puisqu'elle ne va pas jusqu'au bout d'une philosophie qui se manifeste concrètement ces temps-ci à la commission Charbonneau. Intérêts privés et dons aux partis ne peuvent être distingués. On sait également que les contributions aux différentes entités politiques fluctuent selon celle qui détient le pouvoir.

Le Parti québécois constitue une institution ancrée dans la vieille politique et forgée par cette dernière. Ainsi, il ne faut pas se surprendre devant de telles inepties incohérentes. Un autre extrait du fameux courriel se lit comme suit : «Votre réponse déterminera non seulement si nous aurons les ressources nécessaires pour la prochaine élection, mais également si nous sommes capables d'honorer la vision de René Lévesque d'un financement politique propre et populaire.» Quelle drôle d'ironie... D'un côté, imposer une loi réduisant le montant maximum d'une contribution à 100$ et, de l'autre, affirmer que ladite loi met en péril le parti... Quel est le message transmis? Les Québécois se trouvent devant un visage à deux faces. Quand on pousse l'audace jusqu'à demander de l'argent à une ex-membre qui a déserté à cause de son désabusement de la grosse machine politique, la situation devient honteuse. D'autant plus que le PQ se présente comme un nécessiteux : « il n'y a pas d'enveloppes brunes, pas de lobbyistes et pas de millionnaires pour remplir nos coffres.» Certes, les libéraux demeurent imbattables au chapitre de l'argent sal, mais on peut quand même douter que le parti dirigé par Pauline Marois ne lave plus blanc que blanc.

René Lévesque disait qu'un parti ne devrait pas durer plus d'une génération car, ce délai dépassé, il devient un repère d'opportunistes, ce qui ne se fait certainement pas au profit des idées défendues. Jean-François Pauzé des Cowboys Fringants écrit, dans Lettre à Lévesque:


« Mais c'est quand même un peu dommage
De voir que de ton héritage
Il reste juste ma p'tite chanson
Pis un boulvard à ton nom ».

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (5)

Commenter cet article »

  • Intégrité et hypocrisie OH que oui et encore aujourd'hui un autre ministre dans l'embaras
    Jean-François Lisée a pris une préretraite et reçoit deuz salaires????
    A la lueur des reproches faits au PQ il aurait mieux fait de demander un congé sans solde car ce ne sera pas long qu'il va en avoir besoin et en preuve Mme Marois voulait donné un double salaire à Boisclairs car elle sait bien qu'ils ne seront pas au pouvoir très lontemps et qu'elle voulait assurer l'avenir de son protégé dont le Québec n'a pas voulu pour les représenter dans la province lors des élections où il représentait le PQ alors comment peut-elle le nommer pour représenter le Québec à New York ???
    On n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs avec ces hypocrites au pouvoir qui gouverne différemment ?????

  • Merci pour votre exemple!
    Un autre de plus!
    Le bug avec le discours politique actuel, n'est pas qu'il soit un assemblage de contradictions et de pelletage de nuages, c'est plutôt qu'il y en a qui les écoutent et pire encore qui vont croire à ce qu'ils disent!

  • En fait le spectre d'une élection imminente est assez mensonger dans le climat politique actuel.
    La CAQ aurait, selon le très pertinent site d'analyse http://www.threehundredeight.com (je ne veux pas leur faire de la publicité, mais plutôt confirmer mes sources), en date de fin novembre, que 11 sièges. En aucun cas ils ne pourront se permettre de retourner en élection dans un avenir rapproché. De même pour le PLQ qui, sans chef, a tous intérêts à fuir l'idée d'une élection avant la mi-2013.
    En fait, le seul parti qui aurait tous intérêts à partir en campagne est le même parti qui vous a fait parvenir ce courriel. Mais même dans ce cas, il faut de nombreux mois, voire une année, à un grand parti pour se préparer financièrement à une campagne électorale. Ce qui confirme leur besoin pressant de financement. Surtout que, à partir du 1er janvier, ils ne pourront plus recevoir de dons de plus de 100 $.
    Pour ce qui est de leur choix de baisser la barre de don privé à 100 $, c'est tout à fait compréhensible. Le PQ va chercher énormément moins de dons à coup de 1000 $. C'est plutôt leurs rivaux en le PLQ qui sont le champion de cette discipline. Donc, bravo pour respecter cette promesse, mais qu'ils n'aillent pas arguer qu'il s'agit d'un geste désintéressé.

  • J'apprécie beaucoup votre implication au sein d'un parti politique. Je considère que plus tôt dans la vie nous nous intéressons à la politique, plus vite nous comprendrons plusieurs grand rouages de la vie. Il me fait chaud au coeur de voir que vous êtes des étudiants de 4ieme secondaire avec une conscience politique déjà développé.
    Je partage la même idée que vous sur le PQ. Leurs premières semaines au pouvoir m’ont vraiment déçu. J’en peut plus d’alterner PLQ, PQ aux 8 ans bien franchement!

  • Dons à $100 signifient pour moi que le retour des enveloppes brunes approchent à grands pas. Je suis également contre l'usage des fonds publics pour subventionner les partis politiques.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer