Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Penser la pornographie

François Doyon
 

François Doyon

Philosophe

Que peut dire un philosophe sur la pornographie? Ruwen Ogien, philosophe spécialisé en éthique appliqué au CNRS, montre dans Penser la pornographie que les arguments de la « dégradation des personnes », de la « protection de la jeunesse » et de l'« incitation à la violence » sont insuffisants pour justifier l'interdiction de la pornographie ou des restrictions très importantes de sa diffusion.

Les « conservateurs » disent que la pornographie est une représentation perverse de la sexualité qui peut contribuer à pervertir les relations sexuelles réelles. Les partisans de la censure invoquent très souvent les effets dommageables de la pornographie sur le psychisme. La pornographie serait-elle la théorie du viol? Les études qui aboutissent à cette conclusion sont d'une rigueur à faire regretter le temps des alchimistes. Les rares études sérieuses montrent que la pornographie n'incite pas ses consommateurs à commettre plus de violences sexuelles. Et même s'il était prouvé que la pornographie a un effet criminogène, faudrait-il pour autant l'interdire? S'il fallait interdire toutes les représentations soupçonnées d'être criminogènes, il faudrait aussi interdire Crime et châtiment de Dostoïevski, et même la Bible...

Sur le plan des principes et des droits, les pornophobes vont soutenir que la pornographie est une forme insidieuse de discrimination de la femme (ou du partenaire sexuel passif). La fellation serait le symbole d'une censure politique de la voix (dans l'Antiquité, la fellation était considérée comme plus infamante que la sodomie, car c'est l'organe de la parole qui est souillé). Bien au contraire, rétorque Ogien, c'est dans les pays qui censurent le plus la pornographie que les droits des femmes et des homosexuels sont le moins respectés; moins un pays censure la pornographie, moins il y a de discrimination. En effet, parce qu'elle fait prendre conscience de l'existence de toutes sortes de pratiques et de désirs et s'accompagne d'un mouvement de légitimation du travail sexuel rémunéré, la diffusion libre et massive de la pornographie contribue à l'émancipation politique et sociale.

Mais, diront peut-être les moins intolérants, il faut au moins protéger les jeunes de la pornographie! Il n'y a aucune bonne raison à cela, répond Ogien. Il est loin d'être prouvé que l'exposition à la pornographie puisse nuire gravement à la jeunesse, et même si elle peut être choquante, pourquoi faudrait-il les protéger de cela plus que de l'exposition aux représentations de la violence et de la mort que l'on retrouve au cinéma? Le prix à payer pour protéger les jeunes d'un spectacle potentiellement choquant est trop élevé en matière de libertés politiques.

R. Ogien en conclut que la censure de la pornographie et son interdiction aux mineurs sont donc sans fondement rationnel et constituent de ce fait même une restriction illégitime de la liberté d'expression. Ce qui dérange dans la pornographie, c'est voir ses préjugés se faire bousculer. Un vrai philosophe ne peut alors que s'en réjouir.

Ruwen OGIEN, Penser la pornographie, Presses Universitaires de France, collection « Questions d'éthique », Paris, 2008.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (8)

Commenter cet article »

  • @denis825,
    Vous avez raison : Ça sent pas bon...
    @snapeblackrose,
    Ne vaudrait-il pas mieux que les enfants suivent des cours portant sur la sexualité dès le primaire ? et que la matière ne devrait être présentée que par des sexologues ayant une formation en pédagogie ?

  • Jusqu’à maintenant on acceptait qu’en matière de sexualité tout était permis entre adultes consentants. Désormais, si j’en crois le philosophe du journal La Presse, on fait sauter les mots adultes consentants. La liberté d’expression comme un absolu. Y compris l’expression stupide et bestiale. On devrait peut-être cesser d’éduquer les enfants. A-t-on le droit de leur inculquer des valeurs ? Laissons-les libres, un jour ils consulteront, si ça leur chante, un quelconque philosophe.

  • La philosophie appliquée à la pornographie,ça donne de la choucroute.
    Que pense notre bon philosophe du CNRS,du phénomène des jeunes adolescents qui s'envoient des photos en petite tenue sur leur portable en pleine heure de classe,qui portent le string à 9 ans,ou qui écrivent à l'encre des termes du lexique porno sur les murs et les trottoirs de nos villes?
    Notre bon philosophe ignore-t-il que depuis une bonne décennie,la pornographie est en libre circulation sur le web,et qu'il est alors possible d'observer l'impact que cela peut avoir sur la jeunesse.Que penser de l'artiste Coeur de pirate,qui avait décidé de publier des photos d'elle nue sur un site web douteux,alors qu'elle n'avait que 17 ans?
    Je crains que les philosophes aient toujours eu un problème avec la sexualité.Du moins,en lisant Platon,c'est ça que l'on se dit!Notre cher philosophe devrait se concentrer sur des sujets davantage philosophiques,et laisser les sexologue et les psychologues étudier le phénomène de la porno chez les jeunes.Notre philosophe est visiblement hors compétence,dans le cas qui nous occupe!
    Et pour conclure:MILF!!!!!!!!!!!!!!

  • Texte intéressant qui a le grand mérite de ne pas tomber dans l’hystérie, ni de jouer la carte du moralisme. La pornographie fera toujours peur car elle est une libération de l’imaginaire. Mais essayez de faire comprendre cela à ces castrateurs de la société que la simple réalité effraie et qui cherchent par tous les moyens à contrôler les esprits afin de mieux les subordonner à leur vision étriquée du monde.

  • La sémantique en usage est déficiente. Elle confond pornographie et érotisme.
    Sur les sites aisément accessibles, elle exprime la plus basse vulgarité, en esprit, en paroles et en actes. C'est la mécanique déshumanisée de l'utilisation des corps à des buts sexuels.
    La pornographie est l'envers de l'amour et n'a rien d'érotique.
    Et la plus sûre voie pour éteindre la libido et inspirer le dégoût.
    La mettre à la portée des jeunes ne peut que les inciter à l'erreur, ou à l'exploitation des plus faibles et à la déception. A la déprime aussi.
    Par contre la libido et attrait réciproques engendrent un érotisme qui épanouit et rend heureux quand le sentiment est partagé. C'est l'amour. D'autant plus enthousiasmant pour les jeunes à leurs premiers émois.

  • l orsque l on livre nos membres comme esclave a l impurete on peche contre notre propre
    corps ne devrions nous pas plutot livrez nos membres a la justice pour arriver a la
    puretes. Je crois que les impulsions sexuelle doivent etre controllees afin de ne pas
    devenir comme des betes assoiffes de sensations de plus en plus fortes et de plus en plus indignes ,si nous agissons comme les bonobos ne valons nous pas moins qu eux puisque puisque nous nous disons superieurs a eux ,donc par la pornographie nous nous avilissons dans notre humanite et notre dignite,nous devenos d autant inferieurs que c est la chair qui commande et non plus l esprit .Le marriage est sain et saint s il s eloigne des souillures et demeure dans la dignite ,lorsque l on apprend aux enfants la pornos ont les souilles et ont les desillusionnent de la beaute du marriage ,ceux qui souillent les enfants meriteraient la meme peine que les pedophiles .

  • "R. Ogien en conclut que la censure de la pornographie et son interdiction aux mineurs sont donc sans fondement rationnel et constituent de ce fait même une restriction illégitime de la liberté d'expression."
    Je ne connais pas ce R.Ogien mais je me méfierais de quelqu'un qui a comme volonté de faire accéder mes enfants à la pornographie. Ça ne vous parait pas plus naturel pour les vôtres par exemple qu'ils explorent ça à leur rythme sans que vous ne sentiez qu'ils ont besoin d'être libérés de la morale bourgeoise ?
    Il y a Daniel Con bendit qui donnait dans ces idées-là dans un de ces livres, il laissait des enfants dont il avait la garde le tripatouiller vers 1968...
    Je comprends que votre texte se situe au niveau des idées mais dans la pratique alors qu'on sait que des pédophiles veulent s'échanger des images de mineurs qui ont franchi la "restriction illégitime de la liberté d'expression" je serais prudent et je mettrais des gros bémols à certains endroits.

  • Et vous que croyez vous? Moi je crois qu'il est préférable de censurer la pornographie parce que les jeunes croient que c'est la réalité! Que c'est de cette manière qu'on doit avoir du plaisir et que ça représente la sexualité... alors que la pornographie n'a rien d'une sexualité saine et vécue dans le respect de l'autre.
    La pornographie est souvent dégradante pour la femme et les jeunes filles en viennent à croire qu'il faut se rabaisser à l'état d'orifice pour plaire aux hommes (d'un point de vue sexuel). Que le corps entier de la femme n'est que le réceptacle de la toute puissante semence de l'homme!
    M Ogien est peut-être philosophe mais pas sexologue. Ce n'est pas lui qui reçoit des couples dans son bureau parce que monsieur est dépendant de la pornographie pour avoir une simple érection et qu'il peine à la maintenir. Que de simples caresses emplies de tendresse ne réussissent plus à produire d'effet! Que le simple corps d'une femme ne puisse plus être érotisé. Qu'il faille toujours plus, toujours plus "hard" pour que le désir se déclenche, que les pratiques "régulières" ne provoquent plus aucun intérêt.
    Le problème d'exposer des mineurs à ces images, c'est qu'ils sont très mal informés! On leur véhicule une image complètement fausse de la sexualité et eux en font leur modèle! Et ils se retrouvent avec des problèmes de désir et d'érections de plus en plus jeune! Les jeunes n'ont pas la maturité pour différencier le vrai du faux dans la pornographie, c'est pourquoi elle s'adresse aux adultes! (bien que les grands consommateurs adultes finissent avec des problèmes) Et si on peut montrer ça aux jeunes, pourquoi ne pourraient ils pas en faire de même... de la pornographie infantile, pourquoi pas? Si on veut les exposer ils faut qu'ils soient informés! Savoir que c'est une fiction tordue et que ce n'est pas ce qui se passe dans une chambre à coucher!
    Parlons leur de sensualité, d'amour, de respect et de sexualité saine! Pas de pornographie!

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer