Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Un registre des armes québécois pas à n'importe quel prix

Pierre-Paul Ferland
 

Pierre-Paul Ferland

Étudiant au doctorat en Études littéraires à l'Université Laval

Plus j'y réfléchis, moins je suis chaud à l'idée que nous nous dotions d'un registre des armes québécois, comme le souhaite le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron - tout comme son prédécesseur libéral, l'ex-ministre de la Justice et aujourd'hui chef de l'opposition, Jean-Marc Fournier.

Même si cet outil facilite le processus judiciaire, je demeure sceptique sur notre capacité à éviter les problèmes qu'un tel registre a engendrés au Canada.

Par contre, j'ai toujours trouvé fallacieux l'argument moral que les conservateurs utilisaient pour motiver son abolition au Canada : ce registre n'empêchait aucun crime; à preuve, le tireur fou au collège Dawson avait utilisé une arme enregistrée, d'où son inutilité.

Effectivement, aucun registre des armes ne peut prévenir un crime violent. Il y a fort à parier que même si nous trouvions une baguette magique qui ferait disparaître toutes les armes à feu du pays, les humains trouveraient malgré tout un moyen de s'entre-tuer.

Mais cet argument, aussi véridique puisse-t-il paraître, dénote une mauvaise compréhension des objectifs d'une base de données recensant les propriétaires d'armes à feu.

Pas besoin d'être criminaliste - être un passionné de romans policiers vous suffira - pour comprendre que la possibilité de lier illico une arme abandonnée sur une scène de crime à un propriétaire peut faciliter grandement le travail des enquêteurs et des procureurs.

Ceci étant dit, mon doute persiste sur la pertinence de mettre en place un registre québécois dans le contexte actuel de compressions. J'ai également l'impression que derrière cette volonté se cache une sorte d'orgueil nationaliste - à ne pas confondre avec souverainiste, puisque le PLQ est aussi pour un registre québécois. Il s'agirait, dans ces circonstances, de «prouver» que nous pouvons réussir là où le gouvernement fédéral a échoué.

Et c'est là où le bât blesse. Le registre canadien a été un gouffre financier. En fait, la métaphore me semble ici inappropriée : on devrait parler d'abysse!

Un programme censé coûter 2 millions de dollars nous a coûté... 2 milliards! Un parle d'un excès de 100 000 %! Un reportage de Zone libre disponible sur le site web de Radio-Canada explique les raisons de ce dépassement astronomique : engorgement du système informatique, formulaires labyrinthiques, saisie de données houleuse, contestations devant les tribunaux et cafouillages politiques (changement des coûts du permis, chicanes légales avec les provinces, gaspillage d'appareils). Un cauchemar qui, combiné à la commission Gomery, a entraîné la chute du PLC au pays.

Vous me voyez venir, non? Comment pouvons-nous espérer faire mieux? Donnons seulement un seul exemple fictif de situation qui pourrait entraîner un dépassement de coûts : le gouvernement québécois engage une firme spécialisée en stockage de données informatiques pour dresser son registre d'armes. Imaginons qu'on apprenne, après quelque temps, que le système de gestion de données québécois s'avère incompatible avec les données héritées du registre canadien... Oops! Voilà qu'un imprévu vient doubler la facture!

D'ailleurs, il vous suffit d'entrer «Dossier santé du Québec (DSQ)» ou «Service intégré d'information de justice (SIIJ)» dans un engin de recherche pour trouver une panoplie de textes portant sur la démarche chaotique et coûteuse qui entoure leur implantation, aussi souhaitable soit-elle.

Dans ces circonstances, j'estime normal d'être inquiet de notre capacité à élaborer un registre d'armes à feu qui ne se transforme pas en abysse financier lui aussi.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (25)

Commenter cet article »

  • celui qui vivras par l epee periras par l epee. Un registre c est que du papier, un meurtrier c est un etre qui atteint un point de non retour un etre souvent victime de depression et comme la fusee qui l attraction de la terre pour etre attire par celle de la lune ne peut plus retourner en arriere, il faut jamais soumettre un etre humain a la folie ,armes ou pas l irremediable va se produire ,le criminel n est pas seulement celui qui tue mais c est aussi tous ceux qui l ont amenes a son crime. C est pourquoi tous ceux qui en paroles ou en pensees pensent en mal a quelqu un commettent eux memes un crime. L amour du prochain et de Dieu est le seul moyen efficace pour lutter contre le crime .Que ceux qui ont des oreilles pour entendrent entendent.

  • Jamais on nous a vanté les bienfaits du registre depuis que les conservateurs ont commencé les démarches pour l'abolir...Aucune pédagogie pour défendre son point, on ne fait que de parler vaguement de sécurité et du travail des policiers.
    Pourquoi personne n'essaie de nous expliquer en quoi il a sauvé des vies? Si un tel registre était inexistant, le nombre d'homicides commis par armes d'épaules augmenterait-il de façon significative?
    À voir les commentaires ici, il est faux de prétendre que "LES Québécois" sont unanimement en faveur du registre. Bouillie pour les chats que l'on sert à une clique de bien pensants qui ne savent visiblement pas de quoi ils parlent. Lorsqu'on s'achète une arme, il faut quand même l'enregistrer.
    Ceci dit, je pense que vous avez raison M. Ferland lorsque vous parlez d'orgueil nationaliste. On cultive ce sentiment de différence pour se faire du capital politique. De toute façon, qui va aller dire aux survivants de polytechnique qu'il est pour l'abolition du registre même si objectivement les 2 n'ont aucuns rapport entre eux?

  • .
    Le registre est (a été) coûteux et les armes d'épaule pour la chasse ne devrait pas faire l'objet d'un enregistrement. Cependant, la cadre général prévu dans la loi était valable et justifiable, comme la formation, les exigences d'entreposage, ....
    J'avoue qu'au Québec nos politiciens ne se tiennent pas debout car plusieurs d'entre eux savent pertinemment que l'enregistrement de toutes les armes est inutile. ... Je suis d'accord avec rambit2 concernant la recherche de capital politique .... il est vraiment plus rentable socialement de mettre nos efforts et nos $$ sur d'autres dossiers.

  • Je n'ai jamais compris qu'à chaque fois qu'on parle du drame de l'École Polytechnique on en revient toujours au Registre des armes à feu alors qu'il n'y a aucun lien a faire entre les deux.
    Ce Registre est la pire aberration du vingtième siècle.

  • sans parle de la ch.. de folle qui avait fait du camping dans le bureau du ministre
    C'est elle la responsable de ce gâchis de 2 milliards.
    Pourtant personne n'en parle. On nous la présente encore comme une héroine

  • Aux États-Unis, les femmes tannées de se faire agressées s'achètent une arme à feu ...
    Au Canada, par contre, il n'y a que les bandits qui sont armés au quotidien et leurs armes ne sont même pas enregistrées (bandits mais pas cons!)! Une perte de temps et d'argent! Oubliez cette connerie de régistre qui nous a coûté déjà une fortune et qui n'a rien changé (convaincez-moi autrement!)! Les priorités sociales et les budgets doivent être ailleurs...

  • @glsr2012
    Spécialiste en armes ne veut pas dire spécialiste en sécurité publique.
    Je peux bien être un spécialiste des explosifs compétent et minutieux sans obligatoirement trouver normal qu’on ne prenne pas la peine de tenir une liste de ceux qui détiennent des explosifs (même si dans les faits, peu de crimes sont réalisés à l’aide d’explosifs et qu'il est très facile de se bricoler des bombes artisanales). Pourquoi contrôler les explosifs alors que l'essence est en vente libre ? Parce que c'est déjà ça de fait !
    Pour ce qui en est de la question du coût d’un registre, c’est une question de mauvaise gestion, c’est tout. Ça n’enlève rien au but, fort noble quoiqu’on en dise, de l’opération.

  • Dans toute discussion, la connaissance du sujet traité, la réflexion, l'écoute et le respect de l'autre sont nécessaires pour progresser.
    J'ai donné mon opinion basé sur ma connaissance des différents types d'armes, les multiples calibres, et leur "vocation" respective.
    J'ai servi dans l'armée et utilisé les armes les plus courantes, fusil d'assaut, mitraillette et mitrailleuse et je considère que ces armes-là devraient être strictement prohibées.
    Il n'existe pas de contrôle valable en ce domaine ni dans celui de toute arme automatique.
    Et la frontière est une passoire.
    On devrait commencer par là avant d'imposer un registre inutile et coûteux pour les armes de chasse à verrou et les fusils à canons lisses utilisés par les chasseurs de petit et gros gibier (dont je suis)
    Je doute que les tenants du registre pour tout soient bien connaisseurs du sujet.

  • @ genmar73 : Mais qu'est-ce qui vous prend de me tutoyer vous aussi ? Je n'ai pas mis assez de TU dans ma réponse pour que vous gardiez un peu de réserve ou quoi ? Je répondais principalement au ton baveux du petit monsieur, évidemment dans le genre de vocabulaire qu'il semble comprendre. Il me tutoie et me traite de mémère, il me tape sur les nerfs et je lui ai retourné son insulte, ça me suffit amplement.
    Quant à votre suggestion, elle est intéressante, certainement et mon camp est déjà choisi. Un détail : je ne crois pas que les armes à feu soient du domaine exclusif d'un gouvernement ou un autre mais je puis me tromper.
    ------------------------------
    Il reste un petit point qui ne vient pas de vous mais du semblant de débat lors du vote à la Chambre: le retrait des armes d'épaule a été basé en partie sur l'affirmation que les cultivateurs de l'Ouest ne sont pas des criminels.
    Super. Ainsi j'ai compris que les cultivateurs de l'Est sont "peut-être" des criminels, que les propriétaires d'arme de poing en sont assurément, et enfin que je suis un monstre qui accuse les gentils propriétaires d'Alberta de tous les crimes. Ça fait beaucoup je trouve. Ou bien y a des paranos quelque part qui mériteraient de se faire soigner ? Sais pas mais j'ai mon idée.
    En tout cas faut vraiment être vide de bonnes raisons pour en arriver à des arguments aussi tendancieux. "Moé chus un bon gars" n'est pas vraiment une base politique solide.

  • "Pas besoin d'être criminaliste - être un passionné de romans policiers vous suffira - pour comprendre que la possibilité de lier illico une arme abandonnée sur une scène de crime à un propriétaire peut faciliter grandement le travail des enquêteurs et des procureurs"
    Les criminels n'enregistrent pas leurs armes et ils ne les laissent pas non plus sur les lieux d'un crime. Ils peuvent aussi très facilement effacer le numéros de série de l'arme, ce qui la rend presque impossible à retracer. Quand une arme enregistrée est retrouvée sur les lieux d'un crime, c'est parce que son propriétaire s'est fait arrêter pendant le crime(Richard Bain) ou qu'il s'est suicidé (Kimveer Gill).

  • On peut même mettre sérieusement en doute qu’un registre puisse faciliter le travail des enquêteurs de crime monsieur Ferland.

    Les chiffre déposé par Gary Mauser, professeur émérite, Université Simon Fraser, devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale nous dit qu’en 8 ans, de 2003 a 2010, il y a eu 4,811 homicides au Canada et que 1485 de ces crimes étaient commis par armes a feu.

    De ces 1,485 armes qui ont servit au tiers des homicides seulement 135 étaient enregistrées, 73 l’étaient au non de l’accusé et la dessus seulement 45 étaient des armes d’épaule.

    Donc 45 armes d’épaule enregistrées sur un registre au nom de l’inculpé sur 4,811 homicides… J’ai beau chercher je ne vois pas de proportion entre l’aide a la résolution de crime et le coût de la mise ne place d’un tel régime.
    Lien sur les propos de Gary Mauser, http://tinyurl.com/9kyhty8

  • Merci à tous pour ces commentaires et pour vos liens! J'ignorais que le registre était un débat aussi émotif!

  • @ jean-françois trottier : frustré le monsieur ? (citadin ?) Ah oui en passant, si monsieur pubusque peut, selon ton souhait, garder sa logique pour lui...il serait tout aussi bénéfique que tu gardes la tienne par devers toi. On y perdrait pas grand chose à ce qu'il paraît.
    Maintenant, pour revenir à ce qui est intéressant et constructif, pour répondre à l'auteur du billet j'ajouterais que mon questionnement porte davantage sur la pertinence, voire même la légalité au sens strict à ce que le gouvernement du Québec se mêle d'armes à feu.
    Je m'explique. Je ne parle pas ici d'armes prohibées ou encore à autorisation restriente car pour ces catégories un contrôle strict est en place depuis toujours et c'est tant mieux. Maintenant les armes de chasses :
    Sans être avocat, je crois que les armes à feu sont de juridiction fédérale. Si le Québec veut son propre registre il appuiera son projet non pas sur une législation spécifique aux armes à feu mais plutôt, en tordant pas mal la logique/la légalité, sur des lois relevant de la propriété (au sens large).
    Dans ce cadre, à mon avis, dans l'état actuel des finances publiques au Qc...je crois qu'il serait pertinent que tous les québécois puissent voter via référedum pour voir si la population accepte de voir l'Etat allonger le fric pour se mêler de quelque chose qui, d'un point de vue strictement légal, ne relève pas de lui.
    Aussi, si le gouvernement va de l'avant, je crois que sa décision pourrait être contestée devant les tribunaux.
    Plus fondamentalement, si le gouvernement créé un précédent en passant par des lois générales pour contrôler un produit en particulier, quel sera le prochain produit ? C'est une pente dangeureuse.
    Question : il faut un permis pour acheter une arme...ce permis est bien enregistré au nom de quelqu'un non ? Et, de là, j'imagine bien que quand le détenteur du permis #123 achète l'arme #456...un lien entre le permis et l'arme est déjà en place dans le système, et ce, depuis toujours, non ?

  • @ pbusque : Puisque TU y tiens, on y ajoutera des frais au registre! Ça va payer pour les frais d'entretien de TA faune. Ben beau payer pour TON permis de port et TON permis de chasse mais TU penses que ça paye la conservation du gibier de chasse, TOI? Des millions de kilomètres carrés pour que TU fasses joujou. TU payes 100 piasses et plus pour un seule partie du CH de 2 heures, sort le cash pour TE promener avec TON trophée sur TON bazou.
    L'entretien des routes devrait être payé par le permis, pas par l'enregistrement des voitures: j'ai jamais vu une personne conduire deux autos en même temps et c'est le conducteur qui a un accident. Mets TA logique où TU penses.
    Trop mémère pour vouloir enregistrer une arme, ou bien trop lâche ? Va cacher TA honte dans le bois, et apporte TES raccourcis de pensée avec TOI. Même le plus anodin des médicaments d'ordonnance est suivi à la trace, au gramme près. Pas les armes, non !!! C'est TON droit sacré! T'es ben bon pour enfermer les malades mentaux, ben TU payeras pour leur internement avec TON p'tit change dans TA société propre propre propre. TU le commences quand, TON nettoyage le smatte ?
    La prochaine fois je TE parle à la troisième personne, TA saigneurie.

  • Le registre est une aberration qui se devait de disparaitre, et Mme Marois montre encore son incompétence en tentant de le ressuscité à la saveur 'Québécoise'. Et comme on le sait, ce qui vient du Québec va forcément couter encore plus cher.
    Ce registre n'a servi et ne servira à rien, sauf donner un sentiment de pouvoir au matante frustrée qui ne sont pas capable de faire leur deuil. Qui veut parier que les armes qui ont servi à l'assassina de nos mafieux n'étaient pas enregistrés? Qui veut parier que les armes des gangs de rue ne sont pas enregistrés?
    Vous voulez mettre une protection en place? Alors attaquez-vous à la source (les malade mentales en dehors des asiles, les gangs de rue, etc) plutôt que de vous acharner sur les chasseurs et les forestiers.
    @jean-francois_trottier
    Tu enregistres ton véhicule pour payer l'entretient des routes ET les assurances en cas d'accident. Il y a déjà un permis qui est émis, le permis de possession d'arme à feu. C'est suffisant et il n'est pas nécessaire d'avoir à enregistrer les armes par la suite. Il n'y a pas de 'gain' à enregistrer les armes individuellement contrairement à l'automobile.

  • C'est l'abolition du registre pour les armes d'épaule qui relevait d'un nationalisme à ras la crisette. On enregistre des voitures qui en théorie ne sont pas construites pour tuer et on refuse d'enregistrer des armes ? Allô!
    Il existe des moyens pour suivre les téléphones intelligents volés (je ne parle pas de GPS mais bêtement de numéro de série). Pourquoi ? Parce que les clients en avaient jusque là. Les compagnies ont instauré un système simple, peu coûteux, qui fonctionnera plutôt bien d'ici peu.
    Les armes à feu, c'est simple : ce sont les magasins qui devront fournir les informations lors de la vente et ça pourrait se faire à même les caisses électronique qui sont presque toutes des ordinateurs branchés sur le réseau. Coût minime.
    Et celles en circulation ? Chaque fois qu'une arme est contrôlée par un policier ou agent de la faune, elle est confisquée si non enregistrée ou pas au bon nom. C'est ce qu'on fait avec les voitures, c'est simple et ça marche. Les propriétaires courront à leur ordi pour s'enregistrer, coût faible.
    Quels coûts ? Quand même pas la création d'une base de données! J'en crée plusieurs par jour seulement pour faire des tests sur certains éléments d'un système.
    Les logiciels pour enregistrer, trier, trouver ? Ça risque d'occuper UN programmeur pour une semaine, deux si on veut du style sur l'écran, quelle horreur!
    Il ne s'agit même pas de complexité : identification de l'arme, numéro de série, identification du propriétaire avec suivi sur la base de son numéro d'assurance sociale pour son adresse, plus les utilisateurs permis si on veut vraiment faire compliqué.
    Faut pas confondre. L'instauration du registre a assurément été une fête pour les petits amis du régime dans le temps, ce qui a d'ailleurs été le cas pour le système de suivi en santé jusqu'ici, j'en mettrais ma main au feu.
    Si le registre n'est pas créé je vous jure que je n'enregistre plus mon auto et j'irai jusqu'en Cour Suprême avec cette cause. Ça va faire les enfantillages!

  • Je crois que ce registre donne un faux espoir de sécurité à ceux qui le défendent. À quel prix, il n'y a jamais rien d'abordable lorsque les bureaucrates s'en donnent à coeur joie.

  • Un registre des armes a feu est complètement inutile. Les vrais tueurs n'enregistrent jamais leurs armes. La fonction du registre se limite donc à être un très dispendieux mausolé en mémoire des 14 victimes sur qui on continue de brailler année après année et encore peut-être durant les 100 prochaines années????Mes sympaties aux parents et amis mais il est plus que temps de faire son deuil et de passer à autre chose. Comme société on le fait facilement dans le cas de meurtre de jeunes enfants qui ont été tués il y a plus de 20 ans. Alors pourquoi on ne le fait pas pour ces 14 victimes? Réponse: Capital politique sur un drame survenu il y a déjà très longtemps et lobbying par un groupe qui s'est donné une mission qu'ils et qu'elles n'ont pas mais qui est devenu leur seule raison de vivre.

  • Ce registre fait partie de la mythologie québécoise.
    Il est et demeurera tout aussi coûteux qu'inutile sauf...pour les fonctionnaires syndiqués et grassement payés et pensionnés pour "l'administrer" et pour les péquistes qui ont désespéremment besoin d'acheter des votes.

  • J'ai fait une petite recherche cette semaine sur le site de Statistique Canada : pour un mort par arme à feu, il s'en trouve plus de quarante par erreurs médicales et plus de soixante-dix par accident automobile. Sur ce dernier point, il n'y a qu'à lire le bilan routier hebdomadaire.
    Alors, dites-moi, pour un même investissement, ce qui sauverait le plus de vies?
    Un registre pour les armes à feu à autorisation restreinte, il existe toujours partout au Canada et depuis fort longtemps.
    Pour ce qui est des armes interdites ou prohibées, elles ne sont pas enregistrées, mais utilisées par les groupes criminels.
    Pourtant, toutes le voitures sont enregistrées, mais sont conduites avec permis ou sans permis, en état d'intoxication ou non et tuent beaucoup plus.
    Un beau sujet de réflexion...

  • les malades et tarrés trouveront tjr une facon d'arriver a leur fin. faudrait-il avoir un registre des briquets bic au cas ou un pyromane est en liberte? pourquoi autant d'acharnement sur ce point precis que sont les armes d'epaule? faire plaisir a des lobbys feministes? il est demontre que les crimes avec armes d'epaule est en net diminution depuis 1980. http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/111026/dq111026a-fra.htm
    meme avec le registre pancanadien, ca n'a rien change. pourquoi s'enteter et poursuivre un plan vouer a l'echec?

  • De toutes évidences, les politiciens verreux tentent de se faire du capital politique avec des émotions... quelle hypocrisie... voici un article exprimant plein de pistes de vraies solutions réelles et réalisables... pour un budget bien inférieur au coût astronomique d'un registre qui ne règle rien de toutes façon. J'abonde avec sandymaude et glsr2012 : ce ne sont pas les possesseurs des armes enregistrées qui causent problème. C'est comme l'homme de main du chef de la mafia qui lui dit en regardant leur arsemal de guerre : "Patron, il faut enregistrer le petit fusil de chasse"... voici l'adresse de l'article... prenez le temps de le lire jusqu'au bout, il y a beaucoup d'infos. Un vrai délice à lire : http://www.emotionchassepeche.com/blog/uncategorized/anniversaire-de-polytechnique/

  • Les armes abandonnées sur les scènes de crime ne sont jamais enregistrées et quand elles sont abandonnées ainsi c'est qu'il n'y a aucune chance de les liées au criminel.
    Laisser faire le registre des armes à feu Québécois inutile et prener tout ces millions de dollars prêt à être gaspillé par le gouvernement et injecter le dans un système de santé déficient. Là on va en sauver des vies. Ici ce n'est pas le midwest américain et ça ne le deviendra jamais.
    De plus, les possesseurs d'arme à feu possèdent des permis, donc ont sait qui est susceptible d'en avoir et il existe et existera toujours un registre canadien pour les armes avec restrictions et prohibées. Peuple du QC renseignez vous avant de laisser le gouvernement gérer ainsi vos millions. N'est-t-il pas possible d'apprendre de nos erreurs au Québec??????????????

  • Ai eu l'occasion de donner mon avis sur ce sujet à différentes reprises.
    "Les armes et la saine logique" 08 sept. 012
    L'interdiction des armes automatiques et semi-automatiques est au premier rang.
    Un contrôle de l'importation illicite et de la contrebande vient ensuite.
    Les armes de poing (révolvers, pistolets) sont à possession restreinte et exigent un strict permis.
    Le registre pour les armes de chassse (carabines et fusils) est injustifié. Ce sont ces armes de chasse qui provoquent la confusion des fichiers et les coûts exhorbitants.
    Le contrôle des armes doit dépendre de personnes compétentes. Et non de parents éplorés n'ayant aucune connaissance en la matière.
    Les crimes récents les plus horrifiants se sont perpétrés avec un couteau d'une part, et de l'autre avec une simple baignoire. Et les suicidés sont le plus souvent retrouvés pendus.
    Et si les armes à feu disparaissaient toutes, les armes blanches prendraient la relève.
    On ne peut réglementer et régenter tout et partout.
    L'abus des lois et réglements tue la légitime responsabilité des parents, époux et citoyens.
    Georges LeSueur

  • Ne soyons pas trop cynique.
    Tout ceci me fait penser au système informatique que le ministère de la santé tente d'implanter. Il devrait déjà être en place mais ne le sera pas avant au moins un lustre avec beaucoup d'extras. Au fait, quel est le pourcentage pour ces extras?
    Il y a pourtant des dizaines de places où les 50 ou 100 millions seraient beaucoup mieux utilisés.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer