Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Brainwashing de chiffre sur la Côte-Nord

Myriam Caron
 

Myriam Caron

cinéaste, auteure et journaliste

Des chiffres parlent. Ils sont malléables. Tout comme ceux qui se cachent derrière le projet Mine Arnaud. On peut leur faire dire n'importe quoi par ceux qui ont des signes de piastre dans les yeux. On joue avec les statistiques. On peut tellement manipuler les chiffres. Quand on a l'objectif de tromper, d'influencer et de manigancer.

Moi je vois deux chemins. Celui de la santé humaine ou celui de la santé du portefeuille. Qu'est-ce qui est le plus important? Quand on n'a plus la santé, on n'a plus rien. Les citoyens qui se questionnent n'ont pas les mêmes résultats que les promoteurs. Il n'y aura pas d'étude sur les risques toxicologiques pour la santé humaine car selon Mine Arnaud, il n'y aura pas d'impact pour la santé humaine.

Mine Arnaud affirme que les études se concentrent sur un territoire de 10 km carré et tout ce qui est en dehors de cette zone n'affectera pas l'environnement. C'est pourquoi ils n'étendent pas leurs études dans la Baie de Sept-Îles ni au Lac Rapide. Gardons la population dans l'ignorance car si on ne fait pas d'étude on ne peut pas savoir l'état de notre qualité de vie.

Je vais vous donner des fais, tout nus, sans interprétation, comme ça, on ne me dira pas d'aller pêcher mes algues ou de déménager. Je ne suis pas extrémiste, je suis une simple citoyenne qui est allée aux rencontres, qui a posé des questions et qui est revenue choquée par le manque de logique, la négligence des responsables de Mines Arnaud. Les citoyens veulent des réponses tout comme ceux de Malartic qui étaient présents et qui croyaient eux aussi avoir eu des réponses claires avant leur projet. Aujourd'hui, ils ont accumulé au-delà de 900 plaintes pour le dépassement des normes, le tiers de la population est affecté et la grosseur de la mine est le double que prévu. On a de quoi s'inquiéter quand nous voyons comment les études se font. Alors, jouons un peu avec les chiffres:

Les citoyens ont posé 200 questions à Mine Arnaud et n'ont obtenu que 30 réponses.

La mine est à 7 km de la ville et non à 10 km comme ils prétendent.

La mine est aussi à 3 km de place Ferland où il y a actuellement un nouveau développement résidentiel, sans parler des gens qui se trouvent à 800 mètres du futur projet.

Le terrain de la mine s'étend jusqu'à 0.5 km de la source d'eau potable du Lac Rapide.

La fosse sera 140 mètres sous le niveau de la mer et ils disent pouvoir contrôler l'eau par un ruisseau.

Les premières stations d'échantillonnage d'air dépassaient la norme alors elles ont été déplacées pour éviter les «bruits de fond» tel que les embruns marins et la Route 138 déjà chargée de particules fines. Ils ont basé leurs calculs sur le bruit de fond régional et non local ainsi, ils faussent les résultats. Avouons-le; quand tu prends des échantillons loin des usines, sans inclure les effets cumulatifs tu peux prétendre ce que tu veux.

En décibel, les études sur le bruit se font aux extrémités et non près des résidences. Si on additionne la réalité avec le futur, on calcule qu'il y aura de l'insomnie dans l'air. Il y a des vices méthodologiques, tout est présenté rose bonbon pour nous faire avaler la pilule. C'est ça qui frustre. Les gens ne s'opposent pas au développement industriel, ils s'opposent au brainwashing...qui nous fait croire que tout est vert. Les Innus ont occupés le territoire durant des millénaires sans affecter leur milieu, et nous depuis les années 50, que fait-on ?

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (8)

Commenter cet article »

  • Sept-Iles ? une ville minière ? voici un texte d'une amie qui répondra à votre commentaire" Nous ne le sommes pas encore une ville minière. Nous aurions pu le devenir avec la mine d'uranium. Mais pas encore. Par contre,nous sommes une ville maritime, avec un port naturel en eau profonde. Nous sommes une plaque tournante, ayant comme principaux clients, des minières. Notre développement est bien plus rattaché à la vie maritime. " Pour ma part, je suis née ici et j'ai choisi d'y vivre pour être sur le bord de la mer, j'aime la nature et le rythme paisible. Mes racines sont ici et oui, je pourrais bien déménager ailleur, c'est vrai, mais si vous veniez sur la Côte-Nord, prendre le temps de vivre un peu, vous pourriez ensuite comprendre mon intérêt à protéger notre santé, car après tout, c'est tout ce que nous avons de précieux. Oui, je vais me battre avec tout ceux qui pensent comme moi et qui sont contre le développement arcahïque. Le peuple pèse très lourd sur la balance et quand les gens d'ici refusent des projets qui mettent en danger la santé publique ou ne serait-ce que la qualité de vie, croyez-moi, on se fait entendre. À propos, un peu de séjour en bordure de mer, ça rafraîchit les idées...se ressourcer aussi ça fait du bien. Remettre les valeurs à la bonne place...joyeuses fêtes, Au plaisir de vous lire encore. Ça me fait penser qu'il ne faut surtout pas que je cesse. Don Quichotte Caron, je l'ai bien aimé...;)

  • "Que fais-t-on dans une ville minière si le va et vient des camions et la poussière n'est pas pour vous?"
    Je constate que vous n'etes jamais allé à Sept-Iles. Ou vous n'y etes pas retournés depuis les années 70. C'est grace a des gens comme Madame Caron que Sept-Iles n'est plus comme vous le décrivez.
    Il y aura toujours des gens qui critiquent ceux qui essaient d'améliorer leur sort ou leur entourage, bravo, vous en faites partie.

  • @nikalix, Ce que je voulais dire, c'est quoi l'idée d'aller s'acheter une résidence ou se louer un appartement à côté d'un gros aéroport si le bruit des avions vous dérangent. Que fais-t-on dans une ville minière si le va et vient des camions et la poussière n'est pas pour vous? Je connais des gens qui déménagement en zone agricole et qui pestent lors d'épandage de fumier, il faut se faire une idée avant d'élire domicile. À St-Hubert l'aéroport est là depuis les années 20, le dirigeable R 100 y a même fait escale, pourquoi vouloir une maison autour, c'est pour passer aux nouvelles à la TV.

  • A ecran,
    Quel commentaire insignifiant.
    Et vous, vous saviez depuis le debut que vous viviez dans un pays qui permet la libertée d'expression et qui permet au citoyen d'avoir son mot a dire quant au développement de sa municipalité. Si vous vouliez un pays ou tout développement économique se fait au dépends et sans le consentement des citoyens vous n'avez qu'a démémager en Chine selon votre propre logique.
    La personne courageuse essaie d'améliorer son entourage. Le pleutre déménage.
    "Si vous n'aimez pas alors déménagez" est un argument d'une lâchetée intellectuelle incroyable.

  • @Myriam Caron
    je trouve votre démarche à la fois courageuse et inutile. Écrire une lettre ouverte où vous exposez vos craintes pour votre santé et la détérioration de votre qualité de vie avec la prochaine exploitation d'une mine à ciel ouvert dans votre secteur c'est courageux mais c'est aussi prêter flanc à des commentaires tout aussi méprisants qu'insignifiants venant de la part d'individus qui ne connaissent rien à la qualité de vie que les nord-côtiers se sont donnés grâce, en partie, oui oui je le dis candidement avec l'exploitation des nos ressources naturelles forêts, mines et cours d'eau.
    Sauf que contrairement à ce que nous vivons depuis quelques années cette exploitation s'était toujours faite (du moins je l'imagine) avec le respect des communautés qui habitaient notre territoire et d'une façon intelligente.
    Tant qu'à moi la venue précipitée de Mine Arnaud ne pourrait qu'accentuer les problèmes auxquels 7-iles et les environs font face ( pénurie de main-d'oeuvre dans les pme, manque de logement à prix abordable, pauvreté grandissante, qualité de vie qui se détériore etc )
    Pour terminer je trouve votre démarche (écrire dans les journaux) inutile car devant la loi du free mining, l'acceptabilité sociale ne pèse pas lourd dans la balance et n'est rien d'autre qu'un beau concept politique qu'utilise les élus le temps de nous mettre devant le fait accompli. Reste la rue.

  • @Jolicour et à Mme Caron, c'est quoi l'idée de vouloir habiter à côté d'un aéroport qui est là depuis au moins 70 ans et vous Mme Caron, pourquoi avoir fait le choix de vivre dans une ville minière à 600 kilomètres de Québec. J'en revenais pas l'autre jour de voir des gens faire un plat contre la compagnie minière à Malartic. Voulez-vous me dire c'est quoi l'intérêt d'habiter en plein bois à 30 km au nord de Val d'Or dans un village qui doit son existence à des mines d'or pour chialer après coup. En prime dans les cas de Sept-îles ou Malarctic on s'entend que la population locale vous a en aversion si vous écrivez contre sur le développement minier.
    Si pour vous ce sont des nuisances, la province est très grande pour être ailleurs.

  • "Don Quichotte" Caron !

  • Ah, madame Caron. Au moins, vous montez aux barricades, mais vous vous battez contre des gros signes de $$$$$$$ et nos gouvernements sont bien plus sensibles à ça qu'à la santé et au bien-être de la population.
    Côté bruit (j'habite pas très loin de PET Airport à Montréal), on va sûrement vous faire le coup de la mesure de bruit faussée en ne considérant que la moyenne sur 24 heures, en plus de l'installation des appareils à des endroits choisis parce qu'il y a moins d'impact.
    Nous vivons tous dans ce monde d'influence, de tromperie, de manigances et en payons le fort prix tandis que nos polis-ti-chiens, eux, peuvent se payer la paix. Le nouveau gouvernement ne fera pas mieux que l'ancien, soyez-en assurée!
    J. Lincourt

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer