Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Démission de Daniel Breton: le piège du «spin»

Pierre-Paul Ferland
 

Pierre-Paul Ferland

Étudiant au doctorat en Études littéraires à l'Université Laval

Je ressens un drôle de malaise vis-à-vis toute cette controverse entourant la démission du ministre de l'Environnement, Daniel Breton. Les opinions sur la question me semblent tellement tranchées, en fait, que je suis incapable d'y trouver un juste milieu acceptable pour moi.

D'une part, il y a l'indignation de l'opposition qui s'apparente à un écran de fumée. Quand on entend Jean-Marc Fournier, le chef de l'opposition officielle, clamer presque dans la même phrase qu'il est inacceptable pour un politicien de ne pas payer ses factures tout en défendant le copinage douteux de certains anciens ministres libéraux avec des entrepreneurs louches dans un club privé de Montréal, on est en droit de ressentir une certaine perplexité. Et la curée à laquelle se livrent les «alterenvironnementalistes» (lire : ceux qui détestent les écolos) donne presque envie de prendre M. Breton en sympathie tellement leurs diatribes semblent exagérées.

D'autre part, il y a les théories du complot. Selon elles, l'establishment, cette soi-disant micro-société du 1 % bourrée aux as qui contrôle toute la planète, aurait eu la tête d'un de ses opposants les plus purs. Les défenseurs de Breton signaleront alors son rôle de victime, de pauvre militant propulsé par ses idéaux vers les hautes sphères de l'irréprochabilité. Voilà un bouc-émissaire du complot capitalisto-pétrolier, nous dit-on sans rire. Le passé houleux de M. Breton n'est-il pas apparu pourtant grâce aux journalistes d'enquête, ces mêmes journalistes qui ont contribué à mettre en évidence justement les complots et la collusion dans nos Villes?

J'aimerais relativiser dans un sens ou dans l'autre; j'en suis incapable. Certes, Daniel Breton, en tant que ministre, n'a pas détourné de fonds publics ou reçu de «cadeaux» d'origine questionnable contre des faveurs. Mais il a aussi avoué candidement s'adonner à des excès de vitesse graves (275 km/h) dans sa jeunesse. Pauline Marois n'avait-elle pas mentionné en campagne électorale, pour piquer Gaétan Barrette, qu'un ministre de la santé devait «montrer l'exemple» en adoptant de saines habitudes de vie? En quoi un adepte de la vitesse et de la drag sur la rue Sherbrooke parvient-il, dans ces circonstances, à nous convaincre de valoriser le transport en commun? Cordonnier mal chaussé...

Et il y a pire. Impossible d'interpréter la démission de M. Breton autrement qu'à partir d'hyperboles partisanes. D'un côté, le gouvernement Marois fait preuve de probité en écartant un ministre dont l'image est remise en doute. De l'autre, le gouvernement Marois fait preuve d'inconséquence en ayant choisi de nommer comme ministre un individu au passé controversé. Gouvernance intègre ou amateurisme de débutants? Deux interprétations qui, étonnamment, paraissent aussi vraies l'une que l'autre.

Malaise et confusion, disais-je. Il me semble par-dessus tout que les positions manquent de plus en plus de nuance au sein du débat public. Serait-ce parce qu'il faut désormais s'assurer d'aboyer plus fort que la rumeur de la mêlée afin d'être entendu, donnant ainsi cours à une sorte d'inflation rhétorique? Est-il encore possible d'interpréter l'actualité en dehors de paramètres partisans ou bien le «spin» politique et ses nombreux masques nous ont assailli pour de bon?

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (15)

Commenter cet article »

  • Pour ceux qui crient au meurtre pour Breton,ce n'est pas pire que le $75,000. a Charest que personne ne savait,excepté les bons Libéraux, donc on peut en passer de temps en temps surtout venant d'un Premier Ministre c'est encore pire,et Il n'a pas démissionné pour autant!

  • @jean-francois_trottier. Vous voilà avec vos pompes au risque de donner dans l’opéra bouffe. Il y avait bel et bien apparence évidente de procès d’intention et ça n’a rien à voir avec votre règle de l’irresponsabilité et de l’impunité « on commente ou pas ?»… Votre commentaire transpire la vérité exclusive, la suffisance, l’ostentatoire et le pompeux qui caractérisent les émergents des gradués écoles des m’as-tu-lus qui succèdent aux m’as-tu-vus. Grand bien vous en fasse, mais sachez que l’apparition des médias sociaux et des blogues tous azimuts, ces aqueducs des anonymes et d’un très grand nombre d’ignares de la populace citoyenne, donnent très facilement dans l’irrévérencieux, dans le salissage et la diffamation, en plus d’écrire leurs graffitis dans un créole insupportable. C’est ce que vous semblez défendre, avec un laxisme des plus décevant. Alors je vous souhaite bonne chance et vous pouvez continuer, sans conséquence, à vous écrire.

  • @Indy240 : De toute évidence vous ne connaissez pas de vrais indigents. Savez-vous qu'il y a des gens ici qui sont aussi pauvres que les plus pauvres au monde ? Que le BS ne peut en aucun cas couvrir toutes les dépenses dans beaucoup de cas ? Qu'avoir un toit devient parfois un luxe et le Kraft Dinner, une fête ? Que certaines limites sont tellement intolérables qu'il devient impossible de vivre sans une certaine capacité de fuite en soi ?
    Selon ses propos M. Breton a été à deux doigts de cette indigence-là. Je ne puis que souhaiter qu'il reste député pour parler au nom de ceux qui n'ont pas de voix.

  • @pagerry3 : Monsieur, à force de trop vouloir démontrer vous vous enfoncez.
    Les propos de M. Ferland sont plutôt modérés, ce qui n'exclut pas quelques idées un peu tendancieuses mais en tout cas on est loin tant de la toxicité que de l'acharnement : on commente l'actualité ou pas?
    Je regrette que M. Breton ait du démissionner mais en effet il n'avait pas le choix. Par contre j'approuve encore sa nomination pour des raisons ponctuelles : elle aura permis à Marois de donner les couleurs et de créer un cabinet où beaucoup de tendances diverses sont présentes, ce qui nous change de la chorale à l'unisson de Charest.
    Ceci dit, le PLQ en effet devrait se taire. Il me semble que 9 années de chaos fiscal, de décisions économiques pourries, de secret et d'affrontements devraient suffire : ils ont leur pelle, qu'ils s'enterrent tout seuls.
    Mais parler de lynchage? Non. Le PLQ a tenté de récupérer la démission pour créer un scandale, oui, ils continuent sur leur lancée d'accusations bébêtes, et alors?
    La Porsche, m'en fous. Les bouteilles vides en photo, ça fait très Hournal de Morial, sans intérêt. Si besoin est, Breton a connu une période dure et s'en est sorti comme tout le monde, difficilement. Ceci dit il s'en est sorti et méritera nos félicitations des qu'il se sera libéré de dettes gênantes. La fraude est plus difficile à justifier, pas pour un humain, il faut manger, mais pour un ministre.
    Breton est un électron libre qui est plus à l'aise au sein d'un groupe de pression que comme ministre. L'erreur d'aiguillage vient non de Marois mais de lui : il a cru pourvoir tenir le coup mais n'a pas su se positionner ni protéger ses arrières. L'improvisation inévitable d'un nouveau gouvernement paraît plus en situation minoritaire et Marois fait de tout un débat public, ce qui est absolument louable et ardu.
    Votre lutte est mal servie par des attaques à tort et à travers. Respirez un peu, le PLQ est parti. Youppi!

  • Comme d'habitude celui qui refuse de se faire voler est beaucoup plus punis que celui qui vole les autres

  • Selon les diktats de la Charte canadienne et québécoise, mon droit et ma liberté d’expression sont inaliénables et ne peuvent subir quelque forme de dictature, dont la censure. Voici donc mon opinion. Vos propos sont toxiques et donnent dans l’acharnement, donc dans la facilité aux conséquences qui pourraient surprendre, au chapitre de la diffamation. Le dossier Breton, est le genre de dossier de gangrène dont le PLQ de Jean-Marc Fournier savoure le bubon. Pour les libéraux, c’est du bonbon et, du même coup, c’est de la diversion gratuite, pensant alors nous faire oublier les plaies purulentes de leurs accointances et de leurs copinages avec la mafia et tous les sous-fifres du crime organisé greffé à la gouvernance et, de ce fait, politiquement institutionnalisé. Cette réalité vous échappe-t-elle, Monsieur l’entrepreneur ? C’est effectivement très révélateur de voir ainsi les libéraux de Jean-Marc Fournier se pavaner dans l’aussi bas de gamme, dans ce qui a tendance à devenir l’écurie de leurs politicailleries et autres saloperies. Par ailleurs, pourquoi le PLQ a-t-il choisi Yolande James pour centrer sa tentative de lynchage et libérer ses charges intempestives ciblant et criblant Monsieur Breton, alors que cette ministre libérale est l’une des icônes meublant les niches de l’amateurisme et de l’inertie? Le PLQ s’imagine-t-il que personne ne va risquer de la critiquer, de peur d’être accusé et poursuivi pour évacuation de racisme ? Sérieux, le PLQ ne pratique-t-il pas le racisme à rebours, alors qu’il ne semble avoir encore rien compris à l’évolution du Québec ainsi qu’aux aléas de l’immigration dont l’échec total des pratiques d’accommodement, pour ne mentionner que cet échec lamentable auquel se sont consacrés, à coups de Millions et surtout à nos frais, Bouchard et Taylor.

  • Oups Baronrouge, vous buvez goulûment "La version officielle" de l'incident Lévesque.... Il y en a plusieurs autres très crédibles et un peu moins favorables à notre héros national, par exemple ici:
    http://www.centpapiers.com/il-y-a-33-ans-rene-levesque-tue-edgar-trottier/11560
    Mais pour un compte-rendu vraiment complet et officiel de l'événement, consultez plutôt cette reprise d'un article du Devoir sur l'incident à l'époque:
    http://www.ledevoir.com/non-classe/362358/m-levesque-n-a-pu-eviter-le-corps-inerte
    Il n'est nulle part écrit que le corps de l'homme était couvert de neige. Par contre, l'effort qui est mis par tous pour excuser le geste de Monsieur Lévesque est manifeste. Mais bon, libre à vous de croire que l'on puisse être à jeun, frapper le corps d'un homme à 25 milles à l'heure et le traîner ensuite sur 145 pieds... Ça me rappelle presque la balle magique qui a tué JFK.
    Ceci étant dit, ne me prêtez pas de mauvaises intentions. Je suis résolument indépendantiste et j'ai pleuré à chaudes larmes à la mort de notre René national. Je veux juste qu'on réalise ce qui s'est passé avec Monsieur Breton. Monsieur Breton aurait pu faire un excellent Ministre de l'environnement, pour le bien-être de notre peuple. Mais certainement pas pour le bien-être de ceux et celles qui exploitent nos ressources naturelles sans trop de visées collectives à long terme... Comme je l'ai écrit dans mon commentaire précédent, il ne faut pas être dupe.
    Les personnes qui cherchent la pureté auprès de nos élus me font aussi bien rigoler. Pensez seulement à François Legault qui a pratiquement admis avoir fumé de la drogue et à André Boisclair qui lui l'a fait, et qui ont tous deux d'honorables états de service comme Ministres. Sans oublier tous ces caquistes qui ont déclaré faillite. Hé, oh! Revenez sur terre, nous sommes tous des humains... Nos élus et nos élues aussi.

  • Messieurs Lévesque et Charron n'étaient certes pas non plus des anges, mais leur contribution à notre bien-être collectif est indéniable. Cela aurait pu aussi être le cas avec Monsieur Breton. Disons que je trouve que nous avons la gâchette un peu facile lorsqu'il est question de dénigrer nos semblables. Et je pense aussi qu'il y en a plusieurs qui en profitent.
    Bref, laissons à tout ce qui relève de la vie privée une bonne dose d'indulgence. Et concentrons-nous plutôt sur la qualité de la contribution de nos élus et de nos élues à la vie publique. D'ailleurs, si vous avez besoin d'un peu d'inspiration,n'oubliez jamais que les italiens ont envoyé la Cicciolina au parlement en 1987! En sachant très bien à qui ils avaient affaire:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cicciolina

  • Histoire se déforme facilement, petit rappel: l'inciden de René Lévesque, il s'agissait d'un (la victime) de qq'un qui dormait sur la voie publique et était recouvert de neige, saoul ou pas 95% des conducteurs l'auraient frappé, ca n'excuse rien, mais cela replace les faits.
    M. Breton doit démissionner car il a géré sa vie publique de façon très légère avec peu de respect et de riguer.
    À quand un tel ménage dans TOUS nos parties politiques? Ceci dit sans partisanerie.

  • Votre quête d'un juste milieu vous honore et pour moi la contravention, les bouteilles vides et le loyer impayé ça relève de la p'tite semaine. Je crois que c'est plus son attitude de lourdaud qui est déplorable. Un ministre ne peut pas se présenter avec ses grosses bottes dans les bureaux administratifs de son ministère ou encore d'une para-gouvernementale pour venir faire le bully auprès des employés. Un ministère ou le BAPE ce n'est pas une "shoppe" de soudure.
    Cela étant, je l'ai dit et le répète, nous avons le devoir immense en tant qu'électorat de ne tolérer AUCUN manque à l'éthique de la part de NOS élus. AUCUN ! C'est une question de respect envers nous-mêmes ! Quand allons-nous finir enfin par le comprendre ? Quand allons nous cesser de minimiser la portée de ces écarts déplorables d'attitude et de conduite de la part de NOS élus ?? C'est un insulte à notre intelligence !
    Je refuse totalement d'absoudre qui que ce soit qui me représente et quiconque
    aspire à être ma voix dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale.
    Ma voix, c'est moi, c'est nous. Respectons-nous bon dieu !

  • Qui aime se faire représenter par Daniel Breton? L'environnement peut-il bien se porter par quelqu'un qui ne réussit pas à assumer sa propre condition humaine. Qu'il prenne la responsabilité de lui-même avant de prendre, sur ses épaules, le poids de la condition terrestre. Mme Marois aurait dû savoir que l'activisme, c'est comme la boisson, ça ne fait pas foi de tout... il y en a qui ne le porte pas.

  • Monsieur Ferland,
    Je partage votre malaise devant l'affaire Breton. Par contre, je n'ai que peu de doute devant la commande de lynchage public. Ce qui m'a le plus soulagé a été la lecture du texte de Josée Legault sur son blogue de L'actualité:
    http://www2.lactualite.com/josee-legault/2012/11/29/le-sacrifie/
    Elle y dépeint avec toute son expérience les rouages qui ont pu mené à un tel gâchis.
    D'autre part, pguillem nous rappelle l'épisode du vol de manteau dans la carrière de Claude Charron. Moi c'est plutôt l'épisode beaucoup plus grave d'accident nocturne de René Lévesque, qui avait happé mortellement un homme dans la nuit du 6 février 1977, en rentrant d'une soirée à jouer aux cartes chez des amis. Dans le cas de Monsieur Lévesque, je n'ai pas plus de doute sur son état d'ébriété au moment de l'accident que sur la commande de lynchage de Monsieur Breton. On ne pourra jamais avoir de certitude sur l'un ou l'autre malheureusement. Mais il ne faut pas être dupe pour autant...

  • Il ne lui reste plus qu'a démissionner de son poste de député. On peut dire tout ce qu'on veut, mais l'individu est un hors la loi! Je ne pense pas qu'un hors la loi puisse être député!
    D'ailleurs, comment a-t-il réussi a devenir député avec un dossier comme le sien ? Pire....ministre!

  • Très simplement, en ce qui me concerne. Il a été condamné en 2009 par la Régie du logement à payer ses 13 mois de loyer en retard, soit 6 320 $. Au moment où nous nous parlons, il n'a toujours rien payé, même s'il est ministre depuis deux mois environ, ce qui aurait dû lui permettre de se faire avancer cette somme ou d'obtenir un prêt dans une banque. Qui plus est, quand il a été interrogé par la SQ sur ses antécédents et quand il est passé au "confesionnal", selon la procédure normale, il n'a rien dit de cette dette, alors qu'il avait reconnu avoir des contraventions impayées (qu'il a été forcé de régler) et autres peccadilles. La première ministre du Québec n'en a donc rien su, et nous renvoie à lui pour de plus amples explications.
    Homme engagé, certes, et fin connaisseur des questions environnementales. Mais son honnêteté semble perfectible.
    À moins que... Je repense tout à coup au manteau volé par Claude Charron chez Eaton. On y avait vu un acte manqué du jeune ministre, désireux de fuir le stress de la vie politique et la pression des médias. Acte manqué du nouveau ministre de l'Environnement, qui découvrirait que les habits sont un peu grands pour lui et qui vient d'être contredit par la première ministre dans l'affaire de l'oléoduc d'Enbridge ? Triste déconfiture, pour celui qui apprend, à la dure, que pour être Maîtres chez nous, il faut commencer par payer son loyer.

  • Ce qui me dérange le plus dans le "dossier" Breton, c'est qu'il essaie de nous amadouer en mentionnant qu'il a connu la précarité. je connais plusieurs personnes qui vivent dans une précarité certaine, mais qui ont l'intelligence, la dignité et l'honnêteté de s'acquitter de leurs obligations financières. Comme si la précarité pardonnait la négligence!
    Quant à rouler è 275 km/h, il n'a pas tué personne, mais s'il avait fauché des vies? Connaissez-vous bien des gens qui ont roulé à cette vitesse? Un brin d'inconscience et d'irresponsabilité peut-être?

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer