Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Abolir le mariage?

Michel Pruneau
 

Michel Pruneau

Auteur et conseiller pédagogique

Alors que quelques États américains viennent de se prononcer par référendum en faveur du mariage des personnes de même sexe, des manifestations houleuses ont lieu en France pour s'opposer à ce projet.

Au-delà de l'égalité des droits des conjoints de même sexe, déjà reconnue au Canada, est-il possible de réfléchir à cette question de société sans sombrer dans un manichéisme que l'on observe souvent aux États-Unis, mais qui étonne toujours lorsque cette limite intellectuelle se manifeste en France?

Lorsqu'il est question du droit au mariage, il est quand même particulier de constater qu'une institution aussi traditionnellement conservatrice et comportant un tel taux d'échec, puisse faire l'objet d'un désir aussi sincère par des personnes qui se considèrent progressistes.

Puisque le Québec «célèbre» chaque année presque autant de mariages que de divorces, ne serait-il pas plus logique de militer pour l'abolition pure et simple du mariage, quel que soit le sexe des mariés?

Pour favoriser la cohésion sociale, le mariage légal pourrait simplement être remplacé par des ententes écrites, librement consenties, entre les personnes qui décident de faire vie commune. Si aucune instance ne peut empêcher une telle pratique, pourquoi aurions-nous besoin d'un droit enchâssé au mariage?

Le seul véritable problème derrière la question du droit au mariage est le partage équitable des droits et responsabilités des adultes qui élèvent des enfants. À cet égard, une loi pourrait effectivement encadrer légalement et économiquement les personnes qui ont la responsabilité d'enfants, quel que soit leur sexe... ou leur nombre d'ailleurs.

Ceux qui ont des enfants savent très bien que deux parents c'est déjà insuffisant pour survivre à la tâche.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (22)

Commenter cet article »

  • Ceux qui sont inquiets de ma proposition peuvent vraiment se calmer.
    Le mariage ne sera pas aboli.
    Ma réflexion ne s'adresse pas aux instances politiques ou juridiques, mais bien aux individus qui sont finalement les seuls concernés par leurs engagements.
    Dans une éthique de l'engagement, nous n'avons pas besoin des lois pour être solidaires dans une relation amoureuse et la même logique devrait s'appliquer, avec encore plus de rigueur, lorsque des enfants naissent de cette union.
    Merci pour vos commentaires
    Michel Pruneau

  • @ David.Ouellette
    Que voulez-vous dire? Bonne journée

  • Le mariage est un acte religieux à la base alors votre question devrait être modifier. Abolir le rôle du gouvernement dans le mariage par un remplacement d'une espèce d'entente je-ne-sais-quoi équivalente au mariage du point stricte fiscale??!!?? Pourquoi pas? Mais pas moi...

  • Le mariage en bonne et due forme et pleinement reconnu est l'ultime tabou à briser pour les personnes homosexuelles. Au-delà des considérations matérielles, le "statut" social et familial que confère l'institution du mariage depuis des siècles et des siècles entre en ligne de compte, surtout pour les couples désireux de fonder une famille.
    À une échelle très restreinte, observez comment sont souvent traités différemment les conjoints mariés des conjoints de fait, ici même, lors de funérailles par exemple.

  • La plupart des mariages ne sont pas d'une grande importance. Nous devrions abolir le mariage qui n'est pas kasher.
    David Ouellette, membre du conseil des relations juives et israéliennes.

  • Faut-il toujours aller aux extrêmes...
    Pourquoi ne pas simplement *vivre et laisser vivre*...??

    Et les défenseurs à tout prix du mariage traditionnel devraient surtout
    s'en prendre au divorce qui est le véritable ennemi de leur chère institution!

  • Toute société a besoin de règles, d'institutions, de rites de passage. Depuis toujours. Le mariage est une très vieille instutituion, base du couple et de la famille. C'est ainsi et c'est une institution à protéger, si vous croyez à la vie en société, à la famille. Si vous n'y croyez pas, c'est autre chose!

    Michel Lebel

  • @ julien117, depuis quand mariage = famille de façon exclusive? Des tas de couples mariés, avec ou sans enfants, se séparent, et des tas de couples mariés, avec ou sans enfants, demeurent ensemble. Depuis quand les enfants des couples non mariés sont-ils "sans père ni mère"?

    Arrivez en 2012.

  • Big brother vous rappelle qu'il est interdit de rêver à une autre société.
    Le numéro 89976 a fui par en avant, il s'est mis en couple et a fait des enfants, il s'est acheté une tondeuse à gazon et des tas d'autres choses. Et il a été occupé que la vie a passé, remplie et heureuse possiblement.
    Et du haut de son bonheur à l'occasion, pour ajouter du piquant au réveillon, il aime bien faire un peu la morale aux autres, en leur disant qu'ils manquent de ceci ou de cela. Alors que ces numéros-là peut-être n'ont pas eu la chance de mener une vie de couple ou d'avoir des enfants ou d'avoir la fameuse tondeuse lawnrrrover. Tranquillement, le bonheur ronronnant isole 89976 aussi bien que la vraie solitude.
    Serait-ce pensable pour un humain d'accepter son handicap, je veux dire son état irrémédiable et ontologique de solitaire ? se dit 89976 un soir que les enfants ne sont pas à la maison et que 85673 dort sur le divan, la bouche et la télé ouvertes. Les yeux dans le vague il se permet de se le demander ? Il sait qu'un contrat ne sert de rien, ça en est même ridicule et l'engagement totale basé sur l'obéissance à Big Brother qui éprouve ceux qu'il aime en les faisant errer dans le désert ou parler tout seul dans un couple pendant 40 ans, c'est un fake il le sent mais ne peux pas le dire.

    Changer complètement les habitudes sociales ! Ce ne serait pas pensable dans notre société actuelle parce que c'est si difficile d'être différent du groupe. Mais dans une société ou on n'aurait jamais inventé le mariage !? pense 89796... C'est curieux en imaginant cette société-là, il voit les gens comme plus beaux, plus compatissants envers les autres, moins consommateurs. Ce serait plaisant et nouveau, une sorte de sentiment comme à la messe de minuit, l'année au refuge avec tous les pauvres, avec tous les sdf qui étaient là. il avait le sentiment d'une grande ouverture et d'une grande bonté qui tombait sur le monde. Bip ! une alarme résonne et une lumière rouge est allumée.


  • Franchement, je dois dire que je suis en total désacord avec vous. Interdisons la politique, puisqu'elle cause des chicannes, des manifestations et même des actes terroristes. Interdisons l'automobile parce qu'il y des gens qui meurent dans des accidents d'automobiles... Bref mon point est que c'est bien tristes mais autant il y a d'humain, autant il y a d'opinions divergentes et on ne peut pas tout interdire, au bout d'un moment. Je ne suis pas marié (je suis fiancé...) et je ne sais pas si je prononcerai les voeux sacrés un jour mais j'aimerais quand même avoir le choix... De mon côté je trouve rassurant de voir qu'encore bien des gens se marient et croient encore en l'amour, même en 2012 !

  • Ce serait manquer de respect pour les gens arrivés ici de fraîche date, déjà mariées ou qui en ont l'intention. Les cas de gens mariés avec des étrangers aussi posent question : si l'on ne signe plus qu'une entente, est-ce que notre conjoint marié il y a cinq ans, disons au Japon, pourra nous suivre ?
    Il y a peu un débat se déroulait autour d'une compagne de vie qui avait, disait-elle, sacrifié des années de sa vie au mépris d'un salaire. Je n'ai aucune idée de si elle avait raison ou pas mais le mariage permet de régler ces cas plus simplement.
    Toujours dans un couple il y a des compromis et souvent il arrive que ceux-ci viennent de la même personne parce que l'autre a un "certain" sens de la manipulation. Il est vrai que certaines personnes se sacrifient réellement pour la personne qu'elles aiment et je ne vois pas pourquoi elles devraient s'en sortir encore plus pauvres parce qu'aucune législation ne les supporterait.
    Les contrats de mariage servent deux fins : d'abord affirmer de façon solennelle que l'on désire vivre avec l'autre, puis protéger ceux qui y sont impliqués, dont les enfants évidemment.
    Je pense que sur une institution qui n'est somme toute pas mauvaise vous allez bien vite avec votre hache.
    @Julien117 : J'ai trois enfants, je ne me suis jamais marié. Deux des trois vivent encore avec moi et j'en suis fort heureux, ils savent déjà qu'ils pourront jouer les Tanguy (ce n'est pas encore le cas du tout) aussi longtemps qu'il leur plaira et mes amis séparés comme moi s'occupent activement de leurs enfants aussi. Je ne comprends pas vraiment votre réponse toute de sarcasme. Personne ne souhaite se séparer au départ mais ça arrive.

  • Euh, j'ai envoyé un commentaire hier... est-il censuré? Il était pourtant bien innocent.

  • @ Alexandrine55
    Votre agressivité intellectuelle laisse entrevoir le plaisir qui doit caractériser la vie avec vous.
    Je n'impose absolument rien à qui que ce soit.
    Je propose une réflexion qui tente d'ouvrir un espace où la liberté et la responsabilité ne sont pas des notions qui s'opposent. mais je vous reconnais entièrement le droit de penser ce que vous voulez.
    Mais je ne crois pas que vous me reconnaissez ce même droit
    J'espère que vous avez bien lu ma conclusion concernant les droits des enfants et les responsabilités de ceux qui les accompagnent. J'en doute.
    Michel Pruneau

  • Quel discours arriviste et opportuniste! Manichéisme vous dites? Ce texte n'est sophisme de basse-cour, que je renchérie. Lâchez-nous donc les baskets avec la déinstitutionnalisation de tout ce qui ne fait pas votre affaire.
    Cette institution ue vous dénigrez, est suffisamment populaire pour que des milliers de mariages aient lieu annuellement et que la population gai revendique (ce qui est justifiable) les mêmes droits que les couples hétérosexuel. Le fait que le taux d'échec est élevé demande non pas une dé-légalisation du mariage, mais bien plus une réaffirmation des droits, devoirs et privilèges.
    Et en passant, se ne sont pas seulement les droits et responsabilités evers les enfants qui comptent dans le mariage. Car il est très possible d'être marié sans enfant - et l'envers est aussi vrai. La protection des enfants et leurs droits ne se situe donc pas dans le mariage. N'oublions pas que les enfants ne sont pas des personnes au sens légal avant leur naissance. Donc, légalement, il n'y a aucune raison de prendre un arrangement avant la naissance des-dits enfants.
    Ce sont les droits et obligations entre membres du couple qui comptent. Finalement, il existe déjà une entente écrite, signée au moment du mariage. Si les gens sont incapables de confiance, ils peuvent toujours faire une entente pré-nuptiale.

  • Le mariage est une institution millénaire. Elle a évolué avec les époques, avec les coutumes et les mentalités. Il y a eu les mariages arrangés, forcés, de convenance. Il n'y a pas très très longtemps que nous pouvons marier des gens qui ne sont pas « de notre milieu ». Pourquoi, maintenant que l'homosexualité n'est plus criminelle, les gens du même sexe ne pourraient pas se marier?
    Etes-vous marié? Parce que croyez-moi, une entente sur un bout de papier n'a pas du tout la même valeur qu'un mariage!
    J'espère du moins que vous n'irez pas jusqu'à annuler rétroactivement le mien!

  • Ouf, heureusement que je suis déjà mariée! A moins que vous annuliiez rétroactivement les mariages pour éviter les divorces?
    Le mariage est un principe millénaire, qui a évolué. Il y a déjà eu des mariages arrangés, forcés, de convenance, entre gens du même milieu. Là, il y a les mariages avec gens du même sexe. ÉVOLUTION.
    Etes-vous marié? Parce que croyez-moi, une entente sur un bout de papier, ce n'est pas la même chose qu'un mariage.

  • @ Georges LeSueur
    Je n'ai jamais reproché la polygamie à qui que ce soit, comme je ne m'oppose aucunement à son équivalent, la polyandrie.
    Mon texte oriente la réflexion vers les droits et responsabilités des personnes qui élèvent des enfants, ce qui est le seul véritable enjeu de la famille qui devrait être encadré par une loi.
    J'espère que cette mise au point répond également à "Julien177" qui n'a certainement pas lu mon court texte jusqu'à la fin.
    Merci pour vos commentaires
    Michel Pruneau

  • Le mariage reste pour moi une marque d'engagement profond, qu'une entente signée et temporaire ne saurait combler. C'est l'engagement de tout faire pour qu'un couple survive et s'épanouisse. Que la plupart des gens traite cette institution avec désinvolture n'en change pas le caractère profond et liant.
    Jamais je n'aurais eu d'enfants hors mariage car ils sont pour moi la quintessence du projet de vie que mon mari et moi avons ensemble.
    J'aurai mon 4è enfant en janvier 2013. Et mon mari et moi suffisons amplement à la tâche de les éduquer. Nous nous y dévouons. Et nous ne lâcherons jamais devant les difficultés. C'est là notre engagement l'un envers l'autre.
    J'imagine que nous sommes vieux jeu et dépassés. Mais la stabilité est une des forces derrière la famille.
    Finalement, l'institution du mariage devrait être reglorifiée plutôt qu'éliminée. L'engagement total est manquant dans la société actuelle. On devrait le soutenir plutôt que de le défavoriser. Et cela est valable peu importe l'orientation sexuelle.

  • Peut-être devrions nous au contraire rendre à César ce qui appartient à César. Les mariages devraient redevenir l'apanage exclusif des groupes religieux qui en fixeraient les rêgles. Comme les personnes qui souhaitent divorcer d'un tel mariage devraient nécessairement s'expliquer devant les représentants de ces religions pour l'obtenir, le nombre de divorce chuterait dramatiquement et les gens y réfléchirait à deux fois avant de se marier. Jusqu'à ce que la mort nous sépare ne signifie pas jusqu'à ce que j'ai trouvé quelqu'un de mieux ou jusqu'a ce que soit tanné de l'autre. Pour ce qui est des mariages gais et lesbiens, il leur serait aisé de créer leur propre religion avec leur propre temples et leurs propres règles pour pouvoir les célébrer. Pour le reste, je crois que le gouvernement devrait cessé de s'occuper des unions civiles, quelque soit les sexes des individus concernés. Après tout, qui rêve vraiment de se marier dans une cours de justice?

  • Et si vous vous mêliez de vos affaires!!! Vous ne croyez pas au mariage, soit... Vous me faites penser aux athées, qui ne croient en rien et qui n'acceptent pas que les autres aient des croyances... C'est un libre choix, comme un choix de valeurs... déjà que le gouvernement est ingéré partout, bientôt on ne pourra plus parler de démocratie mais d'une dictature où l'on vous imposera même l'absence de religion...
    Je déteste les gens comme vous qui veulent imposer leurs choix aux autres... une approche sournoise pour'' lologues '' les grands penseurs de notre société moderne...Être conseiller pédagogique ne consiste-t-il pas à améliorer et favoriser le monde de l'éducation?

  • La reconnaissance au mariage des conjoints de même sexe est la négation du mariage traditionnel et une remise en question des principes de base.
    Les " ententes écrites librement consenties" que vous proposez ressemblent à s'y méprendre à l'union civile initialement proposée.
    Si tout est affaire de mode et d'évolution des moeurs, pourquoi reprocher à certains peuples la polygamie qu'ils pratiquent ? Et ne pas donner aux femmes le même privilège qu'aux hommes par le droit à la polyhandrie ?
    Tout ce qui a trait "aux droits" n'est en fait que la reconnaissance de conventions sociales et culturelles. Georges LeSueur

  • Mais oui, abolissons le mariage. Des ententes écrites qui seraient renouvelables à dates fixées d’avance selon la décision des gens qui désirent vivre ensemble. Les enfants ? Bof… on les confiera au gouvernement qui aura de nombreuses garderies et du personnel spécialisé pour s’occuper des enfants sans père ni mère. Pas de mariage, pas de famille, la grande vie. Misère de misère.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer