Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Police d'opinion

Lucie-Gabrielle Jolicoeur
 

Lucie-Gabrielle Jolicoeur

Étudiante à la maîtrise en création littéraire

Une femme n'a-t-elle plus le droit de se poser des questions sur l'avortement? N'a-t-elle plus le droit d'y être opposé? Jusqu'à preuve du contraire, nous vivons dans un pays où le droit d'avoir une opinion est sacro-saint. Alors pourquoi cette rage contre Mme Ambrose, qui n'a finalement qu'exprimé le désir qu'on se penche sur la question?

Avant d'aller plus loin, quelques précisions:

1. Je suis pro-choix. Sans compromis. Et je le suis encore plus si je pense aux horreurs des boucheries de ruelle qui avaient lieu à l'époque. Par contre, je refuse de croire qu'un avortement est une chose normale. C'est une décision que chaque femme doit prendre avec sérieux, réflexion et tristesse. Ce n'est ni de la contraception, ni une solution miracle.

2. Le projet soumis à la chambre n'était pas une motion pour interdire l'avortement, mais pour en réglementer la pratique.

C'est en faveur de cela que Mme Ambrose a voté. A-t-elle si tort?

Nous sommes un des seuls pays au monde à ne pas avoir de loi encadrant l'avortement. Est-ce normal?

Peut-on affirmer hors de tout doute qu'il n'y a pas d'abus?

Mais là n'est pas la question.

La question c'est que dans le cadre d'un exercice DÉ-MO-CRA-TI-QUE, Mme Ambrose a exprimé son opinion.

Car c'est cela la démocratie. C'est le pouvoir de discuter de nos lois, c'est le droit de changer d'idée. Sinon, l'avortement, la sodomie, le divorce, tout ça serait encore illégal. On aurait encore la peine de mort, et ainsi de suite.

Être contre l'avortement, ce n'est pas être opposé aux droits de la femme, c'est croire que la vie commence à la conception. C'est une opinion et elle a autant de valeur que la mienne.

Comme d'habitude, le problème est aux extrêmes.

Personnellement, je trouve que les gens qui demandent aujourd'hui la démission de Mme Ambrose sont aussi ridicules que les gens qui protestent devant les cliniques d'avortement.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (12)

Commenter cet article »

  • Le côté drastique des arguments est souvent signe d'étroitesse d'esprit.
    Je suis contre l'avortement comme moyen de contraception systématique.
    Mme Ambrose a donné son opinion que je respecte. Mais cela ne signifie pas le refus d'interruption de grossesse !
    Si l'avortement doit être évité -autant que possible- il est indiscutable que la décision revient en premier et en totalité à la femme.
    Ce que peuvent faire les services publics et les individus qui veulent limiter les avortements, c'est d'offrir aide matérielle et support moral. Sans plus ! Georges LeSueur

  • @re3e "je m'oppose a la ministre ambrose dans cette histoire parce que les tories en reparlent uniquement pour des raisons religieuses... ils veulent juste imposer leur " charia catholique" a toute la population canadienne."
    Que de préjugés! Les tories ont plutôt un historique de lutte de pouvoir monarchique plutôt que religieux. Dans cette compétition royale, difficile de savoir qui avait raison; je n'étais pas là. Mais depuis le XV11, les guerres de dynasties se sont résorbées bien que chacun des camps a adopté l'étiquette la plus désagréable pour disqualifier l'autre... et ainsi s'est perpétué la tradition oppressive.
    Pour ma part, je n'embarque pas dans cette guerre de tranchée que je trouve grotesque tellement le rationnel est absent. C'est aberrant de constater comment les vestiges du passé teintent toujours notre jugement en 2012. Tout cela pour dire que tous les gens qui ont des principes ne sont pas nécessairement des forcenés à attacher... Les principes diffèrent mais ils ne sont pas absents ni pour un camp ni pour l'autre. Seule l'inconsciente intransigeance peut faire basculer dans la folie. Pour moi, la vie n'est pas une option et je trouve que cette attitude alimente mon idéal.

  • considerant que la medecine est PUBLIQUE au pay , non , je ne peut concevoir qu'il y ai des abus , au contraire je crois fermement que ca doit etre serieusement reglemente , si ce n'est pas le cas , il y a du monde qui devrais etre poursuivi et emprisonne . je sui pro-choix malgres le fait que mon "ex" aie , contre mon opinion ou choix , avorte de notre deuxieme , j'ai la garde exclusive de ma premiere , mais malgres le fait que ca me fasse grande peine , je reste pro-choix , ma situation est extreme (papa celibataire qui s'occupe totalement seul de sa marmaille ) mais les extreme de l'autre bord existe aussi donc je suis pro-choix.
    je m'oppose a la ministre ambrose dans cette histoire parce que les tories en reparlent uniquement pour des raisons religieuses , ces fou de dieux , ces mollah cathos ne peuvent aps etre laisse dans une position de controle des valeurs sociales du canada , la seule chose dont ils revent ce sont des camps de reforme pour incroyants , les 28 millions de canadiens a la messe le samedi , ils n'ont aucun respect pour la diversitee culturelle canadienne.
    je suis vegetarien par conviction boudhiste , que diriez vous si je tentais de faire passer une loi privee qui abolirais l'industrie de la viande au canada ? fini le bacon , les eleveurs et les abatages , et fermeture de tous les shack a burgers coast to coast to coast ?
    voila pourquoi je m'opposerais a ces "conservateurs" taqnt que j'aurais un souffle , il's n'en ont rien a fouttre des femmes , ils veulent juste imposer leur " charia catholique" a toute la population canadienne

  • @allonsvoyons " Dans ce cas, c'est la nomination de Mme Ambrose à ce poste qui est choquante. Tout comme on a un ministre responsable de la science qui ne croit pas à l'évolution (Gary Goodyear), des ministres de l'environnement qui ne croient pas aux réchauffements climatiques et aux effets néfastes des sables bitumineux (Baird)
    Les dogmes de maintenant ne sont pas ceux d'hier, ni ceux de demain, je l'espère.

  • "Cependant, je pense qu'un politicien n'est pas là pour défendre ses opinions, mais ses citoyens."
    Je ne crois pas que ce sujet fasse l'unanimité auprès des citoyens canadiens. Donc, qui Mme Ambrose doit-elle représenter? Pro-choix ou pro-vie, où se situe la justice? La vie a des droits quand même. Ce n'est pas parce qu'une partie de notre société a mis un couvert sur la marmite de ce sujet, que personne ne doit se poser de questions. L'évolution ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui si le bucher, la fosse aux lions, l'Inquisition avaient connus pareil interdit de se questionner ou de prendre position.

  • "Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos" Permettez-moi d'en douter à la lecture de votre texte. Aucune analyse, que des affirmations...Mme Ambrose n'est pas une citoyenne ordinaire, elle est ministre de la condition "féminine".
    Personnellement, je trouve que les gens qui demandent aujourd'hui la démission de Mme Ambrose sont aussi ridicules que les gens qui protestent devant les cliniques d'avortement." Ouf, si ça c'est pertinent!!

  • M'est avis que vous êtes une bien piètre défenderesse des pro-choix en disant :
    "Être contre l'avortement, ce n'est pas être opposé aux droits de la femme, c'est croire que la vie commence à la conception. C'est une opinion et elle a autant de valeur que la mienne."
    Il faut choisir à un moment lorsqu'une femme est enceinte, si on garde le bébé ou si on le jette.
    Maintenant on peut être un peu blessé de la situation, dire que le monde est injuste, vouloir que le monde soit fait autrement etc, mais ça ne change rien à la chose qui existe.
    "tout existant nait sans raison, se prolonge par faiblesse et meurt par rencontre." disait Sartre. Peut-être que l'on peut donner le titre d'existant au petit amas de cellules qui se multiplient, comme on pourrait donner ce même titre à une tumeur. Si l'un ou l'autre se prolonge ça va être par notre faiblesse et si l'un ou l'autre meurt ce sera effectivement le fait d'une rencontre avec un outil chirurgical.
    Un peu dur comme vision ? Alors peut-être que vous êtes une pro-vie finalement et que vous aimez mieux cette chanson de Céline Dion :

    Et s'il n'en restait qu'une
    Pour jouer son bonheur
    Et miser sa fortune
    Sous le rouge du coeur
    Pour accepter les larmes
    Accepter nuit et jour
    De se livrer sans arme
    Aux griffes de l'amour
    Et s'il n'en restait qu'une
    À n'être pas blasée
    Et pleurer pour deux thunes
    Sur un vieux canapé
    Oui s'il n'en restait qu'une
    Pour l'amour cinéma
    Oui s'il n'en restait qu'une
    Je serais celle-là

    Je pense que ce serait excessif qu'une femme se voit obliger de garder un enfant dès la conception. Le monde n'en est plus là et on ne peut pas rentrer la pâte dentifrice dans le tube. On dance tous au bout du fil de nos instincts et peut-être qu'en réalité on s'aime moins fort qu'avant, les hommes et les femmes, parce qu'on met plus une limite à notre amour mais c'est la vie on a fait des choix, dont celui qu'une femme ne serait pas qu'une machine à faire et élever des enfants.

  • @ Pacog - Dans ce cas, c'est la nomination de Mme Ambrose à ce poste qui est choquante. Tout comme on a un ministre responsable de la science qui ne croit pas à l'évolution (Gary Goodyear), des ministres de l'environnement qui ne croient pas aux réchauffements climatiques et aux effets néfastes des sables bitumineux (Baird

  • @PacoG
    Le problème c’est que seuls les électeurs de « Edmonton – Spruce Grove » peuvent voter pour ou contre Mme Ambrose. Par contre elle est la ministre chargée de représenter l’ensemble des femmes du Canada.

  • Est-ce que Mme Ambrose a justifié son vote? Par example, n'y a-t-il pas contradiction entre vouloir interdire l'avortement sélectif des filles et laisser l'avortement 100% libre aux femmes?

  • @allonsvoyons :
    Je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre prémisse. Pour moi les politiciens devraient être là pour défendre leurs opinions, opinions qui devraient être claires et précises dès le début afin de permettre aux citoyens de choisir des politiciens qui partagent les mêmes valeurs.
    J'aime mieux que M.Ambrose vote selon sa conscience et ses opinions, pour que les électeurs puissent se faire une bonne idée. C'est mieux selon moi qu'un vote stratégique qui ne fait que refléter se qui est populaire en ce moment.
    Pour ce qui est de l'avortement cependant, totalement d'accord
    F. Gagnon

  • Je suis comme vous pro-choix et je ne crois pas que l'avortement est une joyeuse solution.
    Cependant, je pense qu'un politicien n'est pas là pour défendre ses opinions, mais ses citoyens. M. Harper est peut-être contre, par exemple, le marriage gai. Mais il a décidé de ne pas en parler et ne pas rouvrir le débat. Il défend ses citoyens plutôt que son opinion (ou sa congrégation!).
    Mme Ambrose à le titre de ministre du statut de la femme. Elle n'est pas là pour défendre son opinion sur l'équité salariale, sur la pauvreté des famille monoparentales, ou sur l'avortement. Elle est là pour défendre les femmes, dans tous les défis auxquels celles-ci font face.
    La réglementation de l'avortement limitera inévitablement les libertés des femmes. Ce sont ces libertés que les femmes veulent que la ministre du statut de la femme défende. Laisser le libre-choix aux femmes, à 100% (bien sûr ça ne sera jamais 100%, une femme qui veut un avortement à 20 semaines doit trouver une équipe médicale qui acceptera de faire ça, ce qui n'est pas gagné d'avance).
    Personnellement, je crois que la femme impliquée et son équipe médicale sont amplement qualifiés et équipés pour prendre des décisions dans ce domaine. Pas besoin que le gouvernement vienne s'insérer entre une femme et son médecin.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer