Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Les enfants de la pauvreté

Francine Laplante
 

Francine Laplante

Femme d'affaires et mère de cinq enfants

J'ai été profondément bouleversée par le reportage de Agnès Gruda publié dans la section Enjeux de La Presse, samedi dernier. Ce reportage intitulé Être très pauvre dans un pays pauvre et vivre à l'aise dans un pays riche mettait en parallèle la vie de deux jeunes de 12 ans: Mwynishri de Tanzanie et Rosalie de Brossard. L'article conclut en expliquant que Rosalie est un peu angoissée par la profusion des choix qui s'offrent à elle alors que Mwynishri, par contre, fonce dans un mur, à l'autre bout du monde, tout en rêvant d'une vie différente de celle dans laquelle se débattent son père et sa mère.

Cette analyse aurait très bien pu être réalisée ici au Québec, dans la région métropolitaine. Il aurait suffi à la journaliste de se rendre dans le quartier St-Michel et de frapper à l'une ou l'autre des portes d'immeubles à logements pour découvrir des cas aussi pathétiques que celui du jeune Mwynishri. Et quelques kilomètres plus loin, de l'autre côté du pont Pie-IX, dans l'un des quartiers les plus cossus de Laval, elle aurait trouvé des centaines de jeunes Rosalie. Pas besoin de se rendre au bout du monde pour constater l'injustice; ici même, chez nous, à moins de 5 minutes de déplacement en voiture, il est possible de faire le même constat.

J'habite ce quartier cossu et j'y élève mes enfants. Ma fille est maintenant une petite Rosalie; je dis maintenant, car elle est arrivée d'Haïti à l'âge de trois ans, comme ses trois frères aînés. Ma fille est épanouie et enjouée, elle a les yeux rieurs et la tête pleine de rêves et de projets. Que serait-il arrivé si elle était restée dans son pays sans ressource, sans avenir, sans parents? Elle serait probablement devenue une restavec, une enfant esclave. Ou encore pire, elle aurait peut-être succombé au choléra ou au séisme de 2010. Juste d'y penser, j'en frissonne. Pourquoi la vie a-t-elle fait en sorte que mes enfants aient été choisis parmi des centaines de milliers d'autres orphelins? Je ne sais pas. Ce qui me chavire comme mère adoptante et aux premières loges des conséquences de l'adoption sur les enfants, c'est que les portes de l'adoption internationale soient encore si hermétiquement fermées... Quel désastre!

Quand je suis appelée à soutenir une famille démunie dans le quartier voisin de chez moi, lorsque je constate de mes yeux la misère humaine et la différence sociale entre mes enfants et ces enfants, je suis confrontée à un sentiment d'impuissance très difficile à accepter.

Être pauvre, dans un pays pauvre, c'est une chose assurément éprouvante, mais être pauvre dans un pays riche, c'est être constamment confronté à la différence, être étiqueté avant même de parler, se comparer et constater le fossé profond qui existe... C'est tout simplement inacceptable et incompréhensible, et pourtant bien réel.

Il ne devrait pas exister des jeunes Mwynishri en Tanzanie ni de restavec en Haïti. Aucun enfant ne devrait être privé de ses rêves, avoir faim, avoir soif, avoir peur. Aucun enfant ne devrait être privé de ses droits fondamentaux, surtout pas ici dans ce pays riche que nous avons le privilège d'habiter... c'est une honte collective!

Être né dans le quartier St-Michel plutôt qu'à Val des Brises peut parfois être pire qu'être né en Tanzanie plutôt qu'à Brossard!

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (4)

Commenter cet article »

  • Je trouve désolant que petite sirène et gasston fassent des commentaires personnels si bas. Mme Laplante donne de son temps et, oui, de son argent (gagné honnêtement faut-il le spécifier) pour aider de nombreuses personnes que de toute évidence vous ne connaissez pas car elle le fait avec discrétion et n'attend rien en retour. Qu'avez-vous fait tous deux pour la société, en investissant ne serait-ce que de votre temps?

  • Bonté! Quel commentaire déprimant de la part de petitesirene et méchant à souhait de gasston. C'est incroyable de n'avoir pas du tout, mais pas du tout compris que madame Laplante trouve qu'on porte beaucoup attention à ce qui se passe ailleurs mais peu à ce qui se passe à quelques coins de rue.
    Madame Laplante a adopté quatre, notez-le bien, quatre enfants d'Haïti et elle fait donc très bien sa part.
    En sus, elle décrie le fait que l'adoption internationale soit devenue une course pleine d'embûches qui prend bien trop de temps, quand elle est possible.
    petitesirene et gasston, bonne idée d'aller prendre un antidépresseur et d'aller vous coucher. Faites-nous donc grâce de commentaires jusqu'à ce que vous ayiez retrouvé un semblant de bonne humeur, SVP!

  • Bonjour, mon nom est Mwynishri. J'ai 27 ans et j'ai une maison. Je suis heureux.
    Bonjour, mon nom est Rosalie. J'ai 27 ans et je prends des antidépresseurs.

  • Chère madame, quel est le but de votre complainte?
    Si vous êtes si stressée par le sort des enfants du quartier St-Michel, eh bien, vous avez de l’argent, et rien ni personne ne vous empêche de leur donner votre argent, n’est-ce-pas? Alors, qu’attendez-vous? Donnez!

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer