Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Affaire Gabriel Nadeau-Dubois: le malaise

Mustapha Amarouche
 

Mustapha Amarouche

On ne s'empêche pas de ressentir un grand malaise à l'annonce de la culpabilisation de Gabriel Nadeau-Dubois. Beaucoup pensent que le procès qui lui est fait est le fruit d'une commande politique, une sorte de vengeance à retardement sur cet étudiant qui a été avec brio l'un des dirigeants du printemps érable.

De quoi est accusé ce jeune homme qui sait si bien parler aux foules? La journée du 13 mai, les propos qu'il a tenus auraient encouragé les étudiants à s'opposer à l'injonction du tribunal concernant le droit d'accès aux cours pour les non grévistes, ce qui est assimilé à un acte d'opposition à une décision judiciaire et un outrage au tribunal.

Le motif invoqué laisse songeur. D'abord, cela suppose que GND se faisait obéir par les étudiants comme un patron le ferait auprès de ses subordonnés, évacuant de fait la capacité de discernement des étudiants et en définitive, leur libre arbitre. C'est aller vite en besogne de croire que ces foules d'étudiants obéissent au doigt et à l'oeil.

La sortie de Nadeau-Dubois s'apparente plus à une critique politique de l'injonction parce qu'il ne s'est pas opposé de fait, physiquement, à ce que des étudiants non grévistes rejoignent les classes. Le blocage des cours qui a pu avoir lieu ne peut raisonnablement lui être imputé, du moins à lui tout seul.

S'il faut s'obstiner à chercher des coupables, tous les étudiants qui ont, par des piquets de grève ou autres actions physiques, forcé d'autres étudiants à s'absenter, étaient, dans ce cas, responsables collectivement.

Designer Gabriel Nadeau-Dubois seul coupable peut être perçu comme une solution de facilité. C'est comme si, ne pouvant poursuivre tout le monde, on cherche à isoler un bouc émissaire.

La justice en démocratie est au-dessus de tous, y compris des leaders et des symboles.

Mais une condamnation de GND serait porteuse de périls. Elle pourrait avoir pour effet de décourager toute manifestation syndicale ou associative, car les meneurs (il en faut toujours) auraient bien peur de se trouver seuls à rendre des comptes une fois éteints les feux de la révolte. Or c'est la contestation pacifique qui maintient en vie la démocratie.

Alors, prison, amende ou travaux communautaires? Il appartient à la justice de décider, mais la magnanimité est souhaitable dans le cas de Gabriel Nadeau-Dubois.

Du héros de la jeunesse, il est dangereux de faire un coupable.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (36)

Commenter cet article »

  • @ Eltigre je suis persuadé qu'il saura l'utiliser d'une manière plus efficace que les quelques étudiants qui ont mit leur bacon dans les procédés judiciaire des injonctions qui ont par la suite laissé leur cours de côté...
    anyway, on en parlera pendant 100 ans ça réglera rien. Il y a ceux qui croient que l'éducation peut se vendre et ceux qui croient qu'elle peut se partager. Ceux qui ont les moyens de payer... vous savez très bien de quel côté ils se rangeront. c'est pas d'hier que les gens manifestent à ce sujet. c'est pas simplement qu'ici au québec non plus. il y a raison de s'indigner. quand j'étais plus jeune, j'avais soif de savoir. aujourd'hui si j'veux garder cette soif, j'dois également avoir soif d'argent. c'est pas frustrant... c'est triste!

  • @Eltigre : La Classe a refusé de condamner certaines violence et son porte-parole s'est donc exécuté. Ce n'est pas Gabriel Nadeau-Dubois qui a refusé, mais la CLASSE, car le premier était un porte-parole.
    Le gouvernement antérieur a refusé de condamner les actes violents commis par certains policiers, dont lancer des "flash bomb" délibérément au milieu d'une foule, ce qui a conduit à la perte d'un oeil pour un étudiant. Est-ce réellement mieux comme comportement ?

  • El_Patriote : donc si je suis votre logique, si le commentaire avait été exprimé sur une feuille de papier sans signature, le juge aurait dû envoyer la feuille en prison.
    En droit, il faut que l'accusation fasse la démonstration qu'une action ou une omission est la cause du préjudice. Tant l'avocat libéral Roy que le juge membre du même parti ne font pas cette démonstration. En fait, le juge parle en long et en large des dangers des dangers de ne pas suivre les ordonnances de la cours, sans preuve, conclus que GND était au courant de la dite injonction et qu'une opinion équivaut à un commandement.
    C'est tout. C'est mince, mais c'est suffisant pour que quelqu'un risque la prison.
    Le juge, sans preuve, conclus que les étudiants ce matin ont obéis à aveuglément à un commandement et qu'ils étaient privés de leur libre-arbitre.

  • "On ne s'empêche pas de ressentir un grand malaise à l'annonce de la culpabilisation de Gabriel Nadeau-Dubois."
    On...On...........j'aurais préféré que vous utilisiez le JE dans les circonstances.............

  • Moi, ce qui me dépasse, c'est tout l'argent recu par GND. Si le gars va pas en appel et si ca lui coûte moins cher, que va-t-il faire de plus de 80,000$ ???????
    Faut quand même avouer que le gars à une influence épouvantable et quand il refusait de dénoncer la violence, venez pas me faire croire qu'il n'influencait pas le troupeau.
    Et que les syndicats l'aident alors que de pauvres bougres en période de probation paient du syndicat sans aucune protection, ca en devient on ne peut plus frustrant.

  • @Simon Chartrand
    Apres plusieurs années de votre vie , vous ne comprenez pas encore comment les mouvements se forme et qui les gens suivent dans ce genre d'evenements ? GND etait le porte parole mais il representait la CLASSE , ceux qui ont organisé tant de manifestations , tant de piquetage. OK peut-etre GND n'a pas incité clairement a defier l'injonction ou a empeche MR Morasse de suivre son cour mais en gros , le message qui etait vehiculé , les actions de la CLASSE , les invitations a la desobeisance civile , de monter les etudiants contre le gouvernement , ne croyez vous pas que certains moutons prendrons au pied de la lettre ce qui est dit et deciderons eux-meme de bloquer les cours pour certains. EN etant un porte parole... ou un leader... ca se ressemble beaucoup , regardé avec Quebec Solidaire... anyway , peu importe le nom que vous lui donner , certains etudiants le voyait comme un leader donc ce qu'il disait devait etre bon. Quand on a une tribune pour exprimé ses idées ou les idées de son groupe , et bien on est responsable des actions qui en suivent , c'est tout. Tout le monde cherche toujours a jouer avec les mots pour ne pas etre tenu responsable de quoi que ce soit , c'est pas le leader c'est le porte parole , bla bla bla.
    Ca reste de l'outrage au tribunal que de sous entendre qu'on doit defié une injonction donnée , qu'elle soit juste ou pas.

  • @Hermy David "Ceux qui chialent contre les votes à main lever devraient se rappeler que le PLQ fait la même chose lors de ses congrès."
    Pourquoi choisir la pire formule quand la meilleure existe. Il y a certainement des avantages à choisir celle qui est la plus expéditive et qui laisse plus de place aux actions souterraines: les votes de boycott étaient moins nombreux là où on procédait par vote secret, c'est tout dire. Ces assemblées doivent être au service de la clientèle pour qui elles sont organisées plutôt qu'à une petite clique à agenda secret. 70% des étudiants ne voulaient pas de boycott... ils voulaient étudier. L'action politique des uns n'est pas celle des autres. Il faudrait demander à tous les souteneurs, tant financiers qu'idéologiques, quels étaient leurs intérêts à alimenter le printemps érable et les principaux concernés auraient peut-être toute une surprise.

  • Après près d'un an, il y en a encore, El_Patriote, betune, ici qui qualifient GND de leader ? Sérieusement ? Après tout ce qui été dit sur la CLASSE et son fonctionnement, certains ne pigent pas encore que c'était un simple porte-parole ?
    Ce que je retiens, c'est que nulle part dans la condamnation le juge libéral Denis Jacques ne fait la démonstration entre les manifestations qui ont empêché Morasse d'assister à ses cours et l'opinion formulée à RDI en réponse à une question par M. Nadeau-Dubois. Il n'a jamais été établit en preuve que ces paroles ont directement causé l'annulation des cours.
    Pire, c'est une des rares fois où un gouvernement a inclus une clause spécifique pour écoeurer (personnaliser) un porte-parole.
    Encore pire, Morasse a abandonné ses cours, donc qu'il n'a pas été privé de rien.
    Quatrième couche : la session a été interrompue de toute façon, l'injonction devenait nulle.

  • La démocratie étudiante ''en direct''.
    http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201211/12/01-4593028-vote-de-greve-denonce-a-luniversite-de-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers

  • De la propagande que ce soit de la gauche ou de la droite, reste de la propagande.
    C'est comme l'expression : the teapot calling the kettle black.
    Danny Houle

  • Stéphanie Gignac-Lord, laissez-moi porter à votre attention que dès que les votes ont été SECRETS, la démocratie a ramené tout ce beau monde en salle de classe.
    Intéressant non?

  • Je considère normal que GNDait été condamné dans les circonstances. Le juge ne pouvait décider qu'en fonction de ce qui existe dans ce cas et GND a en effet pris position pour que des moyens soient pris contre les cours. Qu'il l'ait fait suite à une question ou de sa propre initiative ne change rien.
    Ceci, dans le cadre des attributions du juge bien sûr. Celui-ci n'a ni les prérogatives, ni le mandat de remettre en question la légitimité d'un injonction d'un collègue.
    C'est un cas précis où GND a fait acte de désobéissance civile et pour ceci je l'applaudis. Il était urgent de réagir au comportement de gang de rue du gouvernement et les étudiants l'ont fait.
    À la violence du discours de Charest et associés a suivi la violence ordonnée aux policiers, puis des agitateurs un peu idiots, et ainsi Charest a eu le bel affrontement dont il rêvait. N'importe quoi pour faire oublier son manque total de leadership, l'immense abysse fiscal qu'il laisse et surtout son Silence alors que tout le monde voulait savoir.
    GND s'est opposé au gouvernement. C'est le gouvernement qui a attaqué la démocratie, tout comme le fait le gouvernement Harper avec ses méthodes de cow-boy.
    GND fait appel. Tant mieux! Il se retrouvera devant un juge qui a la possibilité de remettre en cause la pertinence de l'injonction ainsi que les circonstances dans lesquelles cette injonction a été émise. Autant il était inévitable qu'il y ait condamnation, autant celle-ci a toutes les chances d'être rejetée et ce sera justice.
    Nous vivons dans un système où le gouvernement élu a tous les pouvoirs. Pourtant le clown qui était là encore il y a peu n'a su que blâmer tout le monde sans jamais reconnaître ses propres responsabilités. Son déni de démocratie journalier ne pouvait que mener à des affrontements et je suis bien content que ceux-ci aient été aussi calmes par rapport à ce qui était à craindre.
    La farce est finie. J'espère que l'épilogue améliorera un peu ce scénario pourri.

  • Ceux qui chialent contre les votes à main lever devraient se rappeler que le PLQ fait la même chose lors de ses congrès. Mais bon, il est vrai que l'honnêteté ne fait pas partie des valeurs des électeurs libéraux. L'HYPOCRISIE LIBÉRALE en action mesdames et messieurs. Drette dans votre face...

  • Je ne crois pas que d'éterniser le débat vous fasse changer d'opinion sur ce sujet et moi non plus. On peut faire n'importe quoi, sous prétexte de libre expression, mais quand la "libre expression" contrevient ou incite à contrevenir à un ordre de la cour, on assume les conséquences. Maintenant qu'il attende sa sentence comme un grand.

  • @medidata : Premièrement, ce n'est pas mon cher GND. Ce n'est tout de même pas un chien, merci! Deuxièmement, je ne vois pas de quoi il est question pour le 18% que payeraient plus les étudiants en médecine que pour ceux en "sciences molles" (terme extrêmement péjoratif pour les sciences qui furent les premières étudiées dans les universités puisqu'elles sont le ciment d'une société... mais ça c'est un autre sujet exaspérant), mais vous avez raison qu'un étudiant n'est pas un client. Par contre, vous avez tort en ce qui a trait aux bourses. La majorité sont des prêts et doivent être remboursés avec intérêts. Troisièmement, j'étais certaine qu'on me passerait la remarque par rapport à la comparaison avec la démocratie grecque. Évidemment que j'en traitais comme étant les balbutiements de la démocratie et que j'en conservais ce que je crois être une réelle démocratie : un lieu où l'on discute des points pour et contre d'une même proposition pour finalement prendre position en toute connaissance de cause (ce qu'on rencontre de moins en moins dans ce que nous nommons comme notre système démocratique). Il est clair que nous avons beaucoup évolué quant à l'accessibilité à toutes et à tous (j'espère... depuis le temps, le contraire serait déplorable). Néanmoins, j'ai fait de la politique étudiante 7 ans durant et je sais très bien ce qu'est pacter une assemblée. Lorsqu'il est question de grève étudiante, les associations n'ont jamais besoin de le faire puisque les étudiants jugent (eh oui... ils sont brillants parfois ces petits universitaires) que c'est un sujet important qui les touche directement. Maintenant, si vous aviez révisé vos procédures d'assemblées que respectent toutes les associations, vous sauriez que le vote ne peut être forcé. Il existe une mesure qu'on appelle une question préalable, mais elle demande un vote quant au fait que les votants sont ou non prêts à passer au vote. Le vote forcé... c'est donc de la bouillie pour chat!

  • @Mitte
    Vous appeler les votes a mains lever de la democratie ? Vous me faites rire. Je connais des gens qui sont aller a ses fameux votes et il est clair que ceux qui l'organise font tout pour que ceux qui n'ont pas vraiment envis d'etre la s'en aille pour que le vote se fasse entre les plus radicaux. Ce n'est pas de la democratie , le systeme de vote a main levé amene de l'intimidation , c'est inevitable. Certain se sentirons mal a l'aise de faire voir leur point de vue s'il est differant des autres assis a coté d'eux. Il n'y a rien de democratique la dedans.
    Certain membre de la CLASSÉ etaient effectivement beaucoup plus radicaux que les autres , n'essayé pas de contredire ca.
    GND est tout ce que vous avez dit , il a voulu etre le leader de cette mascarade et bien malheureusement ce sont les leaders qui doivent prendre le blame. Certains etudiants sont des moutons , on ne peux pas dire le contraire. Quand on est berger on est responsable de ses moutons. Voila.

  • @Francine Vézina
    On a beaucoup parlé des votes à mains levées, mais on n'a pas mentionné que:
    1- La majorité des votes ont été menés secrètement (dans un processus d'ailleurs très long qui prolongeait amplement les AG) et certains même de façon électronique par omnivox;
    2- Les "gros bras" gueulards et intimidants, sportifs et étudiants de techniques, étaient largement composés de carrés verts. On s'est d'ailleurs assez moqué dans les médias des "feluettes" carrés rouges, majoritairement étudiants en arts et lettres et en sciences humaines. Hey, c'est intimidant, ça!!

  • Je ne vois aucun danger a faire appliquer les lois. Le vrai danger pour une société est justement de ne pas faire appliquer les lois et les règlements; on établis des antécédants et on envoie un très mauvais message aux jeunes (si cette loi n'a pas besoin d'être respecté, est-ce qu'il y en a d'autres?)
    André Gaudreault

  • Stéphanie Gignac-Lord
    Vous avez raison les étudiants ne sont pas des clients...un client paie pour son service et ne reçoit pas de bourse pour en assumer son 18% de la facture (pas mal moins pour les futurs médecins en passant et plus pour les sciences molles)
    Ben oui les Grecs étaient de grands démocrates, même leurs esclaves et leurs femmes avaient des droits (sic) mais pas celui de parler à l'agora ...
    Nous tout comme les esclaves et les femmes des grecs avons le privilège de bénéficier de vos lumières...
    À notre incompréhension de votre ''démocratie'' j'opposerai votre incompréhension des mots et des concepts.
    Saisissez vous la différence entre tenir une assemblé et en paqueter une ?
    Saisissez vous la différence entre tenir un vote et en forcer un ?
    Pas étonnant que vous ne compreniez pas ce qui est reproché à votre cher GND !
    D'ailleurs pas besoin de vous exciter il recevra une sentence bonbon évidemment

  • @ Francine Vézina : le but et surtout le lien de votre commentaire par rapport au mien étant...?

  • @Mitte 11:57
    Alors là, qui cherchez -vous à convaincre? Les votes à main levée sont antidémocratiques et vous ne nous apprendrez rien, on sait tous comment ça marche....

  • @Stephanie Gignac-Lord 12:27
    Désolée ma belle, quand les jeunes veulent jouer dans la cour des grands, alors il est tout à fait légitime de les traiter comme des grands...

  • L'injonction ne concernait QUE M.Morasse (qui a eu ses cours, par ailleurs).
    Pour qu'il y ait outrage, il fallait démontrer qu'il s'adressait spécifiquement aux membres de Québec, les enjoignant de bloquer l'entrée à M.Morasse.
    Or, il s'intéressait à la situation en général (à Montréal en particulier), enjoignant ses membres à ne pas se laisser intimider par les recours juridiques en général (ce qui peut être fait juridiquement) et les enjoignant à continuer les piquetages en général (à Montréal en particulier) ne visant pas spécifiquement M.Morasse.
    Comme cette interprétation générique plutôt que spécifique est possible, M. Nadeau-Dubois jouit du bénéfice du doute, à la base de notre droit.

  • "Le motif invoqué laisse songeur. D'abord, cela suppose que GND se faisait obéir par les étudiants comme un patron le ferait auprès de ses subordonnés [...]"
    C'est faut. Il a encouragé des gens à désobéir à un ordre d'un juge, simplement. C'est aussi condamnable que de commettre la désobéissance en soit.
    Cette condamnation n'a rien à voir avec la liberté d'expression, d'association ou de manifestation. Il a enfreint les règles, qu'il en assume les conséquences point final. Pourquoi essayer d'inventer une histoire plus grosse qu'elle ne l'est réellement? Celle d'une personne ayant contrevenu à une injonction et c'est tout?
    Je n'ai rien contre quelqu'un qui décide d’enfreindre les lois pour protester, pour autant qu'il assume qu'il devra en payer le prix. Ça c'est quelqu'un d'honnête et d'intègre. Rien à voir avec GND...

  • @Francine Vézina, vous vous révoltez de l'appellation grève, mais vous utilisez boycotte qui est destiné seulement au commerce. Les étudiants ne sont pas des clients des universités comme vous n'êtes pas une cliente lorsque vous allez à l'hôpital. Aussi, il est tout à fait déplorable que nous ayons enfermé tous ces représentants syndicaux lors de la crise d'octobre. On s'en est alors offusqué et on répète (à bien moins grand envergure évidemment) les mêmes erreurs aujourd'hui, comme si on n'avait rien appris!

  • Tout le monde veut terminer ses études le plus rapidement possible. Par contre, ce n’est pas tout le monde qui veut les terminer à n'importe quel coût. Il reste quoi comme option pour ceux n'ayant pas les moyens ? De manifester en dehors des heures de cours (très pratique, sachant qu'il faut déjà travailler en dehors des heures de cours, en plus d'étudier...), de respecter les injonctions et de boycotter les cours et non pas faire de grève car ils sont que de vulgaires étudiants. Croyez vraiment que de cette façon il y aurait eu débat sur le fond dans ce conflit ? NON! Quand on abandonne vos enfants au statut quo car il en est ainsi, attendez-vous à voir ces mêmes étudiants se défendre comme ils le peuvent.
    J'ai hâte de voir qui manifestera avec les boomers quand on repoussera l'age de la retraite... D'après moi ils vont continuer d'agir en moutons et se dire que, si il y a de la corruption, de la collusion, des dépenses mal gérés, c'est dommage mais, ça fait partie de la vie, donc il faut vivre avec, se taire et continuer de travailler…

  • Bon texte M. Amarouche.
    Quant aux autres, soyez pour la hausse et contre la grève si vous voulez, c'est une opinion valable comme les autres, mais lâchez-moi avec votre GND inventé, construction de l'esprit endormi de banlieusards douillets. Chef des carrés rouges? Aimant les caméras? Délinquant? N'avez-vous rien lu ou rien entendu à part les démagogues amateurs de raccourcis?
    Et que dire que cette image de la CLASSE comme étant radicale. Oui, les mordus qui allaient dans les congrès les week-ends pouvaient être radicaux c'est vrai, mais ce n'était pas eux qui décidaient si les offres étaient acceptées ou pas: c'était les membres des associations qui votaient localement, ce qui veut dire carrés rouges, carrés verts, indécis, modérés et radicaux, tout le monde ensemble. Si les offres du gouvernement n'ont pas été acceptées, c'est qu'elles n'étaient que poudre aux yeux: c'est le gouvernement qui n'a jamais vraiment voulu négocier.
    En ce qui concerne la possibilité de nouvelles actions de l'ASSÉ, arrêtez de freaker avec ça et de vous en servir pour faire croire que les étudiants ne sont jamais contents: depuis l'élection du PQ, les radicaux de l'ASSÉ n'arrivent pas à mobiliser autant qu'avant, et je suis certaine que personne ne veut retourner en grève.
    Bref, j'ignore combien de fois il faudra vous le dire, mais ni les radicaux, ni les porte-paroles ne prennent les décisions importantes: ce sont toujours plutôt les associations locales, composées, je le répète, de TOUS LES ÉTUDIANTS, toutes couleurs confondues, qui choisissent démocratiquement (Eh oui: vous viendrez voir ça si vous ne le croyez pas) la direction que devra prendre le mouvement. En ce moment, le mouvement est mort.
    Trouvez donc un autre sujet que les jeunes pour vous faire de grosses pe-peurs dans votre petit salon douillet.

  • En 1970-1971, les chefs syndicaux ont payé de fortes amendes et fait de la prison pour avoir incité leurs membres à défier une injonction qui ordonnait aux employés de l'état de retourner au travail...
    Si GND veut faire la grève (droit réservé uniquement aux travailleurs, et non aux étudiants qui boycotent) et inciter obligatoirement les autres, même ceux qui sont d'un avis contraire, alors qu'il assume ses choix... et s'il a été mal ''coaché'' par une association syndicale, alors il va peut-être comprendre la leçon: la démocratie, ce n'est pas l'anarchie même si elle est prônée par un grand parleur... de nombreux gourous savent parler aux foules et soulever l'enthousiasme des participants, heureusement cela ne fait pas force de loi et ces gourous subissent parfois les conséquences néfastes de leurs actes...
    GND n'est pas un héros mais un manipulateur!!!

  • Les associations étudiantes en ont long à vous apprendre sur la démocratie mesdames et messieurs! Se rassembler, discuter d'un même sujet et finalement voter à main levée... aucun système ne peut être plus démocratique que celui-là! Les Grecs se rassemblaient pour discuter des sujets de l'heure et voter. C'est de là que vient la démocratie et les associations étudiantes sont aujourd'hui les seules à respecter ce mode de scrutin extrêmement plus intéressant puisqu'il oblige toutes et tous à réfléchir et voir le point de vue de l'autre plutôt que d'apposer bêtement un x dans une case. Aussi, plusieurs ne comprennent pas le rôle d'un porte-parole politique. Son regroupement décide de ce qu'il doit ou ne doit pas dire. Ce n'est pas une décision personnelle contrairement à ce que plusieurs d'entre vous affirmez. Croyez-vous que Madame Marois dit tout ce qu'elle veut devant les médias... non! Il est malheureux que plus ne fassent pas de politique. Cela les aiderait à comprendre comment ça fonctionne et les empêcherait de dire des âneries

  • Quant à GDN, il n’est pas le seul à blâmer mais de là à en faire un martyr, il y a une marge.
    Il devait savoir ou aurait dû savoir qu’il défiait la démocratie de façon très ouverte.
    Il encourageait la désobéissance civile.
    De se lever aujourd’hui en victime du système politique et judiciaire est dans la même lignée de désinformation qu’il a su si bien utilisée tout au long de cette crise.
    On peut s’exprimer, on peut manifester, mais si on va trop loin, il faut aussi savoir assumer. Y en a marre de l’aveuglement volontaire et du jeu de la victime.

  • Entièrement d'accord avec vous. Il faut faire très attention avec ce genre de condamnation. Si une personne ne peut pas dire haut et fort "nous devrions défier la loi" et seulement argumenter avec d'autre personne sans se faire ramasser et condamner on se dirige lentement vers la Chine et autre pays plein de démocratie.
    J'aime les rigolos qui parle encore du printemps pour justifier la condamnation. Ce que je vois est une haine envers ce jeune homme et non une vision sur le procès lui même. Mais bon on peut empêcher personne d'être frustrée quand ils ont perdus un débat. :)

  • Est-ce que l’on s’acharne vraiment sur GND ?
    Ce leader étudiant a tenu des discours de désinformation tout au cours du boycott étudiant.
    Il martelait toujours les mêmes propos.
    Le premier ministre refuse de nous rencontrer
    Le gouvernement refuse de négocier.
    Le gouvernement ne nous écoute pas.
    Notre gouvernement est anti démocratique.

    La ministre de l’Éducation était la représentante légitime du gouvernement, mais on réclamait la présence du premier ministre. On niait ni plus ni moins l’autorité de la personne responsable de ce dossier.

    Par ailleurs, la CLASSÉ, on semble l’oublier, n’a jamais voulu négocier.
    La seule demande était la gratuité et l’association n’acceptait aucun compromis.
    Alors je demande qui ne voulait pas négocier ?
    Plusieurs efforts ont été fait par le gouvernement en place, sans aucun succès, sans aucune ouverture de la part de cette association qui semble bien ne pas avoir l’intention de laisser tomber sa requête initiale.

  • Quant à la légitimité de cette association, quelle est-elle vraiment ?
    C’est un refus de recevoir des services qui a été imposé à de nombreux étudiants.
    La supposé légitimité clamer l’était-elle vraiment ?
    Nombreux sont les exemples où le droit de s’exprimer chez les étudiants en désaccord ont été bafoués.
    Des assemblées interminables suivies d’un vote avaient pour effet de décourager les plus militants pour le non.
    Plusieurs réclamaient des référendums permettant à tous de savoir où et quand voter et surtout de participer à ce vote en fournissant une plage horaire accommodant le plus grand nombre d’étudiants et c’était refusé.
    Il existait une forme d’intimidation qui s’est propagé partout y compris dans les médias. J’ai vu de mes yeux vus, un représentant des médias trembler littéralement à la vue d’une personne portant un carré vert qui s’approchait d’un groupe de manifestants portant le carré rouge et qui refusait de donner la parole aux dissidents. Les verts n’osaient plus s’afficher de peur de subir des représailles.
    Quelle magnifique démonstration de démocratie….
    Nombreux sont ceux qui ont acclamés ce soulèvement étudiant, c’est bien de voir les étudiants se regrouper et manifester, il y a de la vie derrière tout cela.
    Eh bien, si l’on examine tous les problèmes actuels, il m’apparaît que le motif de contestation était bien enfantin. Comme l’a déjà mentionné un chroniqueur dans un autre contexte, nous avions sous les yeux une grande garderie.
    On ne veut pas de dettes d’études.
    Je ne peux applaudir des rassemblements qui clament des privilèges forts égoïstes

  • GND a refusé de dénoncer la violence: qui ne dit mot consent.
    GND de par son discours a cautionné "les moyens" que la petite poignée d'anarchistes utilisait pour empêcher leurs camarades de suivre les cours pour lesquels ils avaient PAYÉ et qui n'avaient pas voté EUX pour ce boycott.
    Notre société a choisi la démocratie. La démocratie veut que la majorité l'emporte sur la minorité. La majorité des étudiants souhaitait finir ses cours et la majorité des étudiants n'était pas dans la rue à faire du tapage et de la casse.
    Vous dites que GND a évacué le libre arbitre de ses camarades? 70% avait choisi avec son libre arbitre de ne pas suivre les rouges. Les autres ont tout simplement souscrit au fait connu que l'âge mental moyen d'une foule est d'environ 5 ans en balayant du revers de la main les études des fiscalistes qui donnaient raison au gouvernement sans chercher plus loin que le bout de leur nez.
    Vous avez peur que punir ce "héros de la jeunesse" (???!) ne sonne le glas des manifs? Moi j'ai peur que pas puni, ça ouvre plutôt la porte à la violence et à l'anarchie comme excuse pour gagner son point. Le gouvernement Marois est un exemple éclatant de mollesse à ce sujet.
    Demandez aux milliers d'étudiants qui ont vu foirer leurs efforts, à ceux qui ont tout simplement abandonné leurs études ou encore à ces autres qui ont choisi d'autres provinces pour aller étudier si GND est leur héros!
    On est loin du Tafsut Imazighen de Tizi-Ouzou, ici monsieur! Reprenez-vous que diable!

  • Si vous juger que de defier une injonction donnée par la cour a un eleve qui veux avoir accès a ses etudes qu'il a payer etre digne d'un hero de jeunesse et bien vous vous mettez le doigt dans l'oeil.
    GND n'a fait que semé l'anarchie et a contribué au grabuge avec ses discours. Il n'a rien d'un hero , en tout cas pas a mes yeux. Quand on est un leader etudiant on est responsable de ses actions et de ses discours , alors qu'il soit tenu seul responsable est bien normal.
    J'ai rien contre le fait qu'il defendent des valeurs et qu'il demande un accès gratuit a tous pour les etudes post secondaires mais quand on vient a defié la cour , quand on veux privé du droit a l'education certaine personne , ca commence a etre trop , il doit payer pour ses actions. La prison semble peut-etre exagéré mais il doit resté montré du doigt et il doit etre dit qu'il n'a pas agis comme il aurait du.
    Rien ne justifie d'empeché un eleve d'aller a l'ecole juste parce qu'il ne veux pas participé a la greve de certains etudiants. GND prone la democratie mais quand on regarde la facon dont les votes etaient faits pour cette greve , ont vois bien que la democratie a un autre definition pour eux.
    Alors qu'il ai sa punition , qu'il soit montré du doigt , il aimait ca etre sous les projecteurs et bien voila une excellente occasion pour lui.

  • Je suis tout à fait d'accord avec vous Monsieur Amarouche! Condamner Gabriel Nadeau-Dubois, c'est empêcher la liberté d'expression. Il n'a en aucun cas été condescendant envers autrui, il n'a pas attaqué l'intégrité ni de monsieur Morasse ni d'aucun autre. Donner son opinion tel qu'il l'a fait ne peut le rendre coupable dans une société avancée comme la nôtre! Ça sonne le parti pris à grandes cloches!

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer