Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Marois et les Olympiques : Une première bourde

Françoise Garabed
 

Françoise Garabed

Étudiante à l'Université de Montréal et membre de l'Union Citoyenne du Québec

C'est aujourd'hui, le 1er août, que commence la campagne électorale provinciale. Une campagne qui promet d'être palpitante et sérieuse. Néanmoins, elle semble avoir déjà commencé dans le rire pour beaucoup, car hier, une toute première bourde de la part de Mme Marois sur les Jeux olympiques vient, après un court regain d'intérêt pour son parti, la replonger dans le ridicule.

Je tire la source de La Presse Canadienne qui résume très bien la situation : «Les athlètes québécois ont volé la vedette en remportant les quatre médailles du Canada depuis le début des Jeux de Londres, ce qui laisse croire à la chef du Parti québécois que le Québec pourrait briller en tant qu'état indépendant». Déjà, les réactions, pour la plupart moqueurs, fusent dans les réseaux sociaux. Sur Facebook, Twitter et les sites de nouvelles, les blagues à son sujet ne manquent plus, ce qui augure plutôt mal pour la «Dame de Béton». Bien sûr, ce n'est pas une erreur très grave, mais après avoir présenté une brochette de candidats-vedettes pour rehausser la crédibilité du PQ, les gens se sont mis à se souvenir à quel chef ils avaient affaire après avoir entendu cette déclaration, ma foi, assez maladroite.

«Québec 4 - Canada 0». D'abord, je trouve cet argument très simpliste et insultant, notamment envers les 60% de Québécois qui sont aussi fiers d'être des Canadiens. L'un ne s'oppose pas à l'autre, contrairement à ce que beaucoup tentent de faire croire. Les athlètes qui ont remporté les médailles portent les couleurs du Canada, que ça leur plaise ou non, et sont fiers de représenter leur pays à Londres.

Deuxièment, l'identité de chaque athlète est personnelle et la politique n'a aucunement le droit de déterminer leur appartenance culturelle. Tout comme moi, plusieurs des médaillés sont immigrants ou enfants d'immigrants : Émilie Heymans est aussi belge, Jennifer Abel est haïtienne, Meaghan Benfeito est d'origine portugaise... Elles prouvent à elles seules qu'il est possible pour tout être humain de partager une identité multiple. Devrais-je, pour satisfaire les souhaits d'un groupe politique aux conceptions identitaires étriquées, nier mes origines canadienne et arménienne pour ne garder que la Québécoise?

Et dernièrement, encore faudrait-il définir ce qu'est vraiment un Québécois. Doit-il être nécessairement (s'inspirant des WASP) un «BFC» (blanc francophone catholique)? Pourtant, Émilie Heymans aussi a la peau blanche, sa langue maternelle est le français et elle est de tradition catholique. Ça va bien jusqu'à maintenant. Mais dans le cas d'un Québec souverain, imaginons si elle refuse de porter les couleurs du Québec par amour pour le Canada, va-t-on lui jeter des pierres et la renier de la catégorie de la «Québécoise idéale»? En réalité, la définition nationaliste de l'identité québécois cache une imposture politique : il faudrait dire «BFCS» (blanc francophone catholique et...souverainiste!).

Pas étonnant que Meaghan Benfeito ait répondu négativement à cette déclaration de Marois. «Non, nous (les médaillés) ne sommes seulement qu'un groupe heureux. Nous sommes heureux à la fois de notre maison québécoise et de notre maison canadienne». Décidément, le PQ devra apprendre de cette erreur de jugement s'il veut gagner les élections.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (31)

Commenter cet article »

  • J'en ai soupé des propos qui tente de dépeindre les nationalistes et souverainistes en raciste. Ce n'est pas xénophobe que de ne pas vouloir être liée légalement à l'opinion des habitants des neuf autres provinces. Ce sont des gens bien, mais pas assez proche de nous pour que voter ensemble soit une bonne idée.

  • Ce qui est vraiment drôle, c'est que les Canadiens se comportaient de cette façon vis-à-vis des américains pour les derniers jeux d'hiver. Vous devriez lire les commentaires irrités des canadiens qui veulent que les américains admettent que le Canada "punch above its weight".
    Si ça vient de Marois. c'est donc niaiseux.
    Mêrme situation, même réaction; ce qui est permis au Canada est interdit au Québec, et dans tous les cas de figure les canadiens râlent et démontrent une rage mal contenue.
    Demandez à Erika from America et à Be sensible... deux pseudonymes de lecteurs sur le Glbe

  • Pauline Marois n'a pas l'étoffe d'un chef c'est bien évident. C'est vraiment maladroit que de faire de tels liens entre la performance des athletes québécois et un éventuel Québec indépendant. Comme elle l'a déja dit (une autre bourde) que la proclamation d'un Québec souverain amènerait celui-ci dans des perturbations économiques et sociales qui pourrait durer 5 ans....Qui a envie de vivre cette situation?
    Mme Marois est une femme qui n'a aucune crédibilité et manque beaucoup de jugement.

  • Une autre maroiserie et ça me surprend pas de la part de la dame aux casseroles. Nos athlètes brillent et c'est pas grâce au PQ. La question de la souveraineté n'est pas une question de nous contre eux mais plutôt une question à propos de nous. Gilles Duceppe savait comment exprimer ça. Le problème du PQ est qu'une majorité de Québécois se voit comme Québécois et Canadiens tout à la fois, et ne croient plus en ces querelles Canada-Québec. C'est plus à propos de Rimouski, Natashquan et Trois-Rivières. C'est plutôt à propos de Paris, Londre et Las Vegas.

  • Madame Marois voulait imiter Mr. Bean, mais étant donné qu'elle ne fait pas dans l'anglais ça devait être du Léo Rivest. Il reste à peu près 34 jours et demi de campagne, elle a pas fini de nous en sortir des vertes et des pas mûres.
    Ah oui certains de ses Québécois olympiens s'entrainent ailleurs qu'au Québec, et une chance qu'ils ont pu apprendre l'anglais ici dans nos écoles avant que le pQ tentent d'enlever ce droit à nos futurs Cégépiens.

  • Merci de remettre les pendules à l'heure. Quand je pense qu'il y a encore des gens pour s'imaginer que l'identité québécoise n'est pas uniquement une notion subjective et un choix personnel! Ce sont sûrement de pauvres gens qui n'ont qu'une seule identité. Si encore ils étaient capables de la définir! Mais non, chaque fois qu'ils croient avoir mis le doigt dessus, hop, on trouve un contre-exemple et tout s'écroule comme un château de cartes! Et puis, comment prendre au sérieux une identité qui change de nom tous les cinquante ans? D'abord Canadiens, puis Canadiens-Français, ensuite Québécois, puis Québécois francophone, puis Québécois de souche... On voit bien que cette soi-disant identité est une pure vue de l'esprit. Oh, comme je les plains, ces pauvres "Québécois". Bon, c'est vrai qu'ils sont presque tous les descendants des premiers Français venus s'installer en Amérique, mais ce n'est pas une raison pour s'imaginer qu'il y aurait là une quelconque identité. Une identité ethnique? Biologique? Génétique? Non, c'est vraiment trop de mauvais goût. Comme si je tenais mon identité de mes parents! Quelle drôle d'idée!

  • Il ne faut pas s'étonner de cela - chantage et chicanes avec nos voisins Canadiens seront au menu avec le PQ. Dans une des émissions à laquelle Mme Marois participait lors du dernier référendum, si ma mémoire ne fait pas défaut, elle menacait déjà d'entraver la circulation des biens et personnes entre les Maritimes et l'Ontario. Des guerres civiles ont commencé pour moins que cela.

  • D'où prenez-vous que "60% de Québécois (...) sont aussi fiers d'être des Canadiens"?

  • Franchement... sélectionnée pour la pertinence de vos propos? Ils sont tellement superficiels! Madame Marois est souverainiste. Elle ne s'en cache pas. Elle fait remarquer à quel point le Québec brillerait en tant qu'État indépendant. Et c'est une BOURDE? Une faffe? Une erreur? Mais pas du tout! Tout comme ce n'est pas ridicule ni risible! Personnellement, je ne m'identifie pas du tout au Canada. Rien ne me rendrait plus fière que de voir le Québec suivre le Qatar aux Olympiques. Je ne souhaite pas de mal ou de défaite au Canada, je suis simplement indifférente. Ceci vient de ma culture, mon éducation, mon analyse politique.
    Je dis BRAVO à madame Marois pour nous faire remarquer à quel point on est BONS. Ça fait changement des propos de tous ces fédéralistes qui n'ont comme arguments que de cracher sur ce que nous sommes.
    Manon Berthiaume

  • Je ne vois pas où est la bourde. Oui, si le Québec était indépendant, nous gagnerions des médailles comme dans tout les jeux olympiques dans lesquels des athlètes québécois ont participé et triomphé. Si le Kazakhstan est capable de gagner des médailles, pourquoi pas le Québec?
    Un Québécois est une personne qui vit au Québec. Point final! Ce n'est pas une question de couleur de peau, de religion, ni même de langue. À mots à peine voilés, on peut presque y déceler des accusations de racisme!
    Je vous lance au défi de trouver ne serait-ce qu'un seul souverainiste pour dire que des fédéralistes notoires comme Jean Chrétien, Stéphane Dion ou Jean Charest ne sont pas québécois! Personne ne va les exclure. Ils vivent au Québec, alors, ce sont des québécois à part entière.

  • Très pertinent, cet article. Bravo!!!

  • Union citoyenne du Québec est un regroupement marginal de fédéralistes dirigés par un ancien militant du PLQ. Question hauteur des arguments, ça donne ça. Vraiment, La Presse publie n'importe quoi.

  • Wow, le glissement dans ce texte est franchement ahurissant. De Pauline Marois qui félicite la performance des athlètes québécois, l'auteure en vient à la soupçonner de racisme et de préférer les "blancs catholiques".
    Pour ajouter à l'indignation de Steve Trahan, j'ajouterais que, pour La Presse, la "pertinence des propos" est trop souvent synonyme de "capacité à dénigrer le Parti Québécois".
    Désolant qu'un journal sérieux publie de telles âneries...

  • Une bourbe? En quoi? Je ne vois pas le problème... La campagne commence à peine et les trolls, d'un bord comme de l'autre, se font aller le clapet... Aucune crédibilité la Madame!

  • Ainsi donc madame estime qu'on doit tous d'abord être canadien et ensuite parler de nos origines. Fière canadienne le reste étant tellement secondaire. Elle se trompe l'étudiante, elle ne connait pas l'histoire de ce pays. Mais elle est jeune elle peut certainement apprendre.

  • C'est votre droit, Madame Garabed, de ne pas aimer Pauline Marois, le Parti québécois, ses miltants,... mais vous allez trop loin quand vous vous en prenez à tout le qui ne partage pas votre vision multiculturelle...
    En passant, j'ai personnellement vu la faire le commentaire que vous dénoncez: une réponse sans jeu de mots à un journaliste sur le succès des athlètes québécois...
    Cela étant dit, pouvez-vous me dire pourquoi les Italiens (de Montréal) sortent en masse dans la rue quand l'Italie gagne l'Euro? Les Portugais, le Portugal, les Espagnols, l'Espagne, etc... Pourquoi les Québécois ne célèbreraient pas, eux, dans leur propre pays, quand un des leurs (y inclus les néo-québécois) se couvre d'or, d'argent, ou même seulement de bronze, parmi les meilleurs de tous les pays? Oui, pourquoi, dîtes-moi, Madme?
    Enfin, en terminant votre article sur le blanc, francophone, catholique, ... vous heutez de plein fouet, sans distinction, tous les québécois en les réduisant à de simples immigrants parmi les autres, sans histoire propre, ni destin ... Voilà bien où veut nous amener jean charest avec l'abandon des cours d'histoire dans nos écoles.
    Pas fort, Madame Garabed.
    Normand Alexandre,
    Longueuil

  • «Déjà, les réactions, pour la plupart moqueurs, (sic) fusent dans les réseaux sociaux.»
    Ah! Les «fameux» réseaux dits «sociaux»! Indépendamment de ce que je puis penser des propos de Madame Marois, le simple fait de constater que ce sont les réseaux «sociaux» qui se sont emparés de la chose en dit long sur l'attention qu'on devrait lui accorder.
    Qu'une indépendantiste souligne que si le Québec était un participant à part entière des Olympiques, il serait rendu à quatre médailles de bronze, ça excite Twitter et Facebook? Y'en a qui ont du temps à perdre. Et dire que tout ce beau monde a le droit de vote.
    Bon, moi j'ai assez perdu de temps avec ça. Au suivant!

  • Surtout que le programme olympique est payé par l'argent de tous les canadiens et que les installations localisées à Montréal, comme celles pour la natation, servent à tous les athlètes du pays.
    Vraiment ça nous ramène toujours à cette vision réductrice du PQ. C'est ce qui inquiète dans ce parti. Et, cette habitude qui va devenir rapidement la marque de ce parti, comme le disait Bernard Drainville à un quotidien de Toronto, chercher les poux pour créer de la chicane.

  • Pauline Marois frappe mal sur des chaudrons...ça veut tout dire. Malhabile avec ses mains, mlahabile à penser correctement.
    Imaginez cette dame Présidente du Québec. OUCH. On s'ennuierait de Charest.

  • Est- ce que je pourrais savoir ce qu\'il y a de faux a cette citation ,ou de mal à cette affirmation ? Moi aussi je l\'ai remarqué que depuis les deux dernieres olympiades ce sont des québécois qui agissent en étincelle et en catalyseurs. Je ne vois rien de mal la dedans ni de chauvinisme mal placé.
    La seule subtilité à corriger c\'est que l\'haltérophile Girard qui a gagné le bronze est née en Ontario mais dans ses premiers jours de vie est revenue au Québec c\'est tout !
    Si vous interprétez que madame Marois sous entendait qu\'on pouvait ainsi se passer du Canada grand bien vous en fasse mais inutile d\'étaler publiquement votre obsession d\'interpreter tout . Votre ségrégation raciale est dégueulasse pour une québécoise et même pour une canadienne. Juste le fait d\'y avoir pensé ne vous honore vraiment pas !
    Moi aussi je suis super fier de nos québécois et je me surprends même à encourager les canadiens ! Suis je pour autant un traitre ?

  • «D'abord, je trouve cet argument très simpliste et insultant, notamment envers les 60% de Québécois qui sont aussi fiers d'être des Canadiens.»
    Quelle preuve avez-vous pour appuyer cette affirmation?

  • Si pour toi c'est une bourde, bien tu as la couine mince, oui elle l,a dit mais environ 50 autres commentateurs ou observateurs, c.était pure vérité, mais c'était bien plus un clin d'oeil qu'autre chose.

  • Votre article est un parfait example de comment faire une nouvelle à partir de rien. C'est une non-nouvelle :)

  • Madame Marois a seulement voulu souligner que des athlètes québécois (contrairement à vous, elle ne fait pas de différence entre les origines ethniques ou culturelles, ils sont tous Québécois et Québécoises) ont bien performé. Elle fait certes de la politque avec cela mais il semble que votre billet soit enf ait une charge politique. Aussi, vous affirmer: "En réalité, la définition nationaliste de l'identité québécois cache une imposture politique : il faudrait dire «BFCS» (blanc francophone catholique et...souverainiste!)." je ne sais pas où vous avez lu, vu ou entendu cela d'un souverainiste mais pour ma part, c'est l'inverse que je comprends et ne suis pas le seul. Vous prétendez que l'identité est une chose personnelle, ce qui est vrai. Cependant, si on décide de venir vivre dans un pays souverain (le Québec à venir), j'ose croire que l'on sera fier de porter ses couleurs et de toute manière, on parle ici de citoyenneé et non d'appartenance culturelle. Je comprends donc que le parti dont vous êtes membre va miser sur la démagogie, les mensonges, les lieux-communs et autres salissages publiques faciles pour discréditer les mouvements souverainistes. Habitant Québec, je peux vous dire que cela peut être très "vendeur" ici..mais il faut être de droite politique.

  • Euh, la façon dont j'ai entendu l'histoire, c'est qu'elle c'était fait demander ce qu'elle pensait des médailles québéquoises et elle aurait répondu quelquechose comme de quoi on avait pas besoin du Canada pour briller. Avez vous la question et la réponse originale pour qu'on puisse se faire une tete?

  • Il y a encore des Québécois qui sont fiers d'être canadiens??? eh ben....
    je n'écoute pas les Olympiques, c'est une partie de la raison. je ne m'identifie pas au Canada et les sports représentés ne m'intéressent pas sauf certains...
    Je ne comprend pas l'engouement que les jeux olympiques peuvent créer et quant à la sortie de Mme Marois... je ne suis tellement pas surpris.. :-)

  • "Mais dans le cas d'un Québec souverain, imaginons si elle refuse de porter les couleurs du Québec par amour pour le Canada",
    Madame, elle fera comme les olympiens québécois, elle passera par-dessus ses opinions politiques et endossera le chandail du Québec.
    Du vrai Elvis Gratton cet article. Et mal écrit au possible.

  • Pas surprenant venant de Madame Marois, elle a l'art de se peinturer dans le coin. À vouloir trop plaire à ses partisants mous et durs, elle déplait à bien du monde.

  • Le problème n’est pas de dire que le Québec figurerait très bien aux Jeux olympiques s’il était indépendant. C’est même assez anodin quand le contre-argument est que le sentiment d’appartenance peut être variable d’un athlète à l’autre ou… qu’on ne peut pas définir ce serait quoi être un « vrai » Québécois. Bien que j’adhère totalement à l’idée que l’appartenance à une communauté est quelque chose de très subjectif et que les victoires des athlètes sont des victoires personnelles, vos arguments pourraient aussi bien aller dans un sens que dans l’autre. On pourrait se demander ce qu’on doit faire si un athlète, un espoir de médaille québécois et canadien, refusait de marcher sous le drapeau du Canada? Ce que je veux dire c’est que « déterminer leur appartenance culturelle » à partir d’une province revient, au fond, au même que la déterminer à partir d’un pays. Ça ne concerne pas le sentiment politique des athlètes. Pourtant, tous les Jeux olympiques suivent cette illusion. Les médailles de l’athlète sont aussitôt les médailles du pays. Moi, c’est ça qui me dérange vraiment : ce n’est pas « le pays » qui s’entraîne, mais la victoire individuelle deviendrait (du fait des subventions et de la citoyenneté) la victoire du pays (ou du territoire, peu importe). L’identité multiple n’a malheureusement jamais été reconnue et ça n’a rien à voir avec le Québec. Pour moi, il n’y a que des victoires individuelles et la citoyenneté n’y est pour rien, qu’elle soit un fait officiel ou le rêve de certains. Donc, il me semble que les propos de Marois ne font que reconduire cette appropriation un peu absurde à laquelle tous les territoires participants adhèrent.
    PS : Au niveau de la définition que vous donnez du vrai Québécois, votre BFCS, me semble être une accusation complètement gratuite que rien dans vos propos ne semblait corroborer. Vous dites vous mêmes que plusieurs médaillés ont des identités multiples et je n’ai pas entendu Marois les exclure des athlète québécois gagnants de médailles. La vérité c’est que pour probablement tout le monde aujourd’hui, être un vrai québécois c’est être un citoyen canadien demeurant au Québec. Ces critères ressortent toujours uniquement de la bouche de ceux qui pensent voir dans le désir d’un Québec indépendant, une xénophobie qu’il n’exprime même pas.

  • " 60% de Québécois qui sont aussi fiers d'être des Canadiens"
    Cela ne veux rien dire puisqu'à chaque fois qu'il y a eu un référendum, on démarrait avec des statistiques comme cela et on connaît le résultat du dernier.
    Je ne vois pas en quoi un commentaire comme celui-là serait méprisant puisque nous parlons du PQ.
    François Racine

  • "Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos "
    Vraiment????

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer