Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

François Legault, premier chef de parti victime de Twitter... par sa faute.

Christian Tremblay
 

Christian Tremblay

Écrivain

Il fallait que cela arrive un jour ou l'autre. Depuis quelques heures le réseau social Twitter s'est enflammé contre le chef de la CAQ, Francois Legault. La cause de cette poussée d'indignation? Une réponse maladroite à une question d'un journaliste. Je le dis depuis déjà un bout, Twitter est un sport extrême pour ceux qui l'utilisent, mais qui doivent en même temps préserver leur image.

Un petit mot de trop, un manque de contexte, et c'est parti. Le petit bout de phrase se met à circuler à la vitesse de la lumière et chaque utilisateur y ajoute son commentaire ou son insulte.

L'épisode Legault des dernières heures fait de lui le premier chef de parti à trébucher dans cet univers rempli d'écueils. Vous me direz que les autres chefs ne risquent pas de trébucher puisqu'ils n'y sont pas. Vous avez raison. Francois Legault a pris le risque d'y plonger.

Ainsi, à la question de Vincent Marissal « Donc, les filles y vont parce qu'elles sont nées pour un petit pain? », la réponse de Francois Legault a été « Les filles attachent moins d'importance au salaire que les garçons ».

Ishhhh....

Les adversaires de la CAQ ont sauté sur ce bout de phrase et l'ont partagé allègrement. Depuis ce matin Francois Legault doit donc « gérer une crise Twitter » qu'il a lui-même provoquée.

Il est justement là le danger des médias sociaux. Dans les faits, il est peut-être vrai que des études montrent par A + B que les femmes préfèrent la qualité de vie au salaire ou que les hommes font plus de choix stratégiques de carrière en fonction de la rémunération. Ceci est même probable. Sauf que tout cela n'entre pas en 140 petits caractères.

Afin d'éviter ce qui se passe en ce moment, Legault aurait dû simplement mettre un lien Internet menant vers l'étude en question. Maintenant, il est trop tard. Le message circule partout sur Twitter sans nuance ou contexte.

Facile à dire après coup, je sais bien.

Francois Legault sait qu'il a un travail de rattrapage à faire suite à son appui à la loi 78 (suite à des modifications demandées par eux et acceptées par le PLQ) et à différents faux pas faits au cours de l'hiver. Par contre ce retard à combler ne doit pas se faire à coups de fuite en avant. Même si Twitter va très vite, il est utile, surtout pour un chef de parti, de bien peser chaque mot et de se demander « est-ce que je dirais cela devant un public avec des caméras? ».

Sans doute que cette mésaventure lui servira pour les prochaines semaines. Pour les autres, ils vont peut-être trouver le pari trop risqué et rester discrets malgré une présence qui se fait de plus en plus sentir.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (16)

Commenter cet article »

  • Les conventions sociales son terriblement étroites au Québec dans un certain domaine et n'importe quelle Québécoise ou Québécois peut s'en servir pour faire mal paraître une autre Québécoise ou un autre Québécois. Cela dit sans parti pris car je ne suis pas Caquiste.

  • Maudite niaiserie... on va assister à la même campagne de salissage qu'à l'époque de Mario Dumont... après on se demande pourquoi il y a tant de cynisme envers la classe politique.
    On en veut plus du PLQ, et on ne veut pas plus du PQ, et surtout pas de QS!!! dépoussiérage oblige!

  • Je suis adepte de Twitter, j'ai suivi la "tweet fight" quand elle est arrivée. Je suis loin d'appuyer la CAQ et François Legault (je suis un carré rouge alors forcément...) mais je ne comprends pas pourquoi les propos de ce dernier ont soulevé l'ire. Je n'ai pas d'études sous la main, mais ça me semble tout à fait plausible que les femmes attachent moins d'importance au salaire que les hommes. Ce sont surtout les conditions de travail, la flexbilité des horaires et l'ambiance de travail qui sont des facteurs importants pour les femmes, souvent prises avec des obligations familiales importantes.
    Alors oui, une tempête de sable dans un verre d'eau.

  • Qui est Christian Tremblay ? Pourquoi La Presse donne-t-elle une tribune à un soi-disant écrivain qui n'a jamais été lu et dont les opinions sont du pré-mâché de la vieille droite ?

  • En effet, ça sent la job de bras à plein nez! L'alternance étant menacée, on voit que ça fait peur aux vieux partis.
    Je préfère un chef de parti qui défend lui-même les positions de son parti, de façon publique et avec les risques que cela comporte, que des chefs de partis qui font faire la job de bras par leurs trolls sur Twitter et par les journalistes et commentateurs par le biais de leurs tribunes.
    Un bon exemple: Dan Bigras qui retweetait ad nauseam qu'un manifestant était mort et que, deux jours après, on le retrouve chez lui, en pleine forme! Bigras a-t-il osé s'excuser? Pas d'un iota. Il a, par contre, disparu du fil pendant quelques jours.
    Ça démontre un courage que ni Charest ni Marois ne font preuve. Avec eux, c'est toujours la maudite langue de bois à n'en plus finir. Ras le bol!

  • On aurait dit une job de bras en règle comme dans le temps de Mario Dumont et de l'ADQ. Une farce toute cette histoire.

  • Twitter!!! Cette «malbouffe» de la communication. Communiquer «comme du monde» cela suppose ne pas se sentir obligé de bouffer tout ce qu'on nous balance par la tête et prendre le temps de réfléchir avant de répondre. Et si ça n'entre pas dans les /$%?&* de 140 espaces/caractères, s'abstenir de donner prise aux réactions épidermiques des amateurs de gaffes, surtout celles des autres. Des fois, l'indifférence est la meilleure des réponses.
    Et puis personne n'a noté que la question de Marissal n'était pas mieux lunée que celle de Legault? «Les filles nées pour un petit pain?» Non mais....!Il me l'aurait posée à moi sa question à deux cennes et la réponse qu'il aurait eue n'aurait pas été celle de Legault.
    Mais ça n'arrivera pas. Je ne «Touïtte» ni ne «Fécebouke». La malbouffe, ça me donne des aigreurs d'estomac.

  • Je ne voterai probablement jamais pour Legault. Toutefois, je trouve que c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose.

  • Twitter et ses zombies.
    Les gens veulent bien entendre, dans ce cas lire, ce qu'ils veulent bien entendre.
    Ce que Legault a dit fait bien du sens. L'étude aussi le prouve. Mais il faut qu'un idiot qui ne sais pas lire décide que c'est mauvais pour que ça devienne un drame.
    Avec Twitter, on est revenu 100 ans en arrière, où une rumeur dans un village suffisait à écraser une personne. Il me semblait que l'Internet devait faire progresser la communication et non pas nous ramener à l'époque où les commères avaient le pouvoir de ruiner une réputations.
    Vraiment, Twitter, et ceux qui embarquent sur ce mode de "communication" sont vraiment ridicule.

  • Twitter... lieu où l'on peut écrire n'importe quoi... et même inventer des contreverses à ce que je vois.
    Ce que Legault a écrit...
    - N'est pas une insulte, c'est voire même un compliment.
    - Est vérédique.
    Non, Legault doit plutôt être déçu de voir le genre de guignols qui siègent dans la population.

  • Ce qui est particulier dans cette histoire c\'est que tout cela est causé par le fait que le public cible de Legault et de Marois, soit les étudiants , sont des adeptes de Twitter beaucoup plus que des plateformes conventionnelles d\'information. Le PLQ a déja fait son nid face à la jeunesse alors ce groupe d\'âge est libre à qui veut bien le courtiser.
    S\'il vous a été donné de visiter les sites tendances en plein coeur de la crise, vous avez constaté un tout autre discours,différent de ce que les habituels commentateurs , journalistes et blogueurs voulaient bien laisser entrevoir. Et pourtant ,malgré la prolifération d\'évenements qui sont marqués par Twitter on dirait qu\'une partie de la population ou peut-être une génération vit dans la négation face à ce phénomene.
    Mais voila, le problême c\'est que Twitter est une arme puissante qui plus souvent qu\'on ne le pense a tendance à être plus risquée pour l\'utilisateur que pour le recepteur.
    La formulation de la pensée doit être précise et ne laisser aucune place à l\'interpretation ce qui en language politique est tellement inhabituel. Les grandes phrases vides de tout sens sont monnaie courante dans le milieu et permettent ainsi aux politiciens de ne pas se compromettre tout en ayant l\'air d\'être actif dans un dossier.
    En fait c\'est le deuxieme épisode malheureux de monsieur Legault avec Twitter puisque la semaine derniere il avait l\'air fort dépourvu face a madame Desjardins de l\'association étudiante universitaire.
    Ainsi ceux qui nient un affrontement inter générationnel dans la crise sociale actuelle ont une autre illustration du clivage qui existe entre les bonnes vieilles facons de faire et une pensée nouvelle mieux adaptée à notre époque.
    Une grosse partie de la bataille électorale se jouera là sur un terrain méconnu par les principaux acteurs de cette course. Et le pire dans tout cela c\'est qu\'ils n\'ont même pas le choix de plonger s\'ils veulent véhiculer leurs messages aupres des jeunes.

  • La plupart des URL renvoyant à une étude sérieuse rentrent dans 140 caractères. Bon, faut l'avoir, l'étude...

  • Juste pour préciser, vous dites que les autres chefs de parti n'y sont pas [sur Twitter], Aussant y est et semble y manœuvrer avec une certaine aisance.
    Sinon, effectivement Twitter est un sport de haute voltige. Ceux qui on du mal a s'exprimer de façon concise, ou qui comprennent mal ou pas comment une phrase est vite sortie de son contexte, devraient non pas s'abstenir mais s'entourer de gens solides pour les conseiller.
    Ce genre d'erreur n'est pas fatal puisque souvent aussi vite oubliée que répandue, mais ca crée une perte de momentum. Personnellement je n'ai que faire de la CAQ donc leur perte de vitesse ne m'affecte guère :)

  • Ce ne sont pas les médias sociaux qui sont un danger. C'est qu'au Québec on ne peut plus rien dire sur peu importe le sujet sans se faire apostropher. Apres on dit que nos politiciens parlent avec une langue de bois. S'il y en a un qui dit ce qu'il pense vraiment, certains groupes montent aux barricades. S'il y en a un qui ne parle pas, on le traite de dictateur. Francois Legault a appuyé la Loi 78 et il a pris position. Pourquoi faudrait-il qu'il fasse du rattrapage si c'est sa position? Moi je m'attends a rien de moins d'un politicien et je veux savoir ou il se situe. A moi de décider si je suis d'accord avec lui ou pas. Qu'est-ce qui ressort d'une conversation de 2 1/2 heures sur twitter et publiée dans la Presse, une citation. De la facon que les médias couvrent la scene politique aujourd'hui, il faut etre completement fou ou totalement inconscient pour se lancer en politique. A l'aube d'une campagne électorale, il serait grandement temps que les médias s'auto-examinent et retrouvent le vrai sens de leur profession car vous avez une grosse cote a remonter parmi un segment important de la population. Mettez plus de viande apres l'os.

  • Ce que je ne comprends pas dans cette histoire, c'est pourquoi les détracteurs de Legault (même s'ils s'amusent à le descendre) et les médias en général ne sont pas capables de se rendre compte qu'en effet, la seule et unique raison pour laquelle son "tweet" était maladroit est la limite de caractères. S'il avait dit "Des études montrent que les garçons attachent plus d'importance que les filles à la rémunération", pas de problème. Mais oups, la version abrégée fait scandale. Et évidemment, personne pour calmer le jeu...
    B. Boyer

  • Je trouve le commentaire de Mr Marissal vraiment cheap.Celui qui conspue la langue de bois détourne les propos d'un politicien et transforme un propos anodin en une phrase sexiste.
    Le commentaire n'aide pas le débat, il n'aide pas à comprendre ce que Mr Legault veut faire comme politicien ni sa pensée.
    Cheap shot, d'un journalisme qui nous habitue de plus en plus à la facilité plutot qu'au contenue.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

image title
Fermer