Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Cette paralysie de la métropole

Rolland Lambert
 

Rolland Lambert

Retraité amoureux de Montréal

On a entendu à la télévision un chef de parti d'opposition déplorer de voir comment il est facile de paralyser l'économie de Montréal. Et on a vu ce que cela a pu coûter. Des millions de dollars chaque heure. Ce n'est pas qu'aujourd'hui que de telles paralysies existent. C'est chaque fois que la circulation est bloquée sur les ponts ce qui cause des retards considérables. Mais il semble qu'il n'y ait personne qui se pose la question : pourquoi?

On a entendu Réal Ménard, de Vision Montréal, qui attribue la responsabilité à Québec et demande encore de reprendre les négociations avec les étudiants. En quoi le gouvernement peut-il être responsable de ce qui s'est passé dans la métropole? Réal Ménard, tout aussi bien que Louise Harel, pourrait-il se demander combien de gens de son arrondissement prennent le métro chaque jour de la semaine pour aller travailler au centre-ville? Combien d'autres se rendent tout simplement travailler dans des établissements situés dans son arrondissement? Ce qui existe dans son arrondissement c'est à l'image de ce qui existe à la grandeur de l'île.

Pour répondre à la question, est-ce que ce ne serait pas une trop grande concentration des principales institutions, dans tous les domaines, grands édifices de bureaux, institutions bancaires, du savoir, hospitalières, commerciales, touristiques, sportives, amusement, boîtes de nuit, hôtels, restaurants, cinémas, tous services confondus. Ce sont des milliers qui convergent vers le centre-ville chaque jour, autant de tous les coins de la ville que de l'extérieur. 

Et personne n'a de vision de cela? Personne ne voit ces villes-dortoirs qui se multiplient dans tous les arrondissements... et là le maire cherche en installer en plein centre-ville, avec tous ces projets de tours d'habitations prévues (Griffintown et Bassin du Havre, entre autres) et tout le monde ne parle que bâtiment. «Quand le bâtiment va, tout va». Vraiment?  Vraiment risible. Triste métropole.

L'auteur est écrivain.

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaire (0)

Commenter cet article »

À vous de lancer la discussion!

Soyez la première personne à commenter cet article.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer