Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

L'amère patrie pour ces Français qui repartent

Lydie Coupé
 

Lydie Coupé

Professionnelle des communications et blogueuse lydiecoupe.blogspot.ca

Mon poste de radio est constamment branché sur les ondes de Radio-Canada (un vieux réflexe). Mes oreilles se tendent un peu plus lorsque des bribes attisent mon attention. Ce fut le cas ce mardi soir lors de l'émission Bien dans mon assiette quand Sophie-Andrée Blondin a reçu un étudiant en doctorat dont la thèse portait sur les Français qui rentraient au pays. Bien entendu, la discussion a principalement porté sur les nostalgies culinaires qui auraient ''alimenté'' leur décision.

On y évoquait par exemple la qualité du pain ou les saveurs trop sucrées ou salées. Sans véritable fondement, elles ne peuvent être à elles seules à l'origine d'une décision aussi importante qu'un retour dans son pays d'origine...

En revanche, si certains sont heureux de retrouver leurs boulangeries, il semble que le retour ne soit pas facile. Je fais référence à un article publié tout récemment sur le site internet Le Monde.fr. Intitulé L'amère patrie (excellent titre que je me suis permise de reprendre), il traitait du choc du retour qui s'apparente à un « choc culturel inversé ». Ainsi, on peut y lire « Autant il est normal de sentir étranger à l'étranger, autant il est difficile de se sentir étranger chez soi. ». De la même façon que personne ne vous attend à votre arrivée dans votre pays d'adoption, personne ne vous attend avec des fleurs et un tapis rouge à votre retour.

Je me sens toujours interpellée par ces sujets. Vous me direz que c'est normal puisque je suis moi-même immigrante. En effet, je me considère comme une apatride fonctionnelle puisque je ne suis pas tout à fait d'ici et là-bas et je ne suis plus tout à fait de là-bas... Cela fait pourtant dix-sept ans que je vis à Montréal. Mais j'accepte ce statut qui me donne un sentiment de liberté.

Je suis arrivée à Montréal un 9 juillet avec ma valise, mon chat et...mon mari. Attention, je ne me compare nullement à ces immigrants qui fuient leur pays pour s'exiler et sauver leur peau. Dans mon cas, ce fut un choix tout à fait réfléchi. Ainsi, j'étais prête à devoir tout reconstruire. Aujourd'hui, je me sens parfaitement intégrée mais absolument pas assimilée. Un terme que je hais et qui résonne en moi comme une brisure imposée. Bien entendu, j'ai eu des moments de doute et de nostalgie. Ils ne sont nullement en lien avec la France comme territoire ou pays, mais avec de précieux souvenirs, des amis perdus de vue, des lieux visités. J'en ai encore et je crois que j'en aurai toujours. Mais j'ai pour mon dire (expression que j'adore de mon amie Audrey), ma vie, qu'elle soit à Paris, à Montréal ou à Pétaouchnok, je dois la vivre avec ses coups durs et ses joies...

S'il y a des Français qui repartent, il y en a aussi beaucoup qui décident de poser leurs valises au Québec. La situation en Europe incite peut-être à la désertion. Si je pouvais me permettre de donner des conseils à ces nouveaux immigrants, ce serait ceux-ci: ne pensez pas trouver un eldorado. N'ayez pas d'attentes démesurées et acceptez les périodes de spleen. Ne vous découragez pas à la première difficulté. L'expatriation, c'est comme un mariage, après la lune de miel, il faut apprivoiser les différences ou traits de caractère de l'autre. Rigidité et individualisme ne font pas bon ménage avec adaptation...

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaire (0)

Commenter cet article »

À vous de lancer la discussion!

Soyez la première personne à commenter cet article.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

image title
Fermer