Tests, drogues et rock and roll

«Ce printemps, un coroner a averti qu'une vague... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Ce printemps, un coroner a averti qu'une vague de surdoses de Fentanyl "s'en vient" au Québec», écrit Philippe Mercure. Sur la photo, le festival Osheaga.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Osheaga, ÎleSonic, puis un concert des vénérables Guns N' Roses. Au mois d'août, trois événements ébranleront coup sur coup le parc Jean-Drapeau. Il y aura des décibels et des dizaines de milliers de festivaliers. Il y aura aussi des pilules d'ecstasy, des amphétamines achetées à l'ombre des toilettes chimiques et de la cocaïne inhalée sans miroir ni comptoir.

Mais à la différence de ce qui se passe dans bien des festivals ailleurs dans le monde, les fêtards qui voudraient savoir ce que contiennent les drogues qu'ils consomment ne le pourront pas. Aucun test d'analyse ne sera offert sur place.

Alors que pèse la menace des opioïdes comme le Fentanyl, c'est une occasion ratée d'éviter les intoxications et les surdoses malheureuses. Il est temps de passer à l'action, et plus tôt que tard. Il n'est pas exagéré de dire que des vies sont en jeu.

***

Imaginez un festivalier qui se présente à une tente, drogue illégale en main. Sa substance est testée par des appareils, puis un intervenant lui apprend ce qu'elle contient. Une conversation s'engage. Notre ami festivalier fait ensuite un choix : garder la drogue ou la déposer dans une boîte sécurisée, qui sera plus tard récupérée par la police. Aucun nom n'est consigné, aucun jugement n'est fait.

Révolutionnaire? Non. Cela se fait aux Pays-Bas depuis... 25 ans. Des initiatives semblables sont aussi déployées et même souvent subventionnées dans des pays comme l'Autriche, la Belgique, la France, l'Allemagne, l'Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni, l'Australie. Plus près de nous, l'organisme ANKORS teste des drogues au festival Shambhala, en Colombie-Britannique, depuis 15 ans.

Bref, nous sommes en retard.

***

GRIP Montréal, le Groupe de recherche et d'intervention psychosociale, rappelle l'urgence d'agir alors que le Fentanyl, un opioïde puissant et dangereux, se retrouve de plus en plus souvent dans des drogues de synthèse à l'insu des consommateurs. L'organisme affirme avoir l'expertise pour mener des tests de drogues dans les grands festivals, mais dit craindre d'enfreindre la loi en manipulant des substances interdites.

En Colombie-Britannique, ANKORS mène pourtant ces tests en s'assurant que ce soit toujours les consommateurs qui manipulent les drogues. Santé Canada confirme la légalité de cette approche. Dans le cas où les intervenants voudraient manipuler les drogues eux-mêmes, la loi prévoit même des exemptions, comme celles accordées aux sites d'injection supervisée.

Le promoteur de spectacles Evenko se dit ouvert à l'idée. Les machines se trouvent notamment dans les universités. Les intervenants peuvent être formés selon des protocoles qui existent ailleurs.

La question est donc lancée : qu'attendons-nous pour agir?

Déployer des ressources pour des consommateurs de drogues illégales, surtout en contexte récréatif, peut sembler choquant. Mais l'idée n'est pas de cautionner cet usage. Les intervenants d'ANKORS ont d'ailleurs pour consigne de toujours rappeler les risques des drogues illégales, même lorsque celles-ci contiennent les ingrédients attendus. La réalité est que les drogues se consomment pendant les festivals. Le choix se fait donc entre des festivaliers qui avalent des substances dont ils ignorent tout ou des consommateurs qui font des choix informés.

Ceux qui craignent un saut dans le vide se trompent. Après des décennies d'essais ailleurs, les études montrent que les tests de drogues sur les sites des festivals ont des effets positifs. Dès 2001, l'Union européenne, que personne ne confondra avec un revendeur d'ecstasy, concluait que «les tests de drogues doivent faire partie de la stratégie globale pour la prévention et la réduction des méfaits en contexte récréatif».

Le printemps dernier, un coroner a averti qu'une vague de surdoses de Fentanyl «s'en vient» au Québec. Aucun obstacle sérieux, qu'il soit moral, légal ou logistique, n'empêche aujourd'hui les tests de drogue sur les sites des grands festivals. Il reste 18 jours avant Osheaga. Et si on essayait d'être prêt?




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer