Dieu, Allah, Shiva et les autres à l'école

Au Québec, le cours Éthique et culture religieuse... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Au Québec, le cours Éthique et culture religieuse a dix ans.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le cours Éthique et culture religieuse (ECR) manque d'amis pour célébrer son 10e anniversaire, et on comprend pourquoi. Un réexamen s'impose.

Ce cours se donne du début du primaire à la fin du secondaire. Les élèves y découvrent les grands courants religieux et éthiques.

Il contient deux lacunes : le manque de place accordé aux non-croyants, et le manque de recul critique face aux religions.

Dans le programme, le mot «athée» n'apparaît pas. Ni «agnostique». On ne parle, en termes pudiques, que des «gens qui définissent le sens et la valeur de l'expérience humaine en dehors [...] des adhésions religieuses». Le programme propose d'en parler « au cours » du cycle. À titre de comparaison, l'hindouisme ou le bouddhisme doivent être abordés «à plusieurs reprises». Ce n'est pas la meilleure façon de comprendre le Québec, une société qui se diversifie, mais aussi se laïcise.

L'autre lacune, c'est la déférence face aux religions. Leurs parts d'ombre n'y sont pas exposées.

Par exemple, le Conseil du statut de la femme a dénoncé le silence face au sexisme dans plusieurs manuels. Dans le cours ECR, le sexisme est mal, sauf s'il découle d'une croyance religieuse sincère.

Le peu de place accordée à l'athéisme se corrige facilement - on n'a qu'à en parler plus. Par contre, le traitement des religions est plus difficile à changer. Car il entre en tension avec l'objectif même du cours ECR.

Selon le programme ministériel, le but du cours est «la reconnaissance de l'autre». Les enseignants ne doivent donc pas «porter atteinte à la dignité» des gens. Cela mène à un respect absolu des croyances.

Bien sûr, cela s'explique - le cours ne veut pas défendre une religion plutôt qu'une autre. Les promoteurs du cours ajoutent que le volet «culture religieuse» sert à connaître les croyances, et que le volet «éthique» apprend ensuite à débattre. Mais si la reconnaissance devient absolue, elle risque de créer un effet pervers : toute critique d'une religion deviendra une forme d'intolérance.

On ne propose pas que l'école cesse de parler des religions - elles sont essentielles pour comprendre nos civilisations et le monde d'aujourd'hui. On ne propose pas non plus de transformer les salles de cours en procès constant des religions. Si le cours ECR les enseignait avec un sain recul critique, on l'appuierait sous sa forme actuelle. Mais on attend de voir la preuve, particulièrement au primaire.

Aux yeux des défenseurs du cours, les stéréotypes se forment très jeunes. Il faudrait donc s'y attaquer le plus tôt possible. Or, le contraire est aussi vrai. À 8 ans, la pensée critique n'a pas fini de se former. La prudence s'impose quand on enseigne des dogmes.

Comment faire découvrir les grandes religions, sans taire leurs contradictions et dérapages, et sans juger ceux qui y croient? C'est le défi casse-gueule des enseignants, et ils n'y sont pas tous bien préparés.

Heureusement, le vent tourne. La nouvelle cohorte de profs a été formée spécifiquement pour ce cours, elle participe à des journées de formation et propose elle-même d'ajuster la matière et les manuels.

Pour aller au-delà des anecdotes et vérifier comment ces enseignants s'y prennent concrètement, il faut obtenir d'urgence un portrait d'ensemble.

Si on découvre que les enseignants réussissent la mission qu'on leur confie, on applaudira. Mais on attend de voir la preuve.

***

Pas de l'endoctrinement

Le cours ECR est accusé de vouloir endoctriner les jeunes au profit du «multiculturalisme». L'histoire dit autre chose.

En 1998, la déconfessionnalisation de notre système scolaire a entraîné la fin du cours de religion et morale. Une commission a été mise sur pied pour le remplacer. Le point de départ n'était pas le multiculturalisme, une idéologie. C'était le pluralisme, un fait. On constatait que le Québec était désormais formé de citoyens de différentes cultures. Le cours ECR devait aider les petits Québécois à comprendre la société dans laquelle ils vivent. Et, oui, à favoriser le fameux «vivre-ensemble». Ce n'est pas une hérésie - selon la loi, l'école publique doit instruire, qualifier, mais aussi socialiser les jeunes.

Voilà le noble idéal, défendu par de grands humanistes comme le philosophe Georges Leroux. Mais il repose tout de même sur une vision particulière de la religion, comme le démontre son principe de «la reconnaissance de l'autre». La foi ne serait pas une simple préférence. Elle serait indissociable de l'identité. Si on attaque les croyances, on attaque ainsi la personne elle-même. Et de toute façon, on aurait tort de chercher la «bonne» réponse à ce débat. Il existera toujours une inévitable variété des conceptions de la vie, irréconciliables entre elles.

Cette approche subit deux attaques. Celle de nationalistes, qui craignent qu'on ne dissolve ainsi la culture commune. Et celle des athées, qui craignent qu'on n'encourage la religion elle-même. Selon eux, la religion diffère de l'ethnie ou de l'orientation sexuelle. C'est une idée, à laquelle on choisit de croire ou non. Et comme les autres idées, on peut et on doit la critiquer.

Ces critiques ont raison de dire que le cours ECR n'est pas neutre, mais la même remarque vaut aussi pour eux. Chaque position repose sur des a priori. En la matière, la neutralité n'existe pas.

***

En attente du cours 2.0

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, avait demandé en 2016 à ses fonctionnaires de lui suggérer des modifications au cours ECR. Lesquelles? On l'ignore. Le ministre dit seulement que le résultat lui a déplu, et qu'il les a renvoyés à la table à dessin.

Pendant ce temps, un trou demeure à la direction. Il y a un an, le responsable du cours ECR au ministère a quitté son poste, et il n'a pas encore été remplacé.

Dans la refonte du cours, il y a trois niveaux à examiner : le programme ministériel, identique pour tous. Les manuels, qui varient selon les écoles. Et la façon dont les enseignants transmettent la matière dans leurs cours.

«En attente du cours 2.0

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, avait demandé en 2016 à ses fonctionnaires de lui suggérer des modifications au cours ECR. Lesquelles ? On l'ignore. Le ministre dit seulement que le résultat lui a déplu, et qu'il les a renvoyés à la table à dessin.

Pendant ce temps, un trou demeure à la direction. Il y a un an, le responsable du cours ECR au ministère a quitté son poste, et il n'a pas encore été remplacé.

Dans la refonte du cours, il y a trois niveaux à examiner : le programme ministériel, identique pour tous. Les manuels, qui varient selon les écoles. Et la façon dont les enseignants transmettent la matière dans leurs cours.»





publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer