La Ville, ce n'est pas lui

« Un peu plus de transparence ne ferait pas... (PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

« Un peu plus de transparence ne ferait pas de tort à Montréal », écrit Paul Journet.

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au moins, on ne pourra pas accuser le maire Coderre de manquer de cohérence. Après avoir politisé la police en commandant une chasse aux sources pour protéger son image, il propose maintenant de régler cette crise en politisant des institutions indépendantes. Tout cela ramène à un même problème : sa difficulté à comprendre que la Ville, ce n'est pas lui.

En décembre 2014, notre collègue Patrick Lagacé s'intéresse à une vieille histoire de contravention du maire, prétendument impayée*. Furieux qu'une telle allégation se soit rendue aux oreilles d'un journaliste, le maire contacte le patron du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Il veut savoir si c'est illégal. Et il veut que la police agisse en conséquence...

M. Coderre soutient que c'est à titre de « simple citoyen » qu'il parlait au directeur général du SPVM. Or, un simple citoyen n'obtient pas une telle audience sur demande. Si le maire l'a obtenue, c'est parce que le patron du SPVM relève de lui.

Ce qu'il a fait ressemblait donc plus à une commande qu'à une demande. Elle a mené à une enquête criminelle et à l'obtention des données téléphoniques de notre collègue Lagacé durant deux semaines. Tout cela pour quoi ? Pour une bête histoire de contravention. Pour protéger son image politique.

M. Coderre a raison de dire que le maire et le patron du SPVM ne doivent pas être séparés par une muraille de Chine. Il est normal que les deux se parlent. Le maire peut dicter des orientations au service de police, comme de réduire son budget ou donner la priorité à la lutte contre le crime organisé. Mais il ne doit pas se mêler des opérations.

Cette ligne n'est pas tracée par une loi, et il n'existe pas de réforme simple pour empêcher le maire de la franchir. Elle dépend du jugement. C'est cela qui a manqué à M. Coderre.

On comprend que les relations sont houleuses entre le maire et le syndicat des policiers, à cause entre autres des négociations sur le régime de retraite, et que certains pourraient vouloir lui nuire. Mais si le maire avait des questions sur la légalité des fuites, il pouvait en parler à ses propres avocats. Et s'il voulait se plaindre, il aurait dû suivre le processus standard.

M. Coderre assure qu'il respecte la liberté de la presse. Mais ce « respect » est bien relatif, constate-t-on à la lumière du dossier spécial de la Fédération professionnelle des journalistes sur les « obstacles majeurs à l'information » sous son règne à la mairie (voir au bas de l'article).

***

En réaction à la crise, M. Coderre a proposé deux solutions. D'abord, il lance une enquête administrative. Il veut confier ce mandat à un juge en partenariat avec monsieur incorruptible, Denis Gallant, inspecteur général de Montréal. Or, à l'image du vérificateur général, Me Gallant est un officier indépendant qui se rapporte à l'ensemble des élus du conseil municipal, et non au maire. En voulant lui confier un mandat politique, M. Coderre lui ferait porter deux chapeaux contradictoires.

Pour rassurer la population, Denis Coderre demande aussi à la Commission de la sécurité publique d'étudier les mandats de surveillance du SPVM qui concernent les journalistes. Or, cette Commission est une farce, un couvercle sur la marmite. Elle siège à huis clos et l'équipe Coderre en contrôle la majorité des sièges. Il faudrait la rendre publique et y nommer des civils et membres de l'opposition, comme c'est le cas entre autres à Toronto et à Vancouver. Ce contre-pouvoir avait d'ailleurs protégé le chef de police Bill Blair contre les menaces de poursuite et de congédiement de feu Rob Ford.

Un peu plus de transparence ne ferait pas de tort à Montréal. Le maire devrait protéger les institutions au lieu de les confondre avec sa personne. Même quand cela heurte son orgueil.

* La contravention avait été imposée en mars 2012 à M. Coderre, alors député fédéral, pour une simple histoire d'immatriculation non payée. Elle a par la suite été payée, a indiqué hier le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer