Espèces menacées : quand le béluga cache la forêt

« Les écosystèmes ne cessent jamais de se transformer.... (Photo archives La Presse Canadienne / Ian Jones, YouTube)

Agrandir

« Les écosystèmes ne cessent jamais de se transformer. Mais ce rythme s'accélère grandement depuis le début de l'anthropocène. C'est dans ce contexte qu'il faut replacer la menace qui pèse sur le béluga », écrit Paul Journet.

Photo archives La Presse Canadienne / Ian Jones, YouTube

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Québec a ses mascottes de l'obstruction économique : la couleuvre brune, la rainette faux-grillon et maintenant le béluga. Cette baleine, une espèce en voie de disparition, a contribué à l'abandon du port pétrolier de TransCanada à Cacouna, et elle risque maintenant d'y compliquer le nouveau projet de port industriel.

Si la protection des bélugas suscite des railleries, c'est parce qu'on oublie de faire des liens avec une récente nouvelle. Elle a été noyée dans le flot de l'actualité même si elle concerne un sujet d'un certain intérêt public, l'avenir de la vie sur Terre.

Il va en effet falloir changer les agendas ; l'époque de l'holocène, entamée il y a 11 700 ans, vient de prendre fin. À la quasi-unanimité*, le Congrès géologique international a conclu la semaine dernière que la planète vient d'entrer dans une nouvelle époque, l'anthropocène. Elle marque une rupture.

Pour la première fois, la planète est bouleversée par une espèce qu'elle abrite. Nous.

Selon les géologues, cette période a commencé avec l'ère industrielle. Cela signifie que ce n'est pas l'humanité en tant que telle qui est en cause, mais plutôt la récente explosion économique et démographique. L'impact se mesure sur l'acidité des océans, le carbone dans l'atmosphère, la déforestation. Et aussi dans la chute du nombre d'espèces.

On ne peut s'alarmer de la simple extinction d'une seule espèce. C'est un phénomène normal - il existe même un taux « naturel » d'extinction. Les écosystèmes ne cessent jamais de se transformer. Mais ce rythme s'accélère grandement depuis le début de l'anthropocène. C'est dans ce contexte qu'il faut replacer la menace qui pèse sur le béluga.

Comme le résume l'essayiste Elizabeth Kolbert, l'histoire de la vie sur Terre se résume à des longues périodes d'ennui, et de courtes périodes d'effroi. La leçon est que les extinctions, ça arrive... Il y en a eu cinq grandes, et des scientifiques craignent que l'homme n'en prépare une sixième. Cette thèse et le taux d'extinction ne font pas consensus. Mais ce qui est indéniable, c'est que ce taux s'accélère et dépasse la capacité d'adaptation des écosystèmes. Pour les vertébrés, le taux d'extinction dépasse de 25 à 100 fois le rythme naturel. Dans les océans, les perturbations sont encore plus rapides, a révélé la semaine dernière une compilation d'études dévoilée au congrès de l'Union internationale pour la protection de la nature, un événement qui se déroulait tout juste après la décision du Congrès géologique.

Le passage à l'anthropocène complète ainsi une série de récentes révolutions dans notre façon de nous concevoir comme espèce. Nous vivons sur un minuscule point bleu situé quelque part en banlieue de l'univers, et notre présence ne constitue qu'un soupir dans l'existence de cette planète. L'histoire de l'humanité s'arrime maintenant à l'histoire naturelle. Cette histoire en est une de contingence et d'impermanence. Le comprendre permet de remettre en contexte la protection de la fragile biodiversité.

Cela nous ramène aux espèces menacées comme le béluga. Les causes de leur disparition sont complexes, tout comme les solutions. Mais elles passent sans doute par un élargissement des zones protégées. Québec et Ottawa ne sont pas inactifs. Ils ont créé un comité conjoint pour faciliter la création de telles zones maritimes. Et Québec promet aussi de respecter les cibles internationales de protection établies à la conférence de Nagoya. Pour les atteindre, il faudra toutefois un rapide coup de barre. D'ici 2020, les aires protégées au Québec devront passer de 9,76 % à 17 % du territoire terrestre, et de 1,3 % à 10 % du territoire marin. Et à Ottawa, elles devront respectivement passer de 10,6 % à 17 %, et de 0,90 % à 10 %.

Si on protège ces écosystèmes, ce n'est pas parce qu'on leur accorde plus de valeur qu'aux gens qui veulent les exploiter. C'est tout simplement parce que nos descendants et nous en aurons besoin pour vivre.

Ce n'est pas parce qu'il s'agit d'un cliché que c'est moins vrai.

*L'échelle de temps géologique se divise en ères, qui comprennent des périodes, qui à leur tour comprennent des époques. Nous sommes dans l'ère cénozoïque, la période du quaternaire et l'époque de l'anthropocène.

Lors du Congrès géologique, il y a eu 34 votes en faveur de l'anthropocène, aucun en défaveur et une abstention.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer