Un épilogue pour Charbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jamais on n'avait grimpé aussi haut dans la pyramide. Il y avait eu des arrestations de maires. L'arrestation aussi d'un ministre, Tony Tomassi. Mais cette fois, c'est l'ex-vice-première ministre libérale qui a été accusée de corruption. La numéro 2 de l'État, qui siégeait au puissant comité des priorités.

La commission Charbonneau s’était terminée en queue de... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

La commission Charbonneau s’était terminée en queue de poisson à cause de la dissidence de Renaud Lachance, mais les arrestations ajoutent un épilogue qui force à réinterpréter le dernier acte, écrit notre éditorialiste. Ci-dessus, l'ex-ministre Nathalie Normandeau témoigne à la commission Charbonneau en 2014.

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO, ARCHIVES LA PRESSE

Et les accusations ne portent pas sur un seul dossier. « La preuve a démontré que c'était systémique », a soutenu hier André Boulanger de l'UPAC.

Le séisme marque le début d'un nouveau chapitre, pour prouver en cour la culpabilité d'élus et conseillers au niveau provincial. Mais il jette en même temps un nouvel éclairage sur le chapitre précédent, celui sur l'examen du système de financement.

La commission Charbonneau (CEIC) s'était terminée en queue de poisson à cause de la dissidence de Renaud Lachance, qui refusait de voir un « lien indirect » entre les dons aux partis et l'octroi de contrats. Les preuves déjà déposées et les arrestations ajoutent un épilogue qui force à réinterpréter le dernier acte. La conclusion : M. Lachance avait bel et bien tort. La bouée à laquelle s'attachaient les libéraux coule au fond de la mare.

***

La lutte contre la corruption comprenait deux volets. D'un côté, la CEIC qui dévoile les systèmes et propose des remèdes. De l'autre, l'UPAC qui cherche des individus coupables, hors de tout doute raisonnable.

La CEIC, qui n'est pas un procès, n'avait pas besoin d'un tel niveau de preuve. Elle devait choisir le scénario le plus probable, comme l'exige la prépondérance de la preuve. Voilà pourquoi Mme Charbonneau parlait de « lien indirect ». D'une culture qui place les élus en position vulnérable.

Les exemples abondaient. Sous Jean Charest, le parti libéral a été transformé en machine de guerre électorale. Chaque ministre devait ajouter 100 000 dollars au butin. Difficile d'atteindre la cible en vendant des barres de chocolat... Cela a incité à recourir aux prête-noms, parfois avec l'aide de firmes de génie-conseil. Ces entrepreneurs en ont-ils profité ? À tout le moins, ils craignaient d'être pénalisés s'ils ne contribuaient pas à la cause.

Malgré tout, M. Lachance refusait de voir un problème de culture. Pourquoi ? Une hypothèse : parce qu'il se posait la mauvaise question. Il semblait chercher un lien causal entre un don et un contrat.

Or, cette question-là était pour l'UPAC. Après une longue et minutieuse enquête, les limiers y répondent « oui ». Mme Normandeau doit bien sûr être présumée innocente d'un tel lien causal. Mais dans une de ses enquêtes, l'UPAC a aussi révélé des faits qui prouvent l'existence d'un problème systémique.

Les enquêteurs ont par exemple déposé un courriel où Roche exhortait ses employés à financer de façon « EXPRESS » un cocktail de Mme Normandeau. Il faut « emmener à ce souper un certain nombre de clients qui ont des projets d'importance à faire passer et à ce moment on aura un contact direct avec la ministre », y lisait-on.

On ne peut affirmer que ce courriel est lié aux accusations de l'UPAC. Et même si c'était le cas, cela ne suffirait pas pour prouver la culpabilité de l'ex-ministre. Mais cela démontre à tout le moins ce que disait la commissaire Charbonneau : il y avait un lien indirect. Un problème systémique. Ou, pour le dire en termes non juridiques, un système pourri.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer