Non, l'école n'est pas gratuite

« Les écoles en milieux aisés ou fortement mobilisés... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Les écoles en milieux aisés ou fortement mobilisés ont une longueur d'avance sur les autres », explique Pascale Breton.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le mythe de la gratuité en prend pour son rhume dans les écoles publiques.

On ferme les yeux, le ministère de l'Éducation le premier, sur des pratiques qui créent un réseau à trois vitesses. Le privé est dans une classe à part depuis longtemps, mais voilà que le fossé se creuse aussi entre les écoles publiques favorisées... et les autres.

Avec les années - et les compressions, pourrait-on ajouter - , les frais que les commissions scolaires et les écoles imposent aux parents prolifèrent comme autant de taxes déguisées : des centaines de dollars pour assurer le transport scolaire ; des frais pour l'ouverture d'un dossier ; pour un examen d'admission ; pour prendre part à un programme particulier en sport, en art ou en musique.

Le financement est au coeur du problème, mais au lieu de le prendre à bras le corps, le Ministère se cache derrière la Loi sur l'instruction publique et laisse les écoles se débrouiller, allant jusqu'à les encourager à faire par la porte d'en arrière ce qu'elles ne peuvent faire ouvertement. L'accès aux technologies en classe en est devenu le symbole le plus frappant.

Ainsi, le Ministère est prompt à rappeler aux écoles qu'elles doivent fournir gratuitement les manuels scolaires et le matériel didactique ; il est illégal de faire payer les parents pour cela.

Par contre, les commissions scolaires peuvent accepter des biens gratuits. Et les écoles peuvent solliciter indirectement les parents par le biais d'une fondation ou d'une campagne de financement pour payer un voyage étudiant, la construction d'un parc-école... ou l'achat de tablettes électroniques.

Ça saute aux yeux ! Les écoles en milieux aisés ou fortement mobilisés ont une longueur d'avance sur les autres, particulièrement celles, trop nombreuses, situées dans des quartiers défavorisés, dont le principal souci est de s'assurer que les enfants n'ont pas le ventre vide pour être en mesure d'apprendre.

La généralisation d'autres pratiques donne carrément l'impression que le Ministère feint l'ignorance. La loi prévoit ainsi que l'école peut exiger des frais pour du matériel dans lequel les enfants écrivent, comme des photocopies et des cahiers d'exercices.

Depuis quelques années, la majorité des écoles envoient systématiquement en début d'année scolaire une facture - rarement détaillée - aux parents pour des activités scolaires et des photocopies. Les frais peuvent dépasser la centaine de dollars. Sont-ils justifiés ? Exagérés ? Silence sur cette question.

Mais quand un établissement comme l'école Le Sommet, à Québec, qui souhaite faire travailler tous ses élèves - et pas seulement ceux d'un programme particulier - avec une tablette électronique, trouve une solution innovante en offrant aux parents de louer la tablette pour une centaine de dollars par année et en diminuant sensiblement de la même somme la facture refilée aux parents pour des « photocopies », le Ministère y met un holà. C'est à n'y rien comprendre, surtout quand on sait que le Ministère n'est pas en mesure actuellement de financer le virage technologique dans toutes les écoles.

On assiste depuis trop longtemps à une hypocrisie malsaine et des contradictions évidentes, faisant en sorte que les écarts se creusent et que les écoles s'éloignent, bien malgré elles, du beau principe d'égalité et de gratuité dans le réseau public. Un ménage s'impose.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer