Travaillez, congelez, accouchez

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mesdames, qu'êtes-vous prêtes à faire pour que votre carrière progresse? Apple et Facebook croient que leurs employées veulent repousser la maternité le plus longtemps possible pour s'accomplir dans leur travail au même titre que les hommes. Elles offrent de rembourser la congélation d'ovules, une mesure présentée comme un avantage social qui s'avère plutôt inquiétante et rétrograde.

La haute technologie est encore une affaire d'hommes. À peine 30 % des employés de Facebook et d'Apple sont des femmes. La proportion diminue encore dans les hautes sphères, mieux rémunérées. Pour favoriser la présence des femmes, les deux multinationales remboursent désormais la cryoconservation d'ovules.

Des raisons médicales justifient le recours à cette technique: une femme atteinte d'un cancer, dont le traitement risque de nuire à sa fertilité, peut ainsi congeler ses ovules sains pour une utilisation future.

Pour d'autres femmes, des raisons sociales expliquent leur décision. Elles peuvent «choisir» le moment où elles auront un enfant, sans égard à l'horloge biologique. La fertilité décroit considérablement après 35 ans tandis que le risque de malformations congénitales ou de trisomie augmente.

Congeler ses ovocytes peut être tentant. Mais faire miroiter à la jeune femme qu'elle aura le contrôle sur son corps est un mirage. On oublie que la stimulation ovarienne implique la prise d'hormones. Ce n'est pas rien. Ensuite, une grossesse à un âge avancé comporte un risque plus élevé de complications et d'accouchement prématuré, avec des conséquences pour le bébé. Et malgré les progrès, la procréation assistée n'est pas gage de garantie. Parfois, l'enfant attendu ne vient jamais.

On peut aussi se demander à quel âge il est bien vu, dans certains milieux de travail, d'avoir un enfant, surtout qu'une fois né, impossible de le congeler... Il requiert des soins pour les 20 prochaines années.

La mesure offerte aux États-Unis par Facebook et Apple est extrême, mais une tendance dangereuse s'observe dans certains milieux où la reconnaissance professionnelle vient avec le nombre d'heures passées au travail. Des entreprises s'occupent de la vidange d'huile de la voiture ou du nettoyeur. D'autres offrent le petit-déjeuner aux employés ou un service de traiteur pour rapporter le souper déjà prêt à la maison.

Derrière le prétexte de décharger l'employé des autres tâches de la vie quotidienne, le message implicite est que tout le temps disponible doit être consacré à l'entreprise. La carrière se conjugue de façon unidimensionnelle, souligne Hélène Lee-Gosselin, professeure en management à l'Université Laval.

En matière de conciliation famille-travail, le Québec se distingue avantageusement par son réseau de services de garde subventionnés et son congé parental. Ce sont des acquis à préserver. Il ne faut pas être dupe sur des «avantages sociaux» comme ceux mis de l'avant par Facebook ou Apple, qui constituent une intrusion dans la vie personnelle pour mieux la gérer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer