L'ivresse des mots

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mario Roy
La Presse

Comment pouvons-nous tolérer que près de la moitié de nos futurs enseignants ne maîtrise pas la langue française? Et ce, alors que nous affirmons avec des trémolos dans la voix que nous sommes prêts à tout pour sauver notre langue? Il s'agit certainement du plus insondable des mystères de l'âme québécoise.

Ainsi, l'imposition d'un nouveau test de français aux candidats à l'enseignement va déclencher «une catastrophe dans toutes les facultés d'éducation», prévoit un représentant des étudiants de l'UQAM (à Marie Allard, dans La Presse). Déjà, avant ce test, la situation était désastreuse: jusqu'à 48% d'échecs. Or, le nouveau sera plus difficile. Exemple? On demandera aux futurs professeurs s'ils connaissent la règle d'accord relative au complément direct placé avant le verbe...

 

Avec pareille question, on comprend que ce sera l'hécatombe, d'autant plus que le seuil de réussite sera placé à 70%!

Que faire? Allouer à l'apprenti professeur recalé une quatrième chance de passer le test, puisqu'il en a déjà trois? Abaisser le seuil de réussite, à 60, 50, 40, 30%? Organiser un cours de rattrapage pré-test où on déchiffrera l'énigme du complément direct (oups, c'est déjà prévu)? Renoncer au nouveau test parce qu'il est trop difficile et qu'enseigner la langue française n'oblige pas à la connaître?

Ce ne serait pas étonnant.

«Soumettre des ignorants à de faux examens, qu'on corrige ensuite de manière à en laisser passer le plus grand nombre possible afin de justifier les programmes, les pédagogues et le ministre, cela dure depuis 20 ou 30 ans... Ceux qui président encore eux-mêmes aux réformes qu'exigent continuellement les désastres successifs de leurs politiques hypothèquent gravement l'avenir du français au Québec». Ce sont les écrivains québécois qui, en 2001, agitaient déjà ce grelot dans leur mémoire soumis aux États généraux sur la situation et l'avenir de la langue française.

Quelque chose a-t-il changé depuis?

Oui. Nous avons eu une autre réforme.

* * *

Se pourrait-il que, comme une bonne partie de la société québécoise, notre système d'éducation soit ivre de mots et donc privé de la capacité d'agir?

Depuis 30 ans, en effet, il sort des officines ministérielles tant de mots couchés sur papier qu'on ne mesure plus cette logorrhée en parlant de nombre de pages, mais plutôt de tonnes métriques! Et ce, pendant que la société, elle, la vraie, celle où on trouve des enfants ignorants qu'il faut instruire, est en train de perdre cette compétence pas du tout transversale consistant à transmettre d'une génération à l'autre des connaissances. À commencer par celle de notre langue maternelle - nous parlerons une autre fois d'histoire ou de sciences.

Bref, il faudra un jour dégriser. Et se remettre à marcher droit.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer