La science du discours

La gouverneure générale du Canada Julie Payette... (PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La gouverneure générale du Canada Julie Payette

PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La nouvelle gouverneure générale du Canada, Julie Payette, n'aura pas mis beaucoup de temps à rappeler dans ses nouvelles fonctions qu'elle a des opinions bien tranchées.

Dans un discours mordant qui péchait plus par la forme que par le fond, l'ancienne astronaute a déploré la semaine dernière devant un parterre de scientifiques qu'il y ait encore des gouvernements qui débattent du rôle de l'homme dans le réchauffement planétaire.

Elle a aussi critiqué les gens qui pensent qu'une « pilule de sucre peut guérir le cancer » ou qu'on peut prédire l'avenir d'un individu par la position des planètes et rejeté l'idée qu'une « intervention divine » plutôt qu'un long processus naturel et aléatoire expliquait l'apparition de la vie sur Terre.

Son intervention, qui visait à rappeler l'importance de la pensée scientifique dans une époque où les risques de désinformation se multiplient, n'a pas souri au chef du Parti conservateur, Andrew Scheer.

Ce dernier s'est insurgé que le premier ministre canadien, Justin Trudeau, ait salué le discours de Mme Payette comme une manifestation de « la fermeté avec laquelle elle soutient la science et la vérité » et rappelé au passage que son gouvernement entend « se baser sur la science » pour gérer le pays.

M. Scheer estime que le premier ministre a offensé par son intervention « des millions de Canadiens » pour qui la religion est une source de « vérité ».

Le politicien conservateur, qui se défend de vouloir critiquer directement la gouverneure générale, suggère que le discours de Mme Payette et l'intervention subséquente de Justin Trudeau sont irrespectueux parce qu'ils ne tiennent pas suffisamment compte de la diversité des opinions religieuses existantes au pays.

Il est vrai que la gouverneure générale a semblé manquer de retenue en ponctuant son intervention d'effets de style qui pouvaient suggérer qu'elle prend de haut les gens qui partagent les croyances qu'elle dénonçait.

Plusieurs analystes ont rappelé au cours des derniers jours que la gouverneure générale doit demeurer au-dessus de la mêlée et éviter de se retrouver dans des polémiques à caractère politique, en particulier parce qu'elle peut être appelée à jouer un rôle déterminant en cas de crise. Les partis fédéraux devraient éviter pour leur part de chercher à se faire du capital politique sur son dos.

Si elle a manqué de retenue sur la forme, on ne peut tenir rigueur à la gouverneure générale d'avoir énuméré une série de convictions critiques qui font l'objet d'un large consensus dans le monde scientifique.

Elle a peut-être manqué de sensibilité envers les personnes religieuses en ironisant sur la question de l'origine de la vie, mais son intervention à ce sujet, bien qu'empreinte d'une certaine arrogance, ne constituait pas une charge à fond de train contre leur vision du monde.

Ses propos ne risquent pas de faire oublier l'importance sociale d'un dialogue respectueux entre croyants et non-croyants.

Emmett Macfarlane, qui enseigne la science politique à l'Université de Waterloo, s'inquiète de constater que « dans l'ère post-vérité où nous sommes, des gens puissent être offensés par des choses factuellement vraies ».

Le chercheur craint que le phénomène, très présent au sud de la frontière, gagne en importance dans la vie politique canadienne et empoisonne le débat public.

Il faut garder en tête que Julie Payette s'attaquait dans son discours à un enjeu de société de première importance en appelant ses concitoyens à lutter contre la désinformation et « l'effet de silo » qui survient lorsqu'on s'abreuve uniquement à des sources qui nous disent « ce qu'on veut entendre ».

Il serait dommage, sous prétexte d'une faute de style, que la gouverneure générale en soit réduite à ne proférer que des généralités sans substance.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer