Résister à l'envahisseur

À moins d'un mois du début des renégociations de l'ALENA, on suggère aux... (INFOGRAPHIE LA PRESSE, INSPIRÉE D'UDERZO)

Agrandir

INFOGRAPHIE LA PRESSE, INSPIRÉE D'UDERZO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À moins d'un mois du début des renégociations de l'ALENA, on suggère aux représentants canadiens de (re)lire les albums de la série Astérix avant d'arriver à Washington. Face à la voracité du géant américain, à défaut de potion magique, ils auront besoin de s'inspirer de la légendaire résistance des Gaulois.

D'autres s'inquiètent aussi. Dans un mémoire remis mardi au gouvernement fédéral, la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) envisage déjà le pire. « Nul besoin d'une boule de cristal pour anticiper que plusieurs demandes des États-Unis seront déraisonnables, coûteuses et préjudiciables aux intérêts canadiens, donc inacceptables pour le Canada. »

Or, s'il existe un domaine qu'Ottawa doit protéger avec ardeur, c'est bien celui de la culture. Parce que c'est un secteur aussi essentiel que fragile et vulnérable.

Vingt-trois ans après la signature de l'Accord de libre-échange nord-américain, les créateurs d'aujourd'hui sont davantage soumis aux écrasantes lois du marché et aux diktats de l'industrie du divertissement.

D'où l'importance de maintenir l'exception culturelle dans la refonte du traité.

LA RÈGLE DE L'EXCEPTION

Il ne faut pas simplement réaffirmer l'exception culturelle ; il faut la renforcer et la prolonger pour inclure le numérique. Cette bataille est loin d'être gagnée. À l'ère Trump, tout porte à croire que le gouvernement américain va tenter d'étendre son hégémonie culturelle. Son administration a déjà laissé entendre qu'elle veut « éliminer les subventions inéquitables et les pratiques des entreprises publiques génératrices de distorsions sur les marchés ». Elle désire aussi s'attaquer « aux lourdes restrictions » concernant les droits de la propriété intellectuelle. Voilà qui est de mauvais augure...

La culture n'est pas un bien ou un service comme un autre.

La ministre du Patrimoine canadien a déjà affirmé qu'elle « s'assurera de faire respecter l'exemption culturelle, parce que c'est une priorité pour [le] gouvernement ». Toutefois, depuis qu'elle est en poste, Mélanie Joly consulte beaucoup, mais demeure floue sur l'avenir, à l'ère d'Amazon et de Spotify. Par exemple, lorsque la ministre dit en entrevue au Devoir, à la suite d'une rencontre avec des dirigeants de Google et de Netflix, qu'elle « en appelle à la responsabilité des entreprises pour s'assurer de soutenir le contenu national et sa promotion par l'entremise de la découvrabilité sur leurs plateformes », on est moins rassuré. 

En matière de culture, on n'est jamais trop prudent lorsqu'on fait face à des géants.

PROTÉGER ET PROMOUVOIR

À ce chapitre, la ministre Joly pourrait peut-être regarder ce qui s'est fait dans le passé au Québec. Du livre blanc de Pierre Laporte au livre vert de Jean-Paul L'Allier, en passant par la politique de développement culturel de Camille Laurin, tous les (bons) ministres de la Culture à Québec ont partagé le même principe : pour conserver notre identité (québécoise ou francophone), il faut protéger et promouvoir notre culture. Cela s'applique aussi à l'échelle canadienne.

Louise Beaudoin, alors qu'elle était ministre des Relations internationales, a travaillé à la préparation de la Convention de l'UNESCO sur la diversité culturelle. En 2005, Mme Beaudoin affirmait que les États-Unis sont « un gros problème » dans les négociations commerciales entre pays. « Il ne faut pas penser en Américains », avait-elle confié à la revue À bâbord !. « Ceux-ci ont développé une stratégie puissante et proactive. Ils se sont lancés dans une course contre la montre pour signer le plus grand nombre d'accords bilatéraux de libre-échange dans lesquels ils libéralisent le secteur culturel. »

Dans les années 30, le président Herbert Hoover avait résumé ainsi la domination culturelle américaine : « Dans les pays où pénètrent les films américains, nous vendons deux fois plus de voitures américaines, de phonographes américains, de casquettes américaines. » 

Parions que Donald Trump n'en pense pas moins.

1994

Année de l'entrée en vigueur de l'ALENA. Le traité commercial a été signé par le Canada, les États-Unis et le Mexique en décembre 1992, par le premier ministre Brian Mulroney, le président George Bush et le président Carlos Salinas. Le premier round de négociations pour renouveler l'Accord de libre-échange nord-américain se déroulera du 16 au 20 août à Washington.

«S'il existe un domaine qu'Ottawa doit protéger avec ardeur lors de la renégociation de l'ALENA, c'est bien celui de la culture.»





publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer